DANS LA DÊCHE GARDE LA PÊCHE

» Critique de l'anime Kengan Ashura (TV 1-2) par jinrho78 le
21 Février 2020
Kengan Ashura (TV 1-2) - Screenshot #1

Jadis les marchands cupides de la période Edo se foutaient sur la gueule pour des thunes.
C'était un mercantilisme sanglant littéralement.
Du coup l'empereur où chais plus qui a dit "les gars faut arrêter de vous égorger dans la rue c'est mauvais pour le tourisme".

Et donc la solution-miracle pour régler les différends fut celle du "duel".
Le duel c'est quand un mec traite la mère des gens et que l'affront se répare dans le sang. Pragmatique. Un peu trop même.
Du coup maintenant les gens s'affrontent avec des cartes à jouer ou alors ils se mettent au Rap.
Reste qu'à l'époque c'était plus ou moins plausible dans une certaine mesure, ce qui l'est moins c'est que le bordel ait perduré jusqu'à aujourd'hui et que les grandes firmes aient troqué holding et OPA hostiles contre des fight club.
On imagine déjà le cours de la bourse défini par une patate dans la gueule, paye ta spéculation quoi.

C'est en tout cas ce que propose Kengan Ashura avec avec notre figure centrale Tokita Ohma.
Tokita ça tombe bien, il veut se battre, il veut pas se faire chier à trouver une raison du coup il s'est jeté sur l'offre promotionnelle "payé pour taper", rejoignant ainsi le cercle clandestin des gladiateurs.

Kengan Ashura (TV 1-2) - Screenshot #2Ce truc de combats ultraviolents dans des arènes souterraines ça vous parle peut-être, normal c'est un copier-coller.
Le copier-coller c'est quand un truc plaît aux gens et que du coup on le repompe mais en changeant les nom des personnages, la couleur de leurs cheveux ou leur uniforme scolaire.
Le modèle d'origine sur ce coup-là c'est très vraisemblablement Baki dont la récente adaptation a d'ailleurs eu droit à son passage sur Netflix.

Ce nouveau Baki assumait pleinement son recours à la CGI et rendait quand même hommage à son chara d'origine hyper stylisé mais dès que ça bougeait c'était un peu comme de voir la meuf d'Adopte un Mec sans les filtres Instagram.
Pour le coup Kengan Ashura a choisi un look CGI intégral et honnêtement... c'est cheum.
mais c'est justement parce que l'anime a laissé tomber les filtres qu'il arrive à rendre son bordel dynamique là où le moins pragmatique Baki finissait de se rabattre sur 1 coup/1 plan fixe.

Parce qu'avant tout l'anime est là pour répondre à une exigence dont Netflix est un emblème fameux: le consommé jeté.
Donc temps de prod' nécessairement optimisé.
Le fait que Kengan Ashura- à l'instar des inévitables et nombreuses chorégraphies dans les anime d'idoles - tire un parti monstre de la CGI durant les scènes de combat en devient d'autant plus frappant.
Ce qui n'épargne pas le retour de bâton pour autant, l'impression d'être sur l'écran de sélection des combattants des premiers Virtua Fighter lorsque ça arrête de se foutre sur la tronche.

Kengan Ashura (TV 1-2) - Screenshot #3La touche In dans tout ça?
Certaines séquences illustrèes presque immobiles qui rendent hommage au dessin original ainsi que la reprise à Baki là encore de la voix de mec pragmatique narrant des trucs invraisemblables et qui donne un aspect nanar bienvenu:
un employé de bureau soumis qui a la cinquantaine "tombe" sur un combat Kengan apparemment ça lui fait tellement d'effet que le mec avec deux enfants qui n'avait pas ken depuis 15 ans va aux putes poussé par... l'instinct de préservation! la base quoi.

La touche Down?
Ce même employé de bureau sera sans surprise le type lambda qui tombe dans un univers qui ne l'est pas et servira ainsi de passerelle au spectateur - et de groupie pour Tokita - qui bien sûr se fait chier dans son métro/boulot/dodo.
L'ennui c'est que Yamashita Kazuo est dépeint dans l'excès et on a bien compris qu'il était là pour détendre l'atmosphère, le rôle est justifié, l'interprétation est à chier.
Le type passe son temps les yeux écarquillés à ouvrir la bouche de stupeur jusqu'à s'en décrocher la mâchoire et nous rappelle ainsi les dures réalités derrière la conception d'un anime qui bouge parfois encore moins vite que ses sous-titres.

Le vrai problème de Kengan Ashura c'est que c'est un like sans conviction qui fait qu'on a du mal à le prendre au sérieux.
D'ailleurs ça finit même par en être parodiquement drôle tellement l'anime opère sans vergogne, des choix scénaristiques de forceur les uns après les autres.
Preuve s'il en est que cette adaptation semble être lucide sur sa vaine nature.
si vous parvenez néanmoins à adhérer à l'état d'esprit , ça vous aidera sûrement à passer outre la 3D à 2 balles et z'aurez peut-être une chance de passer un moment coupable mais divertissant.
ce sera probablement un regain appréciable pour la soirée où tout le monde vous aura planté comme une merde et que vous rentrerez vous asseoir sur votre canapé avec votre Mac Do' froid de looser.

Verdict :3/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (6)
Amusante (4)
Originale (1)

2 membres partagent cet avis
1 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

jinrho78, inscrit depuis le 13/04/2014.
AK8.1.13 - Page générée en 0.055 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.188136 ★