Critique de l'anime Hōkago no Pleiades

» par Deluxe Fan le
01 Février 2011
| Voir la fiche de l'anime

Hôkago no Pleiades : étoile filante

Les Pléiades, c'est le nom un amas d'étoiles très célèbre visible du côté de la constellation du Taureau. Cet amas compte plusieurs milliers d'étoiles, mais une demi-douzaine sont visibles à l'œil nu.

En japonais, cet amas s'appelle "Subaru". C'est pour cela que Kenji Kita, président de la société Fuji Heavy Industries, décida de nommer ainsi la marque d'automobile qu'il créa en 1956. Pourquoi ? Parce que sa société était justement née de la réunion de six entreprises différentes. D'ailleurs, encore aujourd'hui le logo de la firme représente l'amas des Pléiades.

Source : le site officiel de Subaru.

Vous vous demandez probablement ce que cela vient foutre dans une critique d'anime. Remarquez tout d'abord que le nom de l'anime est Hôkago no Pleiades ("les Pléiades après les cours" ou quelque chose dans ce genre), on se dit donc qu'il y a peut-être un rapport avec l'astronomie, qui sait. Mais pourquoi parler de la marque de voiture ? Parce que le personnage principal s'appelle Subaru ? Parce qu'il s'agit d'un magical girl dans lequel des collégiennes doivent ramasser des fragments d'étoiles comme Super Mario ?

Pas seulement... en fait, tout simplement parce que c'est Subaru (la marque) qui a réalisé l'anime.

*Et la foule de s'écrier : tu te fous de nous ? Subaru ils font des bagnoles, pas des animes ! La diversification commerciale c'est bien, mais faut pas pousser !...*

Je vous rassure, l'anime est né de la collaboration entre Subaru et un studio d'animation, Gainax. Oui oui, Gainax, ceux qui ont produit certains des animes les plus intéressants que j'aie vu... Alors vous comprenez maintenant pourquoi je me suis penché dessus ?

Après cette introduction aussi longue qu'instructive, on va enfin pouvoir commencer la critique. Hôkago no Pleiades est un anime qui a été diffusé directement sur Youtube sans passer par la case télé (dans le jargon, on dit un ONA). Il est constitué d'un épisode divisé en quatre fois six minutes en moyenne. Ce qui nous donne vingt-quatre minutes et quelques. Un peu court...

Mais ce qui retient l'attention, c'est la dichotomie parfaite qu'il semble y avoir entre le genre magical-girl, et des caisses. Pour rappel le genre magical-girl, qui existe depuis la nuit des temps, représente de manière allégorique le passage de l'enfance à l'âge adulte, en mettant en scène des jeunes filles qui se transforment en une version plus "belle" et "pure" d'elles-même pour faire face à l'adversité, c'est à dire l'adolescence, les hormones, les mecs, enfin tout ce qui préoccupe les collégiennes quoi.

En face on a des voitures très fonctionnelles et écologiques, qui utilisent les meilleures technologies automobiles et le savoir-faire industriel japonais pour satisfaire ses clients (c'est comme ça qu'ils se présentent sur le site... ^^')

Comment ces deux univers pourrait-ils cohabiter ? Gainax répond : ils ne cohabiteront pas. En fait, l'anime ne contient pas de bagnoles, aucun rapport. Juste quelques références : l'héroïne se nomme Subaru, les fragments d'étoiles à récupérer se nomment "le Moteur", et lorsque les filles utilisent leur bâton magique il émet un bruit semblable au démarrage d'une voiture... tordant.

L'histoire est ultra classique, même pour du magical-girl : l'héroïne est une jeune fille maladroite et pas spécialement futée (comme Usagi, Sakura, Tsubomi, Madoka, etc..), qui va faire la rencontre de sa vie en ouvrant sa salle de classe et en se rendant compte qu'elle a été remplacée par une verrière où l'attend un mystérieux jeune homme... L'anime est tellement court que vous en raconter plus serait déjà spoiler. Tout ce que je peux vous dire, c'est que c'est TRÈS classique, prévisible, sans grand intérêt réel à ce niveau là.

Ce qui a par contre un énorme intérêt, c'est la forme. En fait, je crois qu'on a là les vingt minutes d'animation les mieux réalisées de de début d'année.

Le chara design ne sort pas des sentiers battus, mais il est beau ; les décors sont magnifiques ; l'animation royale. Gainax nous montre encore que ce sont eux qui ont le savoir-faire (et le fric). La scène finale notamment est dans le plus pur style Gainax, avec des combats cosmiques parfaitement abusés, mais, tellement beaux que l'on prend quand même son pied.

Hôkago no Pleiades est un anime très dispensable : trop court, trop classique, trop stéréotypé. Sa réalisation exemplaire en met plein les yeux, mais cela n'empêchera pas cette petite production de sombrer dans l'oubli.

Mais en même temps, je recommande cet épisode à toutes les personnes qui me lisent. Il est gratuit, il est rapide, il ne vous demande rien. Pour preuve il a été diffusé cette nuit sur le grand écran de la place de Shibuya, à Tokyô, pour ceux qui passaient par là. Vous n'avez absolument rien à perdre : les amateurs du genre seront comblés et ceux qui ne le connaissent pas seraient avisés de tester cet échantillon gratuit.

Les plus

- C'est beau !

-...

Les moins

- C'est court

-...

Verdict :5/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (1)
Amusante (0)
Originale (0)

0 membre partage cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Deluxe Fan, inscrit depuis le 20/08/2010.
AK8.1.13 - Page générée en 0.034 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.169636 ★