Jin-Roh : Le petit chaperon noir

» Critique de l'anime Jin Roh - La Brigade des Loups par Deluxe Fan le
27 Janvier 2013

S’il fallait un anime pour définir le sens du mot intrigue, Jin-Roh sonnerait comme une évidence.

Ce long-métrage, produit en 1998 et sorti dans les années suivantes, voit rempiler une partie des têtes pensantes qui avaient créé le premier Ghost in The Shell, avec notamment Hiroyuki Okiura à la réalisation et Mamoru Oshii à l’écriture. Dès les premières minutes, le spectateur est mis dans le bain, avec un rappel des faits historiques ayant conduit a l'uchronie dans lequel le récit prendra place. En mêlant des faits on ne peut plus réels et d’autres fictifs mais vraisemblables, Jin-Roh se place dès son introduction comme un anime premier degré, du genre de ceux que l’on va prendre au sérieux.

Toutefois, et c’est sans doute le plus déstabilisant une fois le film terminé, Jin-Roh n’est pas l’exposé d’une doctrine politique déguisée en fiction. Il ne s’agit pas de déterminer quel camp est dans son bon droit ou quel camp est dans la faute. Il ne s’agit pas de prévenir contre les dangers de telle ou telle courant de pensée. Il ne s’agit pas de délivrer un message antimilitariste. Car même si tous ces thèmes peuvent se trouver dans Jin-Roh, il s’agit d’abord et avant tout de raconter l’histoire d’un homme, l’histoire d’une femme, l’histoire d’un complot.

Kazuki Fuse est membre d’une unité paramilitaire d’élite chargée de maintenir l’ordre dans un Tokyo en proie à une révolte de plus en plus organisée et violente. Suite à une opération qui tournera très mal, il est déchu de son poste et doit retourner faire ses classes. Brisé mentalement, il retrouvera un semblant d’humanité auprès d’une jeune femme, qu’il fréquentera de plus en plus régulièrement. Une relation qui ne restera pas sans conséquences pour Fuse. Toute la question sera de savoir qui est l’ennemi et qui est l’allié. Si tant est qu’il y en ait…

Si Jin-Roh est un véritable film d’animation d'espionnage, il faut en attendre la deuxième partie pour que la machination se mettre en marche et se referme sur les personnages. Passée l’excellente l’introduction qui raconte le drame déclencheur du récit, toute la première partie du film est consacrée à l’histoire de Fuse et la mise en place des éléments de la conspiration. Une fois celle-ci enclenchée, le film trouve son rythme et laisse éclater le talent de mise en scène des réalisateurs.

Car ce qui caractérise la mise en scène de Jin-Roh, et lui permet de si bien réussir, c’est la pudeur avec laquelle les évènements sont relatés. La direction artistique terne, les personnages peu expressifs et les dialogues courts et avares en développement permettent au drame à venir de se nouer subtilement, pour mieux saisir le spectateur une fois le moment venu. La toute dernière scène du film est d’ailleurs une vraie réussite dans sa volonté de laisser le choix au spectateur.

Que ce soit pour l’expérience narrative, le travail sur la photographie ou pour la beauté de l’animation traditionnelle qui n’a pas pris une ride, Jin-Roh est un film à voir et à recommander. Prenez toutefois garde à ne pas trop en apprendre avant de l’aborder ; ce serait gâcher une histoire où ce qui est montré vaut plus que ce qui est dit. 8,5/10

Verdict :8/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (3)
Amusante (0)
Originale (0)

4 membres partagent cet avis
1 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Deluxe Fan, inscrit depuis le 20/08/2010.
AK8.1.13 - Page générée en 0.043 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.169636 ★