Critique de l'anime Kara no Kyôkai : Epilogue

» par Kyoshi le
02 Novembre 2011
| Voir la fiche de l'anime

Clairement, cet épilogue a trahi les attentes de beaucoup de monde. Sa nature était annoncée par-ci par-là, mais beaucoup ne sont pas assez attachés à la série pour s'être réellement renseignés. Il me semble donc clair d'insérer une note ici : cet épilogue est un dialogue d'une demie-heure entre une nouvelle facette de Shiki et notre bien-aimé Kokutou. Pas d'action, donc. Pas de Touko non plus. L'adaptation de l'épilogue du roman est réalisée à la lettre, et le résultat en est donc plus proche que les films. Cela implique beaucoup de (que du) blabla.

Cet OAV s'éloigne tout compte fait de beaucoup de ce que l'on considère essentiel dans l'animation japonaise. Comme l'animation. Si vous n'aviez jamais vu un anime statique, alors vous êtes servis. Peut-être à la manière de certains passages de films par Shinkai, cet épilogue traduit une impression de calme, de stabilité et beauté à l'état pur. Cependant, cette impression est surtout relayée par une absence de contenu. C'est après tout la fin ultime de Kara no Kyoukai, n'étant constituée que de la quintessence d'un des aspects de la série, celui comprenant les silences, les pauses et les discussions. On retrouve certaines caractéristiques du quatrième film, donc. Beaucoup de contemplation, énormément de plans fixes, mais cette fois une faible variété dans les décors. Visuellement, le tout éclate néanmoins la rétine. Il y a un souci du détail impressionnant (ils pouvaient se le permettre...) qui arrive a captiver l'oeil du début jusqu'à la fin. Clairement, ça fait plaisir.

Cela dit, un tableau ne suffit pas à de l'animation, et c'est là qu'on en arrive au gros morceau. Cet OAV n'est pas tant de l'animation qu'un dialogue agréable à lire, plus proche du théâtre ou du Visual Novel. On en retient finalement une image, une phrase, une situation, mais certainement pas une histoire. Ce n'est pas un défaut en soi puisque dès le début il n'y avait pas d'intention de créer un histoire, mais on tient ici la principale cause de déception.

On est en terrain connu. La scène présentée est la même que celle qui marquait le début chronologique de Kara no Kyoukai, quelques années plus tôt. Cependant, là où il n'y avait que silence auparavant, on assiste ici à un dialogue. Là où le décor est le même, les évènement sont différents. L'évolution des personnages et de la situation est établie et contrastée implicitement avec le commencement. C'est la fin du parcours dans son sens le plus parfait.

Le regard sur Kokutou est le point central de l'OAV. En effet, bien que Shiki captive l'écran entièrement puisque dotée d'un design à tomber par terre, Kokutou est l'intérêt principal tout du long. Sa façon de penser est regardée de plus près, et on se rend compte au fur et à mesure qu'il est très loin d'être le personnage classique, normal et effacé qu'on voyait à l'origine.

N'oublions cependant pas la provenance de ce chapitre final. Le coffret le contenant coûte les yeux de la tête, et ce n'est pas un produit qui se retrouverait dans les mains de quelqu'un qui n'apprécie pas réellement la série. C'est simple : si vous n'avez pas aimé la série, n'essayez même pas. Ou même, si vous n'avez pas le cerveau entièrement rôti au Kara no Kyoukai, vous n'y verrez pas beaucoup d'intérêt. Je vous le dis maintenant, avoir Shiki à l'écran qui parle suffit à me rendre content. Je ne peux qu’apprécier ce qu'on me montre ici, mais ça ne sera clairement pas le cas de tout le monde.

La partie du dialogue ne concernant pas Kokutou concerne Shiki. Et là, ça se complique. On a des bouts de Nasuverse, beaucoup de Kara no Kyoukai d'insider. Des mots comme Akasha ou Origine arriveront, je vous le dis. Une personnalité de plus débarque, il faut bien expliquer ce qu'elle fait là. Pour un fan de Rakkyo ou plus généralement du Nasuverse, c'est de l'or en barres. Ça au moins, c'est clair. Quoi qu'il en soit, contrairement à certains passages du premier film, ce dialogue est finalement peu prétentieux/pseudo-philosophique vu que beaucoup a attrait aux rouages internes de Kara no Kyoukai. Cela n'exclut pas un certain nombre de phrases inutiles par-ci par-là, hein.

Cet épilogue est finalement la cristallisation de toute une facette de ce qui fait Kara no Kyoukai. Une beauté sans pareille, un sens esthétique aussi particulier que captivant, une image aussi vide que pure.

Verdict :8/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (4)
Amusante (0)
Originale (0)

3 membres partagent cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Kyoshi, inscrit depuis le 17/05/2010.
AK8.1.13 - Page générée en 0.05 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.189645 ★