Critique de l'anime Kore wa Zombie Desu ka?

» par Deluxe Fan le
02 Avril 2011
| Voir la fiche de l'anime

Kore wa Zombie desu ka ? : …Vous pouvez répéter la question ?

Lorsque les premières bandes-annonces de Kore wa Zombie desu ka ? (KWZDK) sont sorties, l’a priori général fut globalement négatif. On y voyait une loli habillée en magical-girl, une tronçonneuse rose, la même loli à poil deux secondes plus tard et le mot « zombie » écrit en gros.

Tout le monde s’accordait pour dire que cela allait être une belle daube.

Mais en tant que masochiste notoire, j’ai regardé la série. Et ce visionnage n’a fait que confirmer ma première impression : KWZDK est un anime raté. Explications.

KWZDK est atteint du même virus qui gangrène les animés du début de 2011. Il veut trop en faire en trop peu de temps, et finalement il n’arrive à rien.

Là où le diagnostic est plus grave que pour certaines autres séries concurrentes, c’est que KWZDK n’a jamais eu l’intention d’aller où que ce soit.

Le héros s’appelle Ayumu Aikawa, lycéen bien dans son temps. Sa particularité est qu’il s’est fait assassiner par un mystérieux tueur en série. Pas de bol ! Heureusement une loli en armure… Heu je veux dire une nécromancienne répondant au doux nom de Hellscythe Eucliwood (je sais ça pas dû être facile à l’école) le ramène à la vie et en fait un zombie immortel. Quelle chance !

Hellscthye Eucliwood (Yuu pour aller vite) finit par emménager chez notre héros. Malheureusement elle ne parle pas beaucoup, ce qui ne l’empêche pas d’être le centre d’attention des fanboys. Un grand mystère que celui-ci…

Par la suite, Ayumu rencontre une magical-girl loli surdouée à qui il vole ses pouvoirs dont celui de manipuler une tronçonneuse rose, une vampire à gros nibards qui fait aussi ninja et qui a un sale caractère (Tsundere ?) une autre vampire ninja qui se proclame son épouse et qui se bat à coup de ramen dans ta gueule, et tout un tas d’autre trucs.

Comme vous pouvez le voir l’univers de KWZDK peut se targuer d’être riche mais je l’ai surtout trouvé incohérent et fourre-tout. Il se passe un tas de trucs mais on ne comprend ni d’où ça sort ni pourquoi.

Par exemple, à la fin de l’épisode 07, Ayumu découvre des luettes qui lui permettent de voir à travers les vêtements. N’importe qui aurait vu cela logiquement comme un élément comique récurrent, un running-gag. En vérité, cet élément disparaît dès le début l’épisode suivant. De même, le personnage de Tomonori qui se dit être la femme d’Ayumu apparaît vers le milieu de la série puis disparaît une fois qu’elle a chié un sorte de monstre enflammé dans l’épisode 09.

C’est peut-être un détail pour vous mais pour moi ça veut dire beaucoup. Ça veut dire que KWZDK n’a aucune cohésion, aucun projet à long terme, aucune ambition. C’est juste un gros pêle-mêle d’éléments hétéroclites sans liant narratif.

Tant pis. Lorsqu’un anime ne peut offrir un univers intéressant et construit, on peut toujours se rabattre sur l’histoire. Après tout, même dans un univers pourri on peut raconter des trucs intéressants, suffit de bien s’y prendre.

Malheureusement, c’est pas le cas…

Au cas où vous n’auriez pas compris, KWZDK est un anime de harem qui cache la misère avec un fantastique de bazar sans grand intérêt. Le scénario est à cette image : que de la gueule, rien derrière. L’anime se divise en deux arcs scénaristiques ; dans le premier on va essayer de découvrir qui est le tueur qui a agressé Ayumu. Ne vous attendez pas à un suspense incroyable, ni même à vous trouver intéressé par ce qui se passe. Cet arc est surtout une scène d’exposition des personnages et du bon fan-service outrancier. La suite ne vaut pas mieux, puisque il s’agira de voir la belle Yuu se transformer en moeblob attendant de se faire sauver par le courageux héros… Pfff.

Je ne dis pas que j’ai trouvé cela ennuyeux, mais que de mon côté cela ne m’a absolument pas intéressé. Déjà que l’anime ne nous explique pas la moitié de ce qui se passe (c’est qui le Roi de la Nuit d’abord ? Pourquoi n’en sait-on pas plus sur le clan des vampires-ninja ? Et sur l’école des magiciennes ? Et les Mégalos ?), et il faut savoir séparer ce qui est intéressant de ce qui ne l’est pas. En l’occurrence un gros tiers cumulé de l’anime ne sert à pas grand-chose. Et le reste n’a ni queue ni tête.

A cet instant, je me dis que même si l’univers et le scénario sont inintéressants, on peut toujours essayer de trouver de bons personnages. Après tout, en japanime comme en manga ce sont les personnages qui sont la priorité, c’est bien connu.

Sauf que là encore…

En bon harem qui ne s’assume pas, KWZDK va vous proposer un nombre réduit de personnages masculins pour un nombre conséquent de personnages féminins. Si possible, des loli et des bonnets D, sinon c’est pas marrant. Ainsi ce produit va attirer le public pédophile avec Haruna, Dai-sensei et Yuu, attraper le fétichiste des sailors-fuku avec Tomonori et les copines de classe d’Ayumu dont je ne me rappelle plus le nom tellement elles ne servent à rien, et enfin, les amateurs de mamelles rebondissant joyeusement seront aux anges avec Sera, Kyôko et le reste des persos féminins.

Emotions surjouées, fan-service gratuit, tout ce que nous adorons en japanime et là. On ne finit plus que par repérer les plans culottes et les décolletés, et se pâmer devant la bouille trop kawaii kikoolol de Yuu. Mention spéciale au dernier épisode qui est un petit cadeau fait aux fanboys puisqu’il se déroule à la piscine avec l’ensemble des personnages féminins en maillots de bain, suivi d’un truc ridicule à base de cuir et d’idols. Sans compter qu’il est presque écrit à la fin « saison deux ». Vous êtes heureux hein ? Avouez que vous êtes heureux !

Faisons un petit bilan à mi-parcours. De ce que j’ai interprété, KWZDK affiche un univers et un scénario prétexte, dans le seul but de mieux flatter l’otaku avec des stéréotypes éculés et un fan-service omniprésent et envahissant. Sans aucun intérêt à tout point de vue, l’histoire de KWZDK n’est qu’une façade qui cache maladroitement la faiblesse de son ambition.

Il reste une chose à voir, une chose essentielle ; la réalisation visuelle et sonore. Après tout, si c’est joli on peut être clément avec le reste.

Sauf que…

L’anime n’est pas moche, il est dans la moyenne actuelle. Le chara-design est standardisé mais plaisant (ce qui n’est pas le cas du manga tiré de cette série qui est une torture pour les yeux). L’animation arrive à être très correcte lors des scènes de combat, il faut le noter. Par contre, je ne comprends pas pourquoi ils ont salopé le reste en foutant des monstre en… 3D ! Bordel mais ça sort d’où ? Ils ne voient pas que c’est ignoble ? Quel gâchis…

La partie sonore ne casse pas des briques, avec un opening moyen et une BGM dynamique mais sans grand génie non plus. Par contre, j’approuve l’ending qui est une des rare choses que je retiendrai (avec du son chiptune on peut me vendre n’importe quoi).

Ainsi, KWZDK est un anime qui ne mobilisera pas votre matière grise, mais qui essayera de vous faire croire qu’il a un univers et une histoire alors que la seule chose qu’il propose c’est du fan-service ecchi en grande quantité camouflé par un scénar tout droit sorti de nulle part. Il ne vous divertira même pas à cause de sa mise en scène faible et de sa réalisation terne et convenue. Lourd, bête, tiède, KWZDK est voué à être oublié de tous.

4,5/10, arrondi à l’inférieur pour faire chier les fanboys (nananèèèèreuh !)

Les plus

- L'ending

Les moins

- Scénario bidon

- Chouette, un harem...

- Techniquement pas au niveau

Verdict :4/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (4)
Amusante (3)
Originale (0)

1 membre partage cet avis
2 membres ne partagent pas cet avis

A propos de l'auteur

Deluxe Fan, inscrit depuis le 20/08/2010.
AK8.1.13 - Page générée en 0.054 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.171382 ★