Megalo Box - L'homme qui ne portait pas de Gilet Jaune

» Critique de l'anime Megalo Box par GTZ le
19 Janvier 2019
Megalo Box - Screenshot #1

Une moto brûle le bitune. Elle roule, roule, roule, jusqu'au bout de la route, jusqu'à la fin du fin.

Un bras cassé, un chien de la casse au commande. Pas de frein, juste la main sur l’accélérateur.

Jusqu’où je peux aller, ou plutôt quand est ce que cela va s'arrêter.

Cet homme roule, il roule sur la vie, il roule à fond, car il ne peut faire qu'ainsi. Il ne sait que foncer.
Il est un pari, il est un dé qui roule sur lequel on mise. Donc il fonce.

Cet homme n'a pas de nom et il s'en donne un : Joe.

Cet homme boxe, il fait de la mégalo box. Dans un monde futur, où la société a peu changée, les crèves la dalle crèvent encore plus la dalle, et ceux qui s'engraisse sont devenu encore plus gras, cet homme survie. Non, il se bat, sur le ring de la vie.

La boxe a changé. Les exos armures sont apparus, outils militaires industrialisé et testé pour le grand spectacle, amenant plus d’esbroufes et de violences à un sport qui détenait encore de la noblesse pour le transformer en showroom sans valeur. La Mégalomania.

Joe lui se bat, un chien de la casse je vous l'ai dit, un underdog, un vrai. Un jour sur la route, surinant le bitune il tombe sur un autre loup, mais un dompté, un chien avec un bon collier, en argent mêlé d'acier. Son ring est la ville, la cité, le sommet, celui de Joe est celui de la boue, où les croûteux viennent s'amasser pour gaspiller le maigre pécule ramassé. Pour voir du sang, de la violence. Du pain et des jeux et les gens seront contents.

Megalo Box - Screenshot #2Joe avant d'être un sacré bonhomme, un furieux, c'est un insoumis. Un vrai vivant, vivant par ses poings il sait, sans le savoir encore la valeur de la vie, celle où tu tiens bien droit alors que t'es sale comme le pire des charclots. C'est presque un clodo notre Joe.

Son ring, au loup dompté, c'est de la merde, il le bafoue, il l'insulte. Et Joe repart consommer de l'asphalte. Car y a que ça, cette vitesse qui défile, jusqu'à sa mort, jusqu'à oublier cette dureté.

La vie de Joe continue, encore un ring dans lequel il va saigner, suer, faire le spectacle. La lumière s'éteint, celle de Joe en tout cas, débarque le loup. Car s'en était vraiment un, lui aussi à son honneur, il va voir Joe, pour lui expliquer. Lui il boxe, il a un collier, mais il boxe, Joe il survit.

Joe repart sur le bitune, mais sa route est différente, brûle un autre feu. Celui de bousculer, celui de sortir de la boue, de les éclabousser, Joe veut maintenant vivre.

Je pourrais m'arrêter là.

Megalo Box, pour introduire, après cette longue introduction, est une anime célébrant le cinquantenaire d'un manga bien fameux, d'un précurseur : Ashita no Joe. Je ne vais pas vous le résumé, je l'ai déjà fait.

Megalo Box - Screenshot #3A l'époque où il est sortie comme un Devilman, il avait bon écho, il parlait bien à son temps. Il est amusant, pour ne pas dire triste que la sortie en 2018 de Megalo Box couplé avec un Devilman Crybaby en hommage aux œuvres précités portent un discours toujours de circonstance et sonnent comme un rappel, une alarme.

Le combat continue et il est loin d'être fini.

La encore je pourrais m'arrêter. Une jolie conclusion ça, Ideal J, tout ça. Bah ouais ma gueule. Mais j'ai pas encore bien vendu la bête, elle est balaise, imposante, mais humble, cachée par la crasse et la misère.

Le premier épisode lancé, le nouveau venu ou le badaud non concerné - c'est un pléonasme, je sais, je te fais caca sur le nez et pis c'est tout, voilà pas de respect, comme Joe - pourrait rien n'y trouvé, ou juste un produit un peu particulier, une histoire social comme une autre, sauf en anime, et hop il oublie et il passe au show suivant. J'espère que non.

Car les personnes cités, si par bonheur, elle tombe dessus, verront les couleurs, verront l'enchaînement, la sueur, du planches par planches, de l'artisanat. C'est de la putain de qualité, de celle où on pardonne quand ça saute ou que ça cafouille, car c'est fait avec les mains, les vrais, pas au clavier. Et cela se ressent sur l'ensemble. La bande son, d'un rappeur japoss qui demande qu'a être écouté, suinte la passion, voilà c'est balancé, j'ai tardé avant de le dire.

Bordel ça suinte, ça expulse, ça la projette, ça te chie dans la gueule la passion. Le badaud, lui là, qu'en a rien à foutre, il lance l'épisode, il tombe sur le générique. Cette putain d'ode au bras cassé, s'il poursuit il se prend sa clac-clac. C'est de la came ultime.

Tellement ultime que j'ai zappé de le citer dans mon bilan de 2018. Sur Anime Kun quoi. Enfin voilà quoi on s'en fou.

Reprenons.

C'est pas de la boxe que vous allez mater, c'est pas Ippo que vous allez regarder, non, non, c'est Joe. C'est la boxe de Joe, celle qui va au delà du ring, sur le ring du système, celui de toi et moi, celui de la vie.

Joe monte sur le ring, il a rien, moins que toi ou moi, mais il a le feu, et ce feu il nous le transmet.

Megalo Box, Marx il ferait un Dab direct s'il l'a regardait.

Verdict :9/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (7)
Amusante (4)
Originale (4)

7 membres partagent cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

GTZ, inscrit depuis le 09/06/2010.
AK8.1.13 - Page générée en 0.058 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.159400 ★