Oban Star-Racers - La F1 dans l'Espace.

» Critique de l'anime Oban Star-Racers par Rydiss le
20 Juin 2011

Ouh, le petit truc de fou! Excellente surprise que cette série mes aïeux, preuve en est : cela va faire plus d'un an que je l'ai regardée et je m'en souviens encore! Si ça ce n'est pas une preuve de qualité... Réalisée par une équipe franco-japonaise, Oban Star Racer est la série qui vous montre que la coopération, ça a du bon.

Néanmoins, calmons nos ardeurs : le pitch est tout de même classique. Molly vit dans un orphelinat, sa mère étant décédée et son père bien trop occupé par son travail pour l'éduquer. Mais la gamine, têtue comme trois mules croisées avec un âne, décide de se barrer en grande pompe pour rejoindre le paternel. Après des retrouvailles que l'on pourrait qualifier de glaciales (papa a carrément oublié à quoi ressemblait sa fille après tout ce temps), tombe une nouvelle pour le moins alarmante : la Terre est menacée (ah, j'avais prévenu, chers loutriers, y a du classique), et pour la sauver, il faut participer et surtout remporter une course se déroulant sur la planète Oban. Le prix : voir son vœu se réaliser (preuve en est que l'adage "l'important, c'est de participer!" est d'une connerie sans nom. Faut gagner, pis c'est tout, et si t'y arrives pas, ben crève). Le hasard faisant bien les choses (et surtout étant une chose absente des scénarios de la grande majorité des animes), il s'avère que papounet est le PDG d'une méga-boîte qui créée des bolides de courses, et que Molly a hérité de talents de pilote... Y a plus qu'à s'embarquer discretos en tant qu'immigrée clandestin et c'est parti pour l'aventure!

Voilà pour le début de l'histoire. La suite va ensuite progressivement installer une petite dose de mystère, et surtout bien développer ses personnages et leurs relations. Ces derniers ne sortent pas des sentiers battus, mais ils sont bien construits et ne possèdent aucune tare qui aurait le don de vous énerver (enfin... On va dire qu'on n'a pas de cruche et pas de type avec le zéro absolu en guise de Q.I.. Et ça c'est cool, car tout le monde en a marre d'avoir des mollusques à la con comme protagonistes). Molly est bien sympathique, et on aimerait avoir plus de personnages comme elle. Déterminée, courageuse, garçon manquée, pilote et bricoleuse hors-pair... Mes enfants, voici une (presque) femme indépendante! Seul souci : son caractère buté l'amène à quelques actions ma foi... Stupides. Quant à pater Don Wei, il a la classe. Dandy intelligent et froid comme la glace, on sent que quelque chose a cloché dans sa vie, qui l'amène sans cesse à revivre un passé qu'il souhaiterait modifier... Et on a les autres : Jordan est le simplet de service qui sait se rendre utile (oui, ça existe. Suffit d'avoir des muscles.), on a un papi barjo qui se ballade au milieu de tout ça... Bref, on a une belle brochette de personnages que l'on prend plaisir à découvrir et à voir évoluer.

Pour le scénario, on peut le découper en deux grandes parties : la partie "Initiation" et la partie "Révélation" (comme Twilight, chef d'œuvre incontesté de la nouvelle vague de littérature américaine, mais en beaucoup mieux, c'est dire le niveau de cet anime!). La partie "Initiation" est là pour mettre les choses en places: découverte de la planète Oban (très jolie, on y partirait bien en villégiature), intervention de nouveaux protagonistes, mise en place des règles des courses de vaisseaux... Et puis suite à la "Perturbation", on a les "Révélations" (j'envisage d'écrire la suite de Twilight, du coup je m'entraîne à trouver des titres en -ion, ne vous inquiétez pas), ma foi assez surprenantes pour certaines. Il m'arrivait souvent de me dire : "bon, ben là c'est pas compliqué, il va se passer ça", pour finalement avoir une petite surprise. Et ça, c'est la preuve que le scénario, à défaut d'être totalement original, a été très bien construit et un minimum réfléchi. Sans oublier en plus la fin qui est ET réussie ET logique ET imprévisible (enfin, moi je ne m'y attendais pas vraiment, je devais avoir le cerveau emplie de titre à la con finissant pas -ion). Big up les gars, de nos jours cela relève de l'exceptionnel.

Pour ceux qui sont intéressés par les courses de bolides, je vous conseille cette série sans hésiter. Vous allez en prendre plein les mirettes pendant les courses. Vous souvenez-vous de Star Wars: la Menace Fantôme et sa course avec le jeune Anakin (de nombreuses références sont d'ailleurs parsemées ici et là)? Ben là, c'est pareil. Et c'est juste jouissif. Tous les coups sont permis, on a de belles explosions et autres sortie du circuit. Les vaisseaux sont superbement modélisés et intégrés, ça va vite, y a du suspens(-ion, Twilight a encore frappé), on ne s'ennuie pas une seule seconde. Puis tant que j'y suis, je m'arrête sur le design de la série. Déjà, celui des bolides est une réussite, mais en fait c'est tout un univers original qui a été créé de A à Z, les engins n'en sont qu'un fragment. Les paysages sont sublimes, le design des personnages et des ethnies est unique (les humains n'ont pas de nez!), et le tout s'accorde parfaitement. Du grand art, mes enfants. Et pour en ajouter une couche, comme si du point de vue réalisation et animation tout n'était déjà pas parfait (oui, j'ose utiliser ce mot), ces enfoirés osent nous sortir une bande son sublime, tapant dans un peu tout les genres. Je suis vert. Un truc de fou, j'avais prévenu.

Bref, Oban Star Racer nous sert un scénario ma foi classique, mais il nous prouve qu'en ajoutant plein de petites bonnes idées, un univers original, et des personnages certes déjà vu, mais intéressants et bien développés, le tout enveloppé d' une bonne réalisation, et ben on a une série largement au-dessus du lot. L'anime n'invente rien, mais il reprend des éléments que nous connaissons bien et les exploite avec intelligence. Je ne me suis pas ennuyé, j'ai enchaîné les épisodes, et je m'en souviens encore aujourd'hui, plus d'un an après le visionnage. Un 8, note que je n'accorde normalement qu'aux animes que je revisionne, me semble mérité. Car c'est du travail bien-fait, on ne s'est pas fichu de moi. Messieurs-dames les Japonais, il faut vous associer plus souvent aux étrangers, cela vous réussis (ouais bon, Basquash est à part... C'est l'exception qui confirme la règle dirons-nous, même si niveau graphisme c'est sublime aussi).

Et pour ceux qui s'interrogent sur le délire avec Twilight, sachez qu'il n'y a aucun point commun entre la série et cette chose. Et que je ne suis pas un cas de psychiatrie. C'est un délire, c'est tout. Et les délires, ça ne s'explique (mais si jamais j'écris un jour la suite de Twilight, je vous assure que je tue tous les protagonistes de l'histoire. Comme ça, on dormira tranquille).

Verdict :8/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (1)
Amusante (1)
Originale (1)

1 membre partage cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Rydiss, inscrit depuis le 15/07/2007.
AK8.1.13 - Page générée en 0.052 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.183104 ★