Remember that I promised I would / Write you / These blue valentines

» Critique de l'anime Fūka par Duna le
15 Février 2018

Les premiers épisodes m'ont blasée. Mais je n'avais que cela à me mettre sous la dent, tel un produit de distributeur parfait pour contenter un accès de gourmandise, gastronomie mise de côté.

La recette qui marche (selon les studios ne raffolant pas des prises de risque) :

La pâte
O.K., le 風 / Fuu / Kaze / Vent - du titre, c'est pour celui qui soulève les jupes pour des vues imprenables sur petites culottes ? Génial... Je raffole du genre... Sans compter les multiples scènes de bain ; avec la serviette-éponge ou le brouillard là où il faut, mais ça n'égale pas les épiques mosaïques de l'épisode huit de Gurren Lagann.

Le fond (de) tarte
Ah, et un triangle amoureux comme on en fait trop !
- Rien à batt... à ajouter -

La décoration
Ajoutez une poignée de lycéens qui se lance dans la musique en mode Beck [Note : le manga est mieux !] et paf, ça fait des choca-hits ? Ouais... Dans vos rêves les enfants. Et la marmotte, en plus de l'emballage du chocolat Milka, elle fait de la musique pendant l'hiver ? [Hein ? France 3 ? On parle de japanimation, un peu de sérieux, je vous prie, dans la fosse !]

L'arôme artificiel
Enfin, parfum cerise du Mon Chéri (beurk), le fameux brun aux yeux sombres qui ne comprend pas que toutes les filles craquent sur lui, archétypé Kirito bien comme il faut.

Des ingrédients des plus classiques, qui font l'effet d'une overdose de chocolats industriels, comme à Noël, à la Saint-Valentin, ou à n'importe quelle période de l'année, d'ailleurs.

Peu à peu, la ratio s'équilibre, un peu comme lorsqu'on tombe sur une recette mal rédigée du Marmiton et qu'on rajoute la farine ou le Grand Marnier nécessaire pour compenser l'écrasante proportion de sucre suggérée. Eh oui, la série commence à aborder la musique. Qui ne cassera ni les pattes d'un canard, ni vos oreilles ; quelque chose qui vous laissera une ou deux phrases musicales en tête, tout au plus.

Le plus intéressant selon moi, c'est la place laissée à l'écriture - ici musicale, et c'est tant mieux -, à l'expression sentimentale qu'elle véhicule. Ouais, vous avez le droit de vous moquer ; ce n'est plus un boulevard, je vous ai laissé une autoroute à quatre voies entièrement déneigée, faites-vous plais'.

Allez, à part ça, les personnages sont des plus banals, les dessins sont très moyens - non mais vous avez vu cette basse posée sur ce lit, c'est un jouet pour enfant, les mecs ??! -, et l'animation n'a rien de folichon non plus. J'ai fait beaucoup de pub dans cette critique ; ce n'est rien par rapport à celle véhiculée dans la série, je peux vous l'assurer.

Verdict :6/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (3)
Amusante (3)
Originale (3)

0 membre partage cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Duna, inscrit depuis le 29/07/2011.
AK8.1.13 - Page générée en 0.052 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.201637 ★