J'irai danser sur vos tombes

» Critique de l'anime The Skull Man par Afloplouf le
13 Novembre 2008
The Skull Man - Screenshot #1

[Private Joke : Il était quelque peu imposé que The SKULL (crâne en anglais) Man soit adaptés par le studio BONES (os en anglais).
Désolé ^^' !
Je n'ai pas lu le manga, mon avis se basera donc uniquement sur l'anime.]

L'œuvre a une ambiance très particulière. J'ai eu du mal au début à accrocher bien que l'atmosphère quelque peu jazzy, enfumée par les cigarettes, propre en un sens (excepté la couleur et les histoires de manipulations génétiques) aux polars des années 70. Décidément, j'ai eu du mal avec le rythme des productions du studio Bones en 2007. Fort heureusement, la deuxième moitié est bien plus entraînante.

Mais reprenons les choses par le début. Sur un plan technique, Bones réalise un sans faute comme à son habitude. En un sens, j'ai même été plus convaincu par The Skull Man que par Darker Than Black en ce qui concerne les graphismes. Les décors manquent parfois de détails et le chara-design ne conviendra pas à tout le monde par un trop grand classicisme. De même, l'animation cherche ses marques au premier épisode dans certains plans. Mais c'est bien une ambiance qu'a réussit à créer Bones. Un ciel bien souvent gris, terne, une pluie en filigrane, des décors à peine éclairée par les explosions des flammes... Le studio aura notamment fait un gros travail sur les couleurs et les lumières.

The Skull Man - Screenshot #2La bande-son contribue à cette bonne impression. Encore une fois, Bones a porté un soin particulier aux génériques. Une politique bien évidemment judicieuse puisqu'elle donne une bonne image dès le début et offre au spectateur une conclusion convaincante, et cela pour chaque épisode. De plus, ce n'est pas seulement les musiques qui sont bonnes, les images qui les accompagnent sont elle aussi de qualité. Le reste de l'OST pourra plus porter à caution. Les mauvaises langues pourront pointer un certain vide musical, je dirai pour ma part que l'OST se fait discrète. Quelques violons, quelques pianos... sans fioritures ni exagérations, elles suffisent amplement à soutenir l'émotions ou l'action. Je retiendrai entre autres un thème dramatique.
The Skull Man peut se vanter d'avoir une chose que peu d'animes possèdent : une âme.

La narration est particulière. Elle est bien linéaire mais les explications n'arrivent pas en flux constant au téléspectateur. C'est la série typique où un détail quelconque prend une importance clé plusieurs épisodes après. De la même façon, les personnages ne se cernent pas facilement au premier abord. Pour être plus exact, l'image qu'on se faisait des personnages se voit chamboulé, notamment dans la deuxième partie de l'anime. Et cela aussi bien au niveau de leurs passés - révélés par de petites touches qui, si elles informent, laissent la part belle aux interprétations - que leurs personnalités ou leurs choix. Bien qu'à peine suggérés, on peut dire que les personnages portent une bonne part du scénario. Si, dans un premier temps, l'homme-squelette éclipsent les autres personnages de par son charisme, les seconds rôles s'avèrent dans le final tout au autant intéressants.

The Skull Man - Screenshot #3Le genre de The Skull Man est difficile à classer : SF, Fantastique, thriller politique... l'anime mord dans chacun de ses genres et d'autres encore. 13 épisodes c'est à la fois trop court pour pleinement développer un univers qui, de part le peu qu'on se figure, se révèle riche ; et en même temps, cela impose la concision nécessaire pour supprimer tout superflu. L'épisode 3 apporte un tournant dans l'histoire et les derniers épisodes impriment un rythme d'enfer. On a un concentré d'action et d'émotion même si je regrette quelque peu le manque de détails. La fin laisse suggérer une suite possible, mais je doute de sa réalisation.

The Skull Man est en définitive une série qui mérite mieux que l'oubli dans lequel il est plongé. Citer du Nieztsche ou du Shakespeare à l'occasion n'aura pas peut-être pas aider pour en faire un anime grand public ^^' . Éclipsé par l'autre production Bones phare de l'année 2007, Darker Than Black, The Skull Man mérite cependant le détour pour son atmosphère sombre et ses personnages qui ne se révèlent pas au premier abord.

Verdict :6/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (4)
Amusante (0)
Originale (0)

2 membres partagent cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Afloplouf, inscrit depuis le 14/05/2008.
AK8.1.13 - Page générée en 0.059 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.198384 ★