Critique de l'anime Un-Go

» par Rouchka le
11 Janvier 2012
| Voir la fiche de l'anime

En ce moment, on retrouve le studio Bones presque à chaque saison et à chaque fois pour faire un anime avec un style très différent et une qualité inégale. Au point que l'on ne sait plus vraiment sur quoi l'on va tomber à l'annonce d'une nouvelle série. J'ai visionné cette série de manière plutôt confiante et pour cause certaines facettes du studio qui ne changent pas et restent toujours de qualité à savoir l'ost et les graphismes. C'est donc surtout vers le scénario qu'il fallait porter ses doutes vu que rien n'était assuré d'avance.

Alors, ça donne quoi ?

La série se compose d'enquêtes mais on ne peut la limiter à cela vu qu'elle est très dense. On suit classiquement un détective et on en suit même plusieurs, mais certains éléments peuvent rajouter un plus à la série, ou l'inverse. Ici ces éléments sont d'abord un côté surnaturel complétement assumé et dévoilé de base. C'est à dire que le compagnon de Yūki Shinjūrō, Inga, peut forcer quelqu'un à répondre à une question. C'est un peu l'élément bonus pour pimenter les enquêtes, mais cela aurait aussi pu les gâcher en se reposant simplement sur ce pouvoir pour tout comprendre. Il fallait donc bien choisir les enquêtes, que les affaires ne dévoilent leur finalité que au fur et à mesure. La plupart du temps, c'est donc au Détective Vaincu Shinjūrō de comprendre l'enjeu de l'affaire. Par exemple il peut commencer à enquêter sur une chanson pour ensuite enquêter sur un meurtre, l'objectif change en cours de route. De cette manière, j'ai trouvé que le pouvoir de Inga ne tombait jamais comme un cheveux sur la soupe. Et de plus on ne se dit jamais qu'il suffisait qu'il pose sa question dès le début et que tout le reste n'a servi qu'à remplir l'épisode. Un autre élément bonus qui pimentera les enquêtes c'est la présence d'un androïde, Kazamori, qui pourra enregistrer tout ce qu'il se passe, pirater et rechercher très rapidement. C'est un élément relativement peu mais bien utilisé.

Dans une série de ce type les enquêtes ont une grande importance pour juger de sa qualité. Mais Un-Go est très court, seulement 11 épisodes, et en plus le format une enquête/ un épisode n'est pas de rigueur. On aura donc droit à seulement 5-6 affaires, prenants plus d'ampleur à chaque fois, ce qui est peu pour se faire un avis sur la qualité de celles-ci. Sachant que sur ces 5-6 affaires la qualité sera inégale. Autant certaines sont vraiment intéressantes et posent de vraies questions sur des sujets lourds notamment sur l'intelligence artificiel, mais d'autres auront peu d'intérêt avec une solution qui arrivera de nulle part. D'ailleurs on demande parfois à Shinjūrō de résoudre des affaires sans avoir les éléments suffisants en main, ainsi il ne lui reste plus qu'à rassembler un peu les éléments, faire bosser sa copine/copain Inga et le tour est joué. Bien sur ce n'est pas le cas de toutes les affaires, et c'est même plutôt une minorité, certaines ont su me faire réfléchir et me poser des questions.

Donc on a du surnaturel, des enquêtes, et pour pimenter le tout un cadre original. Ce cadre est un gros point fort de la série, mais en même temps il est très sous-exploité. Cela ce passe dans le futur, soit de la science fiction qui se veut de l'anticipation. Ce n'est pas un futur très éloigné pourtant les technologies ont avancé à un rythme inégal. C'est à dire qu'on se balade en voiture tout ce qu'il y a de plus normal, on croirait presque voir le Tokyo d'aujourd'hui, mais en même temps on arrive à faire des androïdes qui ressemblent comme deux gouttes d'eau à de véritables êtres humains et sont à la limite de ressentir des sentiments. En cela le cadre perd un peu de son réalisme, c'est étrange et je me demande si les créateurs n'ont pas souhaité un peu s'en écarter en continuant la série. Effectivement dans les premiers épisodes ce cadre est très présent, on nous montre bien que nous sommes dans le futur en se permettant de baser certaines enquêtes entièrement sur des éléments qui n'existeraient pas aujourd'hui. Cela rajoute de l'intérêt bien sûr en sortant du lot, mais plus on avance dans la série plus les enquêtes se rapprochent de notre réalité. On se demande même si la série n'aurait pas pu se satisfaire du côté surnaturel sans rajouter celui science fiction, mais il est quand même le bienvenu et aurait mérité à être gardé pour la suite des épisodes. On voit bien que pour 11 épisodes les créateurs ont voulu mettre trop d'éléments et qu'il était compliqué ensuite de les garder. Ils ont eu les yeux un peu gros mais j'ai envie de dire ça passe. Surnaturel, science fiction, mais la liste n'est pas finit vu qu'ils ont en plus voulu rajouter les séquelles d'une guerre avec une partie de la ville en ruine et son lot de réfugiés. Ce cadre ne convient définitivement pas au format de la série donc on ne verra le côté guerre/réfugié que pendant une ou deux enquêtes et celui science-fiction pareillement. Ce sera l'occasion d'aborder des questions politiques certes intéressantes mais anecdotiques. Avec en plus certaines enquêtes réservées au surnaturel, difficile de tout aborder surtout avec un panel de possibilités aussi large. Vous l'aurez compris ça manque un peu d'ordre et c'est peut être pour cela que l'on a du mal à s'attacher à l'univers dont on ne peut voir qu'une infime partie. Cadre bon, cadre sous exploité mais ils n'avaient pas le temps de le faire.

Un autre bon point de la série: les personnages. Le duo Shinjūrō et Inga est agréable à suivre, comme le reste il est sous exploité mais amènera sont lot de questions. Shinjūrō est quelqu'un d'intelligent, de logique plutôt mais par contre il n'a aucun côté social. Effectivement on l'imaginerait mal papoter avec un ami par exemple, tout ce qu'il dit se fait dans le cadre d'une enquête et est toujours intéressé. Je ne sais pas si c'était une envie des créateurs, surtout qu'ils ont voulu rajouter une petite love story au milieu, pourquoi pas mais le caractère de Shinjūrō ne s'y prête pas vraiment. Inga ,elle/lui est bien mystérieux(se) c'est à dire que d'un côté c'est un petit garçon curieux et excité par des broutilles comme tous les enfants de son âge, et de l'autre c'est une femme entreprenante qui prend beaucoup de place. Peut être qu'ils n'ont pas réussi à donner un caractère stable à ce personnage de par son physique qui change d'une scène à l'autre mais 11 épisodes ne nous permettent pas vraiment d'en juger. Ce qui est sûr c'est qu'en plus d'être un peu la signature de la série, il intéresse. Les personnages secondaires sont bons mais eux aussi sous exploités (décidément) et on n'apprend pas grand chose sur eux autres que ce qu'ils font dans l'instant et comment ils réagissent. Difficile de développer un personnage en se contentant de ses actes visibles sur le présent sans rien donner sur sa vie. Ils apparaissent donc, aident ou gênent le héros puis ressortent de scène sans jamais de superflu. Mais on a de la chance, ils sont relativement peu nombreux et peuvent donc apparaître régulièrement, suffisamment pour prendre un peu d'importance. Je ne vais pas tous les développer même si certains le mériteraient, mais à savoir que Kaishō Rinroku est un détective très connu et qui a l'air de savoir tout sur tout les yeux fermés, la plupart des enquêtes vont se développer autour de lui. Pour moi ce personnage manque d'intérêt mais il est compensé par sa fille Kaishō Rie qui pimente un peu la série de ses interventions. Bon je ne fais que les survoler parce que même s'ils sont sous développés on aurait quand même beaucoup à dire. Il y a aussi l'IA ultra développée, dernière de son espèce qui a beaucoup d'intérêt au début, après son apparition, en plus de rajouter une touche d'humour, mais elle finira souvent par n'être qu'un simple outil comme rappel du cadre de science fiction. Sans elle on finirait par l'oublier d'ailleurs.

J'aborde quand même les graphismes et la musique. C'est beau, les traits sont fins les décors sont riches et variés, détaillés comme on pouvait l'attendre du studio Bones. L'animation est fluide, l'action (quand il y en a) rend plutôt bien en tout cas les graphismes ne sont pas inégaux. Rien ne m'a surpris négativement tout se vaut et c'est de qualité. Le chara design est d'ailleurs particulier mais pas désagréable même s'il a un style bien à lui. On aurait aimé voir plus de bâtiments dévastés ou des scènes de guerres qui auraient pu bien rendre. Ça me fait penser que même le lieu de vie de notre héros n'est pas dévoilé mais il y avait de quoi faire. Bref un travail graphique intéressant qui aurait mérité plus de changements d'environnements. Petite pensée pour la scène du brulé vif qui montre tout ce dont l'animation de Un-Go était capable.

Pour la bande son, c'est vraiment un énorme point fort pour l'anime, elle est tout bonnement excellente. Le duo Opening/Ending est très bon, je ne l'ai pas zappé en 11 épisodes je trouve qu'il colle parfaitement à la série c'est fichtrement agréable à l'oreille. Les musiques ont pour beaucoup un point commun, un effet de CD rayé comme un pc qui bug et ça rend particulièrement bien. Là encore ils ont fait vœux d'originalité et je trouve ça très réussi, j'écouterai encore l'ost dans longtemps j'en suis convaincu.

Conclusion, beaucoup de points n'ont pas été abordés, faute à une série très dense. Trop dense même pour son format avec la masse d'éléments à prendre en compte ce qui n'est pas chose aisée. Le véritable défaut de cette série qui l'empêchera de marquer plus, même si je la trouve tout de même bonne, c'est qu'elle est courte. 11 épisodes ne sont pas suffisants quand on choisit et développe un univers comme celui-ci et la série aurait mérité au moins 24 épisodes pour être complète. A savoir que l'on apprend pas grand chose sur le passé, même le présent reste survolé et laisse des questions sans réponses. La fin est bonne mais ne finalise concrètement rien et ils auraient aussi bien pu continuer. Aux vus de la densité de la chose, la série ne se compose finalement que sur des non-dits, pour certains c'est très bien comme cela, ça l'est pour moi par exemple. En effet que l'histoire et les personnages se développent de manière détournée et discrète me convient notamment pour que les enquêtes ne passent pas comme étant seulement un prétexte pour le faire. Ici on évite le superflu et c'est bien vu de leur part sinon la série aurait vraiment manqué de consistance. Mais je peux aussi comprendre les déçus qui ne manquent pas à l'appel, il est difficile de s'attacher quand on passe si vite sur un univers et des personnages qui avaient tout pour plaire. Un-Go est donc composé de petites touches de beaucoup de choses et on peut dire que le bouquet est réussi mais minimaliste.

Verdict :7/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (1)
Amusante (0)
Originale (0)

0 membre partage cet avis
1 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Rouchka, inscrit depuis le 02/10/2011.
AK8.1.13 - Page générée en 0.051 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.187527 ★