Inari, Konkon, Koi Iroha.

Inari, Konkon, Koi Iroha.

Depuis son plus jeune âge, Inari Fushimi a pris l'habitude de visiter le temple Inari. Lors d'une de ses visites, elle sauve la vie d'un petit renard sur le point de tomber dans une rivière et est remerciée par la déesse du temple, Uka-no-Mitama-no-Kami. Pour lui montrer toute sa gratitude, elle accepte en retour de lui accorder un vœu. La jeune collégienne ne pouvait rêver mieux. Peut-être que ce vœu pourra ainsi l'aider à avouer ses sentiments au populaire Tanbabashi Kôji. A vaincre sa maladresse et sa timidité. Ou tout simplement à devenir jolie et célèbre. Néanmoins, l'exaucement d'un tel vœu n'est pas sans risque et va s'accompagner de quelques problèmes pouvant s'avérer très dangereux.

Synopsis soumis par Zalitz

Oozora Naomi (Fushimi Inari), Kuwashima Houko (Uka no Mitama no Kami), Isobe Masako (Amaterasu Oomikami), Ueda Youji (Fushimi Touka), Hara Sayuri (Kon), Sadohara Kaori (Marutamachi Chika), Mikami Shiori (Oomiyanome no Kami), Koyasu Takehito (Ootoshi no Kami), Hanae Natsuki (Roro), Ikebe Kumiko (Sanjou Keiko)

Critiques des membres

#Par Redwonderwall le 20-04-2014

7
'Chuis pote avec un Dieu, tu peux pas test' !

C'est en cherchant un peu dans les anime en relation avec le folklore japonais que je suis tombée sur Inari, Kon Kon, Koi Iroha (tiens, serait-ce un "déjà-vu" avec la critique pour Gingitsune ?) Effectivement, ma motivation pour commencer Gingitsune et Inari, Kon Kon est la même. Aussi, les deux anime sont des types "tranche de vie" et "amitié". (Je me sens tellement puissante pour avoir le don de choisir des anime similaire pour les comparer sans le faire exprès...Huhu.) MAIS, ces thèmes sont traités de manière très différente dans ces deux anime, et voici donc ma critique d'Inari (avec comme point de comparaison Gingitsune.) L'histoire : La jeune lycéenne/collégienne Inari est [...] Lire la critique

#Par Feyrie le 19-04-2014

8
Kon s'est bien amusé

Ha bon sang, c'était bien. Inari, Kon Kon, Koi iroha est un Nième anime sur l'univers des Dieu japonais, mais a la particularité, pour le moins originale cependant, de se développer sur le thème de l'amour et de l'amitié. L'anime met en scène une amitié pure et sincère entre une adolescente et une Divinité; qui va lui accorder une partie de son pouvoir. Au fil des épisodes, et sans grande surprise, il apparaît que ce pouvoir acquis pose des problèmes, non seulement à Inari mais aussi à Uka-sama la divinité. Il n'y a pas que ça qui est mit en scène. Il y a en plus cette romance entre Inari et Tababanashi. Ces deux contextes se mélangent plutôt bien et donnent alors suite à des scènes [...] Lire la critique

AK8.1.13 - Page générée en 0.023 seconde - 6 requêtes ★ DB.8.0.174853 ★