Simoun

Simoun

Simoun prend pour cadre la planète Daikûriku et plus particulièrement la nation du Simulacrum la Terre-Sainte. De toute temps, le Simulacrum a dominé la région par l'usage des Simouns. Le dogme prônant le fait qu'il s'agit des chariots des Dieux et que les Sybilla (prêtresses) assemblées en Chor les utilisent afin d'adresser aux cieux des prières à Tempus Spatium.

Les nations avoisinantes, l'archipel d'Argentum et les Hautes-Terres de Plumbum vont remettre en cause cette hégémonie du Simulacrum pour des raisons de survie ou de religion. Le Simulacrum devant ce défi n'a plus d'autre choix que d'envoyer les Chor Sybilla au front afin de défendre la foi en Tempus Spatium et leur patrie dont le Chor Tempest réputé être l'élite de l'élite. Comment ces jeunes prêtresses feront elles face à ce destin ?

Synopsis soumis par beragon

Michi Niino (Aeru), Rieko Takahashi (Neviriru), Ami Koshimizu (Paraietta), Eri Kitamura (Amuria), Mamiko Noto (Rimone), Manami Uzawa (Furoe), Megumi Toyoguchi (Alti), Michiko Hosogoshi (Kaimu), Mikako Takahashi (Rodoreamon), Nana Mizuki (Morinasu), Rika Morinaga (Maminna), Sakiko Tamagawa (Onasia), Yukana (Dominura)

Critiques des membres

#Par Baillan le 02-10-2010

7

Je pensais que ce serait une série inintéressante ; je suis assez content de m'être planté, même si j'ai mis assez longtemps avant de me mettre dans le bain. Ce qui frappe en premier, c'est les graphismes. Autant je ne suis pas du tout fan du design des personnages, autant j'adore celui des Simouns. Un gros bravo à celui qui les a imaginés, ainsi que tous les vaisseaux de ce type-là. Pas grand chose à dire de la musique si ce n'est que j'ai bien aimé l'opening. Le gros point attractif de Simoun, c'est ce monde, complètement novateur : personne n'a de sexe à la base même si ça se rapproche du féminin, et il faut partir à la Source à un moment donné pour choisir quel sexe on aura [...] Lire la critique

#Par orieur le 18-05-2008

6

Après avoir entretenu le suspens pendant 26 épisodes, je peux dire maintenant que le thème principal de ce dessin anime est les relations lesbiennes entre les différentes miko du call tempest. Etant donné leur nombre il y en a pour tous les goûts. Il y a des baisers obligés à cause du fonctionnement des simoun mais il y a de vrais relations lesbiennes aussi et souvent impliquant plusieurs personnes. L'anime pose pas mal de mystères et autant vous prévenir tout de suite il y en aura très peu d'éclairci. On aurait aimé en savoir beaucoup plus sur le passé de l'héroïne principale, sur le dieu, sur les simoun, sur les pays envahisseurs qui auraient a priori des problèmes [...] Lire la critique

#Par beragon le 17-05-2008

8

Comment aborder cette critique, sous quel optique la faire. L'anime en lui même est difficilement classifiable tant il aborde divers sujets. Le plus simple étant d'en faire une oeuvre de science fiction, mais il traite des problèmes de la foi et du dogme établi, de la guerre et de la transition de l'adolescence vers l'age adulte. C'est tout cela que le chor Tempest va devoir traverser, ces quatorze jeunes "filles" vont devoir faire face à la guerre et remettre en question les principes inculqués jusque là. L'anime prend place dans un monde avec un background particulièrement étoffé et cohérent en lui même, entre sa religion et son contexte géopolitique. Dans ce monde de SF, la [...] Lire la critique

AK8.1.13 - Page générée en 0.036 seconde - 6 requêtes ★ DB.8.0.147031 ★