Space Dandy

Space Dandy

"Space Dandy is a dandy in space"

Bien que l'homme ait atteint les plus lointaines limites de l'univers, de nombreux mystères continuent d'habiter l'espace. Ainsi de nombreuses espèces d'aliens restent inconnues et attendent d'être découvertes.

Dandy est justement un chasseur d'aliens, payé lorsqu'il met à jour une nouvelle espèce d'extra-terrestre. Ne reculant devant aucun danger, il parcourt les galaxies accompagné de son robot QT à la recherche de nouvelles aventures...

Synopsis soumis par Deluxe Fan

Suwabe Jun`ichi (Dandy), Yoshino Hiroyuki (Meow), Satake Uki (QT), Hatakeyama Kousuke (Bee), Ishizuka Unshou (Gel Hakase), Yurin (Honey), Ginga Banjou (Perry Teitoku), Kuwashima Houko (Scarlett)

  • Space Dandy - Screenshot #1
  • Space Dandy - Screenshot #2
  • Space Dandy - Screenshot #3
  • Space Dandy - Screenshot #4
  • Space Dandy - Screenshot #5
  • Space Dandy - Screenshot #6
  • Space Dandy - Screenshot #7
  • Space Dandy - Screenshot #8

Critiques des membres

#Par GTZ le 06-10-2014

9
See You Space Dandy.

Ouhou ouh ouh... Space Dandy est un dandy de l'espace... Ouhou ouh ouh... Damned ça va me manquer. Ah vous voilà, vous étiez là en fait, prenez alors un peu de temps, le temps de lire le début de ma nostalgie, du plus célèbre des dandys. Un épisode de Space Dandy c'est une échappé stellaire, un rodéo galactique, un show satellitaire, une blague quantique, un rock solaire, des rêves lunaires, une poésie planaire, et un petit détour au Boobies pour se reposer. Composé de vingt six petits films déjantés, sans sérieux, onirique autant que clownesque, ambitieux et inspiré, inventif et généreux, cette série met en scène le plus grand des dandys, celui de l'espace, appelé simplement [...] Lire la critique

#Par Deluxe Fan le 30-09-2014

7
Space Dandy – Pulp Fiction(s)

La situation du studio Bones ces dernières années pourrait être résumée en un mot simple : morosité. Après avoir fait son chemin au début des années 2000 à coup d’animes incontournables (Cowboy Bebop Heaven’s Door, Wolf’s Rain, RahXephon), le studio s’est lentement dirigé vers l’anecdotique. La licence Fullmetal Alchemist fut essorée jusqu’à la dernière goutte, la tentative de résurrection de Eureka Seven un échec ; s’en suivit alors des animes de mecha douteux et tout un tas d’adaptations de LN et de mangas de seconde zone. Il fallait impérativement au studio se refaire une réputation, retrouver un certain prestige quitte à laisser tomber le public otaku qu’il tentait vainement de [...] Lire la critique

AK8.1.13 - Page générée en 0.031 seconde - 6 requêtes ★ DB.8.0.149618 ★