Anime-Kun - Webzine anime, manga et base de données

Un - presque - chef d'oeuvre

» Critique du manga A Silent Voice par beber le
02 Mai 2016

Diantre, diantre, je dois vous avouer que je suis à cet instant torturé par l’ambivalence de mon rapport émotionnel quant à l’œuvre qui vient de s’achever en version papier il y a peu.
Qu’en est-il donc ?

Tout d’abord, il faut le reconnaître, je ne suis pas normalement le public cible de ce type d’opus. L’âge venant ne m’a jamais fait quitter l’attrait que j’ai eu pour DBZ durant mon adolescence et que j’ai gardé depuis. De ce fait, je suis plus consommateur de shonen, ou de manga sentant bon la testostérone. Mais il n’empêche que parfois, sentant venir la brise printanière du temps qui s’échappe, il me prend l’envie de tester autre chose, de me diriger vers cet ailleurs inconnu. Parfois ça donne des trucs pas géniaux (Card Captor Sakura !!!!!), d’autre fois des trucs tops et insoupçonnés (Altair, Planete)
Et donc, dans quelle catégorie se classe ASV ? Assurément la deuxième, sans aucun débat pour ma part.

L’utilisation de la surdité comme thème, mais aussi de la différence, du harcèlement, du remord, de la vengeance, de la rédemption, tout ceci est amené et géré, quoique parfois un peu rapidement, de façon réaliste et prenante. La conception et la réflexion autour du thème de l’amitié est finalement le point focus de l’œuvre, qui ne s’attarde finalement pas tant que ça sur Shoko. Ces thèmes sont parfois traités un peu grossièrement, un peu facilement, mais Dieu que c’est efficace.

Prenant les deux premiers tomes, un peu naïfs les deux suivant, le manga prend tout son sens dans le tomes 5 et 6, qui sont magistraux (et je n’ai pas le compliment facile). Cette partie dramatique va définitivement accrocher le lecteur au récit. Sincèrement, il faut vraiment une bonne dose d’insensibilité pour ne pas fondre à leur lecture, et ne pas sursauter à certains moments. La bd est avant tout un support émotionnel, et force est de constater que l’on en a pour son argent. La larme monte vite à l’œil, et la brutalité émotionnelle de certains passages est traitée avec une vrai justesse psychologique.

Le problème, c’est que le dernier tome, du fait de l’intensité des précédents et de sa conclusion hâtive et un peu bâclée, vient ternir l’impression globale. Il aurait été difficile de faire mieux que les précédents sans sombrer dans le pathos, mais la moitié du tome sert finalement un happy-end un peu frustrant, car raccord avec le ton des premiers volumes. D’ailleurs, c’est un tome qui se lit assez vite, tandis que les autres prenaient justement plus de temps à être dégustés.

On est passé très près d’un petit chef-d’œuvre, on se contentera d’une série à recommander quoiqu'il en soit.
Ce qui n’est déjà pas si mal.

Verdict :8/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (7)
Amusante (1)
Originale (1)

5 membres partagent cet avis
6 membres ne partagent pas cet avis

A propos de l'auteur

beber, inscrit depuis le 09/10/2006.
AK8.1.13 - Page générée en 0.047 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.116742 ★