Anime-Kun - Webzine anime, manga et base de données

Vivre… Mourir… Recommencer…

» Critique du manga All You Need Is Kill par Nakei1024 le
13 Juin 2014

Note : Le roman/manga est à l’origine du film Edge of Tomorrow, avec Tom CRUISE et Emily BLUNT dans les rôles principaux.

ANK pourrait selon moi se résumer au destin tragique de 2 enfants pris dans la tourmente d’un conflit qui les dépasse, et dans lequel ils ne devraient pas avoir leur place.

L’action prend lieu et place sur un Terre envahie depuis de longues années par une race extra-terrestre, sobrement nommée « Mimics ». Ces créatures à l’apparence de gros mollusques ne laissent après leurs attaques qu’un désert dépourvu de toute vie, et l’Humanité s’est vue obligée de céder ses territoires un à un, malgré une défense acharnée utilisant les dernières avancées en matières de robotique et d’exo-armures.
Tout semblait perdu, jusqu’à qu’apparaisse une déesse de la guerre, une valkyrie, la « Full-Metal-Bitch » : Rita VRATASKI. Possédant un don inné pour le combat, elle compte à son actif plus de mimics abattus que le reste des forces humaines, et se révèle systématiquement capable de transformer les situations les plus désespérées en victoires éclatantes.
D’un autre côté, il y a Keiji KIRIYA, jeune recrue fraîchement recrutée et se préparant à son baptême du feu pour une bataille d’envergure visant à protéger l’archipel Nippon d’une invasion. Comme tous les bleus, il appréhende forcément la situation. Mais ce qui l’inquiète plus que tout, c’est qu’il est convaincu d’avoir déjà vécu la bataille sensée se dérouler le lendemain, et d’y avoir été tué…2 fois.

Maintenant que les présentations sont faîtes, intéressons-nous aux 2 personnages principaux : Keiji et Rita.
En début de critique, j’ai affirmé que je les considérais comme 2 enfants égarés dans un monde qui ne tourne plus rond, car c’est exactement ce qu’ils m’inspirent.

Commençons par Keiji. Dès le début, on voit qu’il n’a clairement pas la carrure d’un brave soldat. Même avec son statut de bleusaille, il fait tâche au milieu de ses camarades, bien plus virils et musclés. Il suffit de comparer sa stature avec celle du sergent qui le chapote pour remarquer qu’il se trouve du mauvais côté du gouffre. Comme on l’apprendra rapidement, il a abandonné ses études pour rejoindre les FDU (Forces de Défense Unifiées) et participer à l’effort de guerre. Mais n’ayant subi qu’une brève formation pour piloter une exo-armure, sans expérience du combat et de nature plutôt réservée, on imagine sans peine que ce premier galop risque d’être terrible. Et il le sera, puisqu’il meurt au bout de quelques minutes, en essayant encore de comprendre comment se déplacer correctement.

Mais ce n’est que lorsque l’on voit Rita pour la première fois qu’on se dit qu’il y a un problème : vous trouviez que Keiji faisait jeune gringalet puceau et mal assuré ? Du haut de ses 19 ans, la demoiselle fait encore gamine, dépassée de 2 têtes par n’importe quel autre militaire, et sa stature fragile et fluette n’aide pas à trouver en elle la combattante qu’elle est. On l’imagine davantage en tant qu’étudiante s’amusant avec des amies, en pleine séance de shopping ou karaoké, ou même vivant une romance à l’eau de rose avec un garçon de son âge.

Pourtant, par un hasard du destin, ces deux-là vont acquérir un pouvoir leur faisant revivre les dernières heures précédant leur mort, de manière inlassable et sans échappatoire. Avant qu’ils ne comprennent ce qui leur arrive, ils auront eu l’occasion d’accomplir quelques boucles, essayant désespérément d’échapper à l’enfer qui les attend. Une fois qu’ils ont compris la nature de leur condamnation, cruelle et injuste, ils n’ont plus qu’un seul choix : se battre et survivre, pour empêcher leur monde de boucler une fois de plus. Dire que l’apprentissage est long et douloureux est un euphémisme, ponctué de morts et d’agonies violentes et brutales, impossibles à éviter, encore plus à oublier.
Mais à force de pratique et de modifications sur le matériel utilisé, les 2 passent peu à peu du statut de bleusailles terrifiées à celui de vétérans aguerris puis de machine de guerres impitoyables, que plus rien ne semble arrêter. Chaque mort représente une nouvelle expérience et une connaissance supplémentaire pouvant mener jusqu’à la victoire.

L’essentiel du manga ressemble donc à ça : une répétition inlassable des mêmes évènements, avec à la fin de la journée la même conclusion. Pourtant, il est toujours possible d’influer sur le cours des évènements d’une manière ou d’une autre, et d’apprendre à connaitre son allié(e), tout en sachant que les compteurs seront remis à zéro à chaque fois. Qu’importe, Keiji et Rita vivront leur romance d’une bien curieuse manière.
Et c’est ainsi que l’on arrive peu à peu à la conclusion du récit, après un nombre effarant de boucles et de décès. Et là, j’ai un problème : j’ai beau admettre que cette conclusion soit finalement logique et colle parfaitement à l’histoire, je n’arrive pas à l’accepter tant elle est tragique et impitoyable, comme une malédiction. J’ai toujours eu la plus grande difficulté à supporter les histoires dans lesquelles les personnages luttent jusqu’au bout pour obtenir un avenir qui leur est finalement refusé de la manière la plus cruelle qui soit, mais là, je trouve que ça va vraiment très loin, après qu’on se soit attaché à ce couple pas comme les autres.

Graphiquement, on reconnait sans peine le style de Takeshi OBATA, à qui l’on doit notamment quelques succès comme Death Note ou Bakuman. Celui-ci retranscrit à merveille la brutalité des combats, tout en donnant aux Mimics un côté à la fois grotesque et terrifiant, opposés à des armures de haute technologie. Mais c’est dans son style très détaillé qu’il fait merveille pour retranscrire les émotions des différents protagonistes et les rendre plus vivants que jamais.

Pour conclure, voici un récit de science-fiction agréable à lire, relativement court (moins d’une vingtaine de chapitres), dont la problématique est traitée efficacement et avec sérieux. Une expérience intéressante que l’on ne regrettera pas d’avoir tentée.

Verdict :8/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (23)
Amusante (2)
Originale (1)

14 membres partagent cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Nakei1024, inscrit depuis le 05/01/2007.
AK8.1.13 - Page générée en 0.056 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.169626 ★