Attention : Fragile !

» Critique de l'anime L'Ère des Cristaux par Minuit le
09 Janvier 2018

Depuis plusieurs années déjà, la 3D tente de se construire une place de choix au sein du milieu de l’animation japonaise. Et si l’intégration — généralement ratée — de 3D dans la production de masse est devenue courante, rares sont encore les œuvres à oser le « tout 3D ». C’est pourtant le pari que fait le studio Orange avec la présente série.

Inutile de garder plus longtemps le suspens. La série marche. C’est un très bon divertissement. Les évolutions du personnage de Phos sont assez captivantes pour maintenir sans heurts l’intérêt du spectateur pressé. C’est assez paradoxalement que la série s’invente d’ailleurs un rythme propre alors que la technique permet une surenchère un peu inutile de plans dynamiques et vifs. Toute la seconde partie de la série permet d’ailleurs une pause, une plus profonde réflexion sur l’altérité et la solitude. Car Phos est caractérisé par ces deux concepts, un peu comme Cinabre, un autre individu avec lequel il entretient une relation complexe. Que l’on voudrait plus complexe d’ailleurs, mais les prémices en sont attendrissantes.

Notons la créativité esthétique, que ce soit du côté du character design aux coupes improbables, de l’univers bouddhiste formellement délicieux mais surtout de la musique. Excellente bande son. Le concept du gender neutral m’a beaucoup plu également, mais voyez-y surtout une petite pique militante ; le sujet n’est pas abordé en tant que tel. Dommage que la série ne sorte pas pour autant des carcans japonais : voix nasillardes, ribambelle visual-novelesque de personnages inutiles et niaiserie infâme. Et une certaine tendance à mettre en évidence leur joli cul géométrique. Retenons surtout l’aspect gender neutral, ça vaut mieux.

J’aimerais vous dire également que c’est une série sur l’amour, mais c’est faux. C’est une série sur la solitude, sur le fait d’être seul. Seul de diverses manières, mais seul. Phos donne des accents de fatalité à sa solitude. J’aurais aimé voir où ça le mène, et Cinabre aussi. J’attends la seconde saison.
C’était un bon divertissement. Un très bon divertissement. Fragile, dans tous les sens du terme. Mais par un certain miracle, ça tient. Comme le miracle de la vie, un peu.

Verdict :5/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (4)
Amusante (0)
Originale (0)

0 membre partage cet avis
2 membres ne partagent pas cet avis

A propos de l'auteur

Minuit, inscrit depuis le 23/09/2017.
AK8.1.13 - Page générée en 0.053 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.145120 ★