Grand Blue - Le Fond de la Bouteille.

» Critique de l'anime Grand Blue par GTZ le
11 Novembre 2019

Il est certaines comédies qui dès les premières minutes vous déchirent l'estomac, vous font tomber par terre et vous roulez dans tous les sens, les zygomatiques au maximum, risquant de peu la crise cardiaque.

Grand Blue est de ce genre.

Nous suivons Kitahara, camarade spirituel de Kiyoshi, démarrant une nouvelle vie étudiante dans une région balnéaire du japon. Rapidement embrigadé par une bande de furieux, à tendance exhibitionniste, passablement alcoolisée, il se retrouve dans le club de plongée sous-marine de son université. Le rejoint, contraint et forcé, son frère d'arme Koheï, dont la connivence dans l'exercice du mal et autres fourberies ne sera plus à prouver dès l'épisode deux. Notre cadre est installé.

S'en suit alors treize épisodes d'une vie universitaire totalement débraillée, où les modules et unités sont passés dû à la clémence, voir l'indulgence de professeur désespéré devant tant de médiocrité intellectuelle, agrémentés de journées dont les vapeurs d’éthanol émises par nos deux compères pourraient tuer un bœuf de concours au touché. Sachant qu'un cocktail coupé n'est pas un cocktail, et dont on apprend la réelle composition du thé Oolong, toute autre concoction n'étant que supercherie pour fillette maladive. Comme se vêtir, chose totalement inutile si l'on doit s'en envoyer dans le gosier, une bonne biture se faisant en étant au plus proche de la nature.

Parfois il y a de la plongée. Et là comme nos deux champions de la picole, passé maîtres dans le vice, nous sommes surpris, voir dégrisés, en nous rappelant pourquoi nous sommes là. Non pas pour s’envoyer des canons et faire du mal à son prochain, mais bien pour découvrir les fonds marins. Qui sont au passage vachement beaux, de quoi ramener un peu d'humanité et de douceur dans les cœurs pervertis de nos deux héros. Au passage, pratiquant moi-même la plongée - votre serviteur à son niveau 2 -, j'ai grandement apprécié le soin de ses quelques scènes aquatiques, la pédagogie et l'illustration de cette pratique.

S'ajoute à cela une troupe de compagnons, une guilde de l'indécence, pas forcément tous du même clan mais travaillant de concert et contre tous, à nous faire rire et oublier l'espace de vingt-quatre minute la réalité.

Une mise en scène calibrée sur son domaine, vouée à nous divertir et un doublage de haute volée, de quoi juste s'esclaffer à les entendre s'égosiller ou conspirer pour se sortir des diverses situations dans lesquels ils se sont honteusement fourrés. N'hésitant jamais à entraîner son prochain dans leurs problèmes, car la merde et la misère sexuelle ça se partagent entre amis. C'est là qu'on reconnait les vrais.

Treize épisode seulement, juste treize, mais d'une intensité de vingt-six. Une fois terminé, des belles rides rajoutées, celles du bonheur. L'image s'arrête et ses dernières paroles nous accompagnent.

Quelle joyeuse bande d'imbéciles heureux. Je me suis bien marré. Merci à vous.


P.S : Mention spécial pour les génériques de débuts et de fin qui quasiment à eux seuls peuvent justifier le visionnage.

8.5

Verdict :8/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (7)
Amusante (3)
Originale (0)

6 membres partagent cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

GTZ, inscrit depuis le 09/06/2010.
AK8.1.13 - Page générée en 0.034 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.175803 ★