Critique de l'anime Ichiban Ushiro no Daimaô

» par RadicalEd le
13 Juillet 2012
| Voir la fiche de l'anime

Ichiban Ushiro no Daimao, une série qu'elle est sympatoche...

Bon pour présenter rapidement la série, c'est un harem tout ce qu'il y a de plus standard: un personnage masculin trop cool, plein de filles stéréotypées qui lui tournent autour avec des couleurs de cheveux variées pour pouvoir les identifier mais s’arrêter à ça, serait un peu réducteur.

L'histoire concerne Akuto, garçon banal plein de bonne volonté, qui arrive dans une école pour magicien et apprend lors de l'orientation initiale qu'il sera plus tard Daimao, un seigneur des démons capable de détruire le monde et de faire trembler les dieux...

C'est l'occasion d'élargir un peu sur l'univers de cette série qui est un mélange de fantasy (démons, magie, monstres et dieux sont à l’œuvre), de société traditionnelle japonaise avec ses clans de ninjas et de SF, la technologie de se monde étant assez avancée. Dès le premier épisode on sait que cette série sera parfois hors-norme, nous présentant un mélange improbable entre du Harry Potter, du harem japonais ecchi et de la SF...

Après cette présentation sommaire, on peut essayer de voir les aspects un peu plus particulier de la série qui sont mis en avant. Pas la peine de faire durer le suspense, le côté le plus développé pendant les deux tiers de la série sera l'aspect ecchi, dispensé en quantité astronomique, tout étant prétexte à caméra en contre-plongée, destruction de vêtements et situations scabreuses variées. La couleur (de la culotte) est annoncée quasiment dès le premier plan de caméra du premier épisode, donc à ce niveau, ça ne ment pas sur ce qui va suivre.

L'histoire est traité de façon simpliste et comprendre les motivations des différents personnages relèvera parfois de l'énigme (but du conseil des élèves ? du directeur? mystère...). Au niveau de l'humour, ça restera très nul en définitive, même si certains gags arriveront parfois à faire sourire (notamment grâce au personnage de Korone qui est un peu le seul ressort comique qui fonctionne) ou arriveront à choquer, l'imagination des japonais ne s'étant pas arrêté au tentacule.

Enfin, pour finir sur les particularités de cette série, le dernier tiers s'orientera, à ma grande stupéfaction, vers un grand affrontement derrière lequel se cache un délire métaphysique faisant intervenir les Dieux. Où l'on pourra trouver du Nietzsche, à travers notre surhomme (Übermensch) de service qu'est Akuto, qui n'a pas peur de se rebeller contre la religion et de tuer du Dieu (Gott ist tot). Il manque juste une petite réflexion sur le nihilisme entre deux panty shots et tout le monde aurait été comblé.

Pour conclure, cette série est un mélange de beaucoup trop d'éléments qui, combinés, se révèlent indigestes surtout condensés en 12 épisodes.

Les plus:

- le personnage de Korone

- le passage sur le concombre de mer qui a réussi à me choquer

Les moins:

- tout le reste

Verdict :3/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (0)
Amusante (1)
Originale (0)

1 membre partage cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

RadicalEd, inscrit depuis le 26/01/2010.
AK8.1.13 - Page générée en 0.048 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.174886 ★