“Les mots sans les pensées ne vont jamais au ciel.” W.Shakespeare

» Critique de l'anime Fune wo Amu par Kilddra le
05 Janvier 2017

Fune wo Amu est un anime on ne peut plus simple dans sa catégorisation: C'est une tranche de vie.
Même si cette histoire est plutôt jolie et poétique, elle m'a laissé légèrement irritée.
La critique précédente a mis le doigt sur le pourquoi du comment de mon agacement. Du coup, me voilà. Je vais être honnête. Je vais râler... Juste un peu ?

Alors. Nous suivons nos personnages sur près d'une quinzaine d'années. Ils consacrent tout leur temps à l'élaboration d'un dictionnaire de la langue japonaise et leurs vies privées sont relativement peu abordées. Le propos de l'anime est donc de nous intéresser à l'élaboration du Grand Passage et seulement à lui.
Je suis pourtant du genre bon public, mais j'ai eu un mal du diable à trouver un véritable intérêt à tout cela.
Je ne peux pas nier que l'hyper réalisme de l'histoire avec cette chronologie, la mort des anciens, l'absolue normalité des personnages et de leurs relations sont tant d'éléments tout à fait appréciables et à mon goût. Et pourtant, là où le bas blesse dans Fune Wo Amu, c'est dans l'extrême fadeur des émotions qui y sont dépeintes. Il manque une bonne (grosse) dose de dramaturgie pour que la sauce prenne. Tout n'est qu'effleurement dans cet anime. Les personnages et leurs histoires personnelles, le monde du travail, la philosophie si particulière des japonais, la poésie si douce et efficace qui est propre à leur société. Tout est d'un plat. Encéphalogramme zéro.
Une salade sans vinaigrette.

Passons au dictionnaire. Le sujet, je rappelle...
Si les mots sont porteurs d'émotion et qu'ils permettent à l'autre de saisir ce que l'on ressent, alors il est clair que Fune Wo Amu ne nous en dit vraiment pas assez sur ce qu'il est et sur ce que l'on doit ressentir en le visionnant. Je me paraphrase, mais tout cela est étrangement succinct.
En fait, pour être honnête, je le trouve avare sur tous les plans cet anime.
Ça me parait dingue de pratiquement nier l'existence des artisans et de river toute l'attention sur ce qui est fait! Et si encore c'était une vraie attention cela aurait pu être un parti pris. Mais non. On a même pas droit à des petites envolées lyriques sur les mots et leurs significations. Bien sur, toutes les définitions qui sont mises en exergue sont triées sur le volet et toutes bien sous tous rapports pour envoyer du rêve. Seulement voilà, c'est tout, on va pas plus loin. Encore une fois, on s'arrête là.
"Non. Non. Vous comprenez, on s'en fout de savoir l'origine des mots en japonais."
"Ah, vous êtes sûr ? Hum... Ok. On peut pas jouer avec des gros mots alors, comme ça juste pour le fun ?! Ah quoi ? Non plus ? D'accord..."

Le dernier point que je voulais aborder, c'est le silence. Bah oui, comprenez bien que si on ne nous parle pas des personnages et qu'on ne rentre jamais vraiment dans le vif du sujet qu'est ce fichu dico, faut bien combler quelque part. J'appelle donc Le Silence à la barre !
Il y a tellement de silences dans cet anime censé parler de mots... C'est probablement une volonté artistique pour mieux les mettre en valeur, hein. C'est une ficelle tellement grosse que ça m'en a fait penser à l'adage de "la culture c'est comme la confiture,moins on en a plus on l'étale."
C'est exactement ce qu'il se passe ici pour combler les trous laissés par une réflexion philosophique et/ou poétique inexistante, on nous met des silences qui se veulent contemplatifs.
Rah. La contemplation, ça va cinq minutes, hein. Je reregarde Mushishi si je veux du contemplatif. Au moins, ça aura un sens.
Bref. Il fallait déjà qu'il y ait une réelle profondeur dans le texte avant de placer des silences qui puissent faire mouche et ce n'est pas le cas. Sans parler d'une logorrhée rébarbative sur le pourquoi de la vie, je m'attendais juste à trouver une réflexion légèrement plus complexe et profonde que les «mots sont le reflet de l'expérience des hommes» blablabla...

Du coup, je me questionne. Est ce par excès de pudeur que ça été fait ainsi ? C'est un point de vue artistique sur la chose? L'idée originale de faire un anime sur un dictionnaire l'était-elle trop? Ils se sont perdus en réflexions philosophiques et ont rebroussé chemin parce que ça allait trop loin? Ou bien, est ce qu'on ne voulait pas faire un anime trop intellectuel? Peut être que l'idée était de nous faire un documentaire sur comment on fait un dictionnaire ?
Bref. Je sais pas... Reste que je trouve cela dommage de ne s'être satisfait que d'aussi peu, cet anime aurait pu être tellement mieux.

A me lire, on va croire que j'ai pas aimé. Mais malgré tout, je tiens à dire que c'est faux. J'en attendais seulement beaucoup plus que ce que j'ai eu. Je suis donc passablement irritée par cette frustration. Car c'est bien fait, c'est joli. Kumota Haruko connue pour son travail sur le Rakugo ou la vie a fait du bon boulot et les personnages sont attachants malgré le peu de place qu'on leur laisse prendre.
En soi, mis à part, un scénario d'une bien trop grande simplicité à mon goût, l'anime possède une réalisation tout à fait honnête et fait passer un moment qui à défaut d'être mémorable, reste agréable.

Voilà, j'ai fini de râler.

Ce sera 6 pour moi.

Verdict :6/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (8)
Amusante (4)
Originale (2)

1 membre partage cet avis
1 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Kilddra, inscrit depuis le 28/09/2011.
AK8.1.13 - Page générée en 0.055 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.208940 ★