Sortez-vous les doigts du cul ou je vous baffe bande de nouilles !

» Critique de l'anime Kimi ni Todoke (TV 2) par Afloplouf le
28 Juillet 2014
Kimi ni Todoke (TV 2) - Screenshot #1

Commençons en préambule que cette critique couvrira les deux saisons parce que je suis un vraie rebelle. Et comme mon titre (bien dans l'ambiance pour une comédie romantique rose bonbon) le rappelle, comme mes autres collègues, j'ai trouvé que cette série prenait trop souvent sont temps. C'est particulièrement criant dans cette deuxième saison où les premiers épisodes sont à s'arracher les cheveux devant un tournage en rond façon course de Nascar. Pourtant, vous aurez remarqué que j'ai bien noté la série. Parce que malgré ses tergiversations, je l'aime bien.

Déjà la série est magnifique. Certes, heureusement que l'action est pas endiablé car on est pas loin du service minimum en terme d'animation. Mais les plans sont bien trouvés, avec ces couleurs pastels qui me font fondre. Que ce soit lorsque les personnages sont submergés par les émotions ou bien à grand renfort de têtes SD à se plier, le chara-design est un franche réussite.

Mais au-delà des seules considérations techniques, les personnages - et surtout leur relations entre eux - sont marquants. On s'attache fortement à Sawako, la série arrive vraiment à faire ressentir aux spectateurs ses sentiments (les mauvaises langues diront que vu la longueur, c'est encore heureux) mais aussi les sentiments de ses proches.

Kimi ni Todoke (TV 2) - Screenshot #2On a droit à des épisodes pleins de grâces qui nous mettent à fleur de peau ; je pense entre autre à l'épisode 6 de la première saison qui me colle des frissons, peu importe combien de fois je le regarde. Cette justesse de ton se trouve aussi dans le dosage très réussi entre le rire et les larmes, parfois d'une scène à l'autre, voire dans la même scène.

La série repose sur l'empathie avec ces personnages et sur ce point, Kimi ni Todoke est inattaquable. Je regrette du coup un peu plus que le série n'ait pas su alterner avec les personnages secondaires. Certes, on aborde assez vite le cas de Chizu mais Yano fait vraiment office de simple faire-valoir. Surtout que là encore, en 37 épisodes, il y avait certainement le temps à condition de se débarrasser de certains clichés.

Mais c'est un défaut récurrent de se concentrer sur les personnages principaux au détriment des personnages secondaires donc je ne lui en tiendrai pas trop rigueur. Parce que pour ces défauts mineurs et occasions manquées, Kimi ni Todoke réussit parfaitement ce qu'elle essaye de faire. Et c'est une qualité trop rare pour ne pas la souligner.

Verdict :8/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (6)
Amusante (0)
Originale (0)

6 membres partagent cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Afloplouf, inscrit depuis le 14/05/2008.
AK8.1.13 - Page générée en 0.053 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.198384 ★