Une bonne idée qui décida de rester dans son oeuf.

» Critique de l'anime Danganronpa The Animation par Kanade Kyoshiro le
20 Février 2014

"Frustration, nom féminin (latin frustratio, -onis), adjectif : Action de frustrer. Anglais frustration. Sens : État d'une personne n'ayant pas pu satisfaire un désir et l'ayant refoulé."
Retenez bien ce mot car si il ne devait y en avoir qu'un pour définir cette série ce serait celui ci.

Mais commençons par le commencement. Danganronpa Kibō no Gakuen to Zetsubō no Kōkōsei The Animation... donc Danga pour les intimes. On simplifie le scénario : des étudiants dans un lycée condamné, si vous voulez sortir vous devez tuez l'un de vos camarades, il s'en suit un procès, si vos camarades vous jugent coupable vous êtes exécuté, si ils se trompent de coupable tous les innocents sont exécutés et vous êtes libéré.

Le premier point à noter en priorité et que cette série a pour moi un statut "d'hybride" de par ces fréquentes ruptures de tons, et de par la fréquence des changements de style apportés au fur et à mesure des actions. Est ce qu'on est devant une approche de détective ? une approche comique ? une approche d'horreur ? Il est difficile de se situer dans tout ça car Danga jongle en permanence avec ces différents aspects et c'est là qu'a commencé mon sentiment de frustration.

Si je veux un animé policier de détective, oui il y a des enquêtes mais elles restent brèves et trop légères en consistance pour être réellement pertinentes ce qui fait perdre en intensité les procès car n'importe qui peut à peu près dire n'importe quoi en sortant un indice miracle de sa poche et faire pencher la balance au dernier moment... Et c'est ce qui nuit à toute crédibilité. Si je veux un animé comique il y a le personnage de l'ours en peluche complètement déjanté donc l'esprit morbide n'a tellement aucune limite que cela en devient presque drôle. Le chara-design des personnages joue aussi sur ce ton là, le rasta avec une coupe de cheveux qui doit peser à elle seule 7kg, la lycéenne bodybuildeuse, le motard à la banane XXL on est dans le registre de l'absurde donc de la comédie au sens humoristique du terme. Et en dernier lieu pour ceux qui veulent un animé d’horreur il y a les meurtres, les condamnations à morts et l'ambiance assez oppressante du huis clos qui vient s'ajouter pour donner un aspect glauque à cette œuvre.

Sauf que voilà faire rire et installer un malaise en même temps est un exercice difficile qui requiert une mécanique de précision qui malheureusement n'est pas au rendez-vous. Dans le cas présent tout ces effets s’annulent. A vouloir exploiter trop de chemins différents en terme de style, le spectateur fini par ne s'investir dans aucun d'entre eux. On est pas à fond avec le détective parce qu'on y croit pas une seule seconde. On est pas mal à l'aise de voir un personnage mourir car son design farfelu l’éloigne trop de la réalité et, par conséquence, de la possibilité du spectateur de s'identifier à lui. Et pour finir on a du mal à vraiment rire au burlesque des situations de l'ours en peluche, ne serait-ce que, parce que la voix de l'ours en peluche est insupportable (si si, on pourrait croire que ce n'est qu'un détail insignifiant mais cet ours parle tout le temps et pendant de longues minutes, il devient vite primordiale de ressortir ses vieux livres de méditation zen pour ne pas succomber à l'envie de frapper votre écran). Et à terme c'est là qu'est tout le problème, on est frustré en permanence de ne pas pouvoir rentrer à fond dans aucun des genres qu'on a devant les yeux.

Après au niveau de l'animation en elle même c'est pas magnifique mais c'est pas spécialement laid non plus c'est plutôt correct, une mention pour les designs qui changent dans les phases d’exécution j'ai trouvé ça très bien pensé et assez réussi.

Je ne peux pas me prononcer sur la personnalité de protagoniste, il y a vraiment de tout, des vrais clichés comme des originaux. Un bon point pour Danga c'est qu'il a le mérite de ne pas être sans surprises en ce qui les concerne.

La musique je vais être honnête j'ai fini le dernier épisode ce matin, à cette heure-ci je ne me rappelle même pas d'un seul thème musical donc pour le coup là je ne me prononce vraiment pas.

Cette série a de bonnes idées de départ c'est dommage vraiment qu'elle ne les exploite pas à fond.
Malgré tout je la conseille car elle joue presque le rôle de cas d'école, prenez un animé hybride jonglant avec plusieurs styles opposés de vôtre choix que vous trouvez réussi (des animés comique/horreur, comique/drame ou romance/horreur par exemple) et comparez-le à celui ci, c'est assez intéressant de pouvoir constater à quel point le travail du mélange des genre est délicats, à quel point il peut être puissant quand il est réussi, et à quel point il peut être frustrant quand il ne l'est pas.

Cet animé est-il bon ? Est-il mauvais ? Difficile a dire...
Suis-je indécis ? Je plaide coupable.

Verdict :5/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (9)
Amusante (4)
Originale (0)

7 membres partagent cet avis
4 membres ne partagent pas cet avis

A propos de l'auteur

Kanade Kyoshiro, inscrit depuis le 17/02/2014.
AK8.1.13 - Page générée en 0.054 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.198384 ★