Critique de l'anime Yuri!!! on Ice

» par Serleena le
28 Décembre 2016
| Voir la fiche de l'anime
Yuri!!! on Ice - Screenshot #1

Je sors de ma retraite AKienne pour me joindre aux critiques élogieuses en faveur de Yuri on Ice, mon gros coup de cœur de cette fin d’année. J’ai commencé à suivre l’anime peu après la diffusion de son premier épisode sans trop savoir pourquoi, n’ayant plus regardé d’animes depuis un paquet de temps et n’étant pas spécifiquement attirée par le sujet non plus. Je crois que ce qui m’a donné envie d’y jeter un œil après en avoir vu quelques images c’était tout simplement la qualité de l’animation, et dans un élan d’ennui, je me suis lancée. Trois mois plus tard, me voilà ici à essayer de convaincre de potentiels intéressés de faire comme moi.

C’est l’animation qui m’a fait venir, mais ce n’est pas uniquement pour elle que je suis restée. Non pas qu’elle ne soit pas de qualité, au contraire. Les décors sont beaux et variés, on sent tout le soin apporté au chara-design des personnages, et les scènes de patinage sont… okay, elles sont inégales. Superbes dans les premiers épisodes, elles n’ont clairement pas eu droit à la même application par la suite, et ça se ressent un peu, outre le fait que les mêmes plans sont énormément réutilisés d’un épisode à l’autre (avec une même chorégraphie ça n’a cependant rien d’étonnant) mais vu la galère que ce doit être à animer, c’est difficile de leur en vouloir.

Yuri!!! on Ice - Screenshot #2Non, ce qui m’a fait rester, c’est avant tout la qualité de l’écriture. La profondeur des personnages, les thématiques abordées, la qualité des dialogues, la beauté des liens que les différents protagonistes nouent entre eux, etc.

Yuuri Katsuki est ici notre personnage principal, et déjà, il sort du lot lorsqu’on compare avec d’autres animes sportifs : jeune adulte de 23 ans, bourré de doutes et d’insécurités, c’est à travers lui qu’on découvrira le milieu du patinage artistique. Si l’anime nous montre comment Yuuri grandit peu à peu en tant que patineur, il nous montre aussi comment il grandit en tant que personne, et son évolution au fil des épisodes est des plus intéressantes. Ce n’est pas souvent que j’ai vu l’anxiété être si justement traitée dans un anime, sans que ce soit fait de façon condescendante. On le voit faire face à ses craintes et apprendre peu à peu à les dépasser sans que cela se fasse d’un claquement de doigt, bien qu'il aurait sûrement été facile d'aller avec certains clichés (certaines "confrontations" entre Victor et Yuuri le montrent particulièrement bien et c'est vraiment traité avec justesse et nuance, ce que j’applaudis).

Yuri!!! on Ice - Screenshot #3A contrario, son idole de toujours et entraîneur depuis peu, le quintuple champion russe Victor Nikiforov, nous apparaît dès le départ comme un dieu du patin à glace, mais chaque épisode nous apprend à découvrir la personne derrière la célébrité, et nous le rend ainsi plus humain. Le voilà dans un rôle qu’il n’a encore jamais joué, celui de coach, et face à un patineur très différent de celui que lui-même a été. Il fait des erreurs, mais apprend lui aussi de quelle manière soutenir Yuuri, établissant peu à peu entre eux une relation saine et équilibrée entre eux. Et wow, ça fait plaisir. Ça devrait être évident, mais malheureusement, ça ne l’est pas du tout dans la production japonaise. Je vais partir un peu en tangente ici mais ça me tient à cœur alors pardonnez-moi d’avance.

Une de mes premières craintes lorsque j’ai débuté l’anime, c’était le queerbaiting, souvent pratiqué par d’autres récents animes sportifs (je pense notamment à Free) pour appâter les fujoshis mais sans jamais vraiment délivrer. Le fanservice des premiers épisodes ne m’a pas vraiment rassuré dans ce sens. Mais là où les autres flirtent avec la limite pour ne jamais la dépasser, Yuri on Ice passe rapidement de relation ambiguë à quelque chose de plus sérieux, de plus affirmé. Considérant que le Japon est loin d’être le pays le plus lgbt-friendly, c’est un sacré pas en avant et qui, j’ose l’espérer, ouvrira la voie à d’autres animes du genre. J’en entends peut-être dans le fond me lancer "et les yaoi ?" et c’est là que je vais me permettre une petite digression : les yaoi ne comptent pas comme de la représentation lgbt+ positive. Les yaoi (et yuri, d'ailleurs) sont écrits par un public hétéro pour un public hétéro, avec des relations objectifiées/sexualisées à outrance et un contenu souvent assez douteux (beaucoup de dub-con/non-con) qui fait certainement plus de mal que de bien à la communauté. Ce n’est pas le cas ici. On a une relation pleinement consensuelle et réciproque, bâtie sur une confiance mutuelle, et qui n’est pas là pour appâter les fangirls. (Je suis sûre qu’il y en a pour penser le contraire, mais je crois qu’on prend encore trop peu en compte le fait que pas mal des consommateurs de ce genre d’anime recherchent cette représentation en bonne partie parce qu’ils font partie eux-mêmes de cette communauté – la dernière fois que j’ai vu le billet tourner sur tumblr demandant aux gens qui regardent Yuri On Ice et sont lgbt+ de rebloguer, on était à plus de 10 000 notes. Just sayin’.)

Yuri!!! on Ice - Screenshot #4Et puis, il n’y a pas que ça : Yuri On Ice fait également un joli pied de nez aux stéréotypes genrés, et c'est la première fois que je vois un personnage masculin embrasser des attributs féminins dans un anime sans que ce soit fait de façon ridicule ou moqueuse. Ces points sont d'autant plus importants que contrairement à ce qu’on pourrait croire, le patinage artistique a longtemps été (est toujours en grande partie) un milieu très homophobe où la féminisation des hommes était/est mal perçue (cf. Johnny Weir, auquel l'anime fait par ailleurs souvent hommage).

Mais je n’ai parlé que des deux personnages principaux, et les autres ne sont pas en reste - j’ai été très agréablement surprise encore une fois de leur traitement, bien loin des stéréotypes. C’est peut-être un peu facile de saluer la diversité des personnages dans un anime centré sur une compétition mondiale ; il va de soi qu’on allait avoir des ethnies et personnalités très différentes. Ce qui est plus admirable, c’est d’avoir su éviter les clichés et de ne pas avoir choisi la facilité : le compétiteur américain, par exemple, Leo de la Iglesia, a des origines mexicaines, on a aussi des couples interraciaux (JJ et sa copine), etc. L'aspect culturel est très présent, surtout pour certains patineurs qui mettent réellement l'accent sur leurs origines et l’importance pour eux de représenter leur pays. Je n'ai pas parlé de Yurio qui est supposé faire partie du trio principal (mais est beaucoup plus en retrait), et c'est un choix assez subjectif de ma part mais j'avoue au final avoir assez peu de choses à dire de lui étant donné que c'est peut-être de tous, le personnage le plus stéréotypé de l'anime, j'ai nommé le tsundere (ou angsty teen).

Yuri!!! on Ice - Screenshot #5Autre bonne surprise : les personnages féminins. L’anime se concentrant sur le championnat masculin, je ne m’attendais pas vraiment à en croiser autant, ni à ce qu’elles aient beaucoup d’épaisseur. Et bien non, on a plusieurs ladies très badass, qui sont toutes intéressantes à leur façon et apportent toutes quelque chose à l’anime sans faire simplement figure de love interest, ce qui fait plaisir.

La façon dont Yuuri interagit ou est mis en parallèle avec ces différents patineurs est particulièrement intéressante aussi. Sur douze épisodes on pourrait s’étonner de passer autant de temps sur les programmes des compétiteurs, mais aucune minute n’est jamais perdue, et l’anime réussit le tour de force de parler de Yuuri en parlant d’autres personnages. Ce n’est pas que les personnages secondaires ne sont là que pour avoir un impact dans sa vie, c’est simplement que dans leurs motivations et leurs doutes, leurs aptitudes et leurs faiblesses, il y a toujours un parallèle à tracer, quelque chose qui nous en apprend plus sur eux comme sur Yuuri. Le symbolisme est très présent et il y a plus de degrés de lecture qu’il n’y paraît au premier abord. C’est très habile et ça permet à l’anime de conserver un bon rythme en alternant les scènes de patinage et les autres sans jamais être répétitif ou ennuyeux.
(Petite note en passant, mais j’apprécie la façon dont les réseaux sociaux (ici Instagram) sont intégrés dans l’anime et font même partie intégrante de la narration, c’est un procédé original et sympathique qui mériterait d’être plus souvent exploité, surtout dans des cas similaires à celui-ci où l’anime est écrit du point de vue d’un personnage, narrateur finalement assez peu fiable de sa propre histoire.)

Yuri!!! on Ice - Screenshot #6Pour en revenir au programme de chaque patineur, ils sont particulièrement travaillés pour leur correspondre et correspondre à leurs ambitions, chacun cherchant à exprimer quelque chose de spécifique sur la glace. Pour cela ils sont accompagnés de diverses musiques, nous offrant une OST à la fois variée et de qualité (mention particulière pour la piste qui porte le nom de l’anime et que j’affectionne tout particulièrement), avec des chansons très diverses écrites pour l’anime (ça va de la bonne vieille chanson pop à des chants d’opéra en passant par des musiques à sonorités plus exotiques). J’en profite au passage pour parler de l’opening que je trouve très réussi, aussi bien au niveau de l’animation que la chanson très catchy qui vous restera en tête plusieurs heures durant et que j’ai chanté à tue-tête à chaque début d’épisode.

Dernier point qui semblera évident, mais on sent toute la recherche derrière l’anime sur ce sport qui n’est pas forcément le plus médiatisé. Les clins d’œil et références à des événements ou des personnalités réelles sont nombreux, et on a même quelques caméos ! Bref, on appréciera le travail effectué en amont, et qui est récompensé par le retour positif de bons nombres de patineurs et patineuses pros qui se sont exprimés sur l’anime : la boucle est ainsi bouclée.

Seul petit bémol que je ne suis pas seule à remarquer, le final qui, voulant trop ouvrir les portes d’une deuxième saison, peine à apporter une vraie conclusion à ces douze épisodes, et, à mon sens, ne récompense pas proprement l’évolution de chaque personnage. J’attends donc de voir ce que la suite donnera, mais malgré tout pour ce qui est de la saison 1, je la recommande sans peine, et lui accorde un 10 bien mérité.

Verdict :10/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (9)
Amusante (1)
Originale (0)

7 membres partagent cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Serleena, inscrit depuis le 02/10/2009.
AK8.1.13 - Page générée en 0.037 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.129376 ★