Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Sujets - Afloplouf

Pages: [1] 2 3 4
1
Séries TV - OAV - Films / The Dragon Prince
« le: 16 septembre 2018, 11:51:21 »
The Dragon Prince


Genre : Heroic Fantasy
Auteurs : Aaron Ehasz (scénariste sur Avatar) et Justin Richmond (co-créateur de Uncharted 3)
Réalisé par Giancarlo Volpe (réalisateur sur Avatar)
Studio : Wonderstorm (formé pour l'occasion)
Diffusé sur Netflix

Synopsis :

Les humains et les elfes vivaient en harmonie jusqu'à ce que ces vils humains utilisent la magie noire interdite. Depuis, chacun vit de son côté et le roi des dragons protège la frontière. Mais les humains sont décidément des fourbes : ils viennent de tuer le roi de dragon.

En représailles, les elfes de la nuit envoient un groupe d'assassins dont la jeune Rayla pour toi le roi et son fils. Enfin ses fils : le jeune dauphin Ezran et le bâtard Callum.

Avis :

Je ne regarde peut-être pas au bon endroit mais j'ai l'impression que la série ne fait pas beaucoup de bruit. J'avoue que j'avais pas mal d'a priori. Des anciens d'Avatar qui forcent sur ce CV jusqu'à reprendre la même police d'écriture lors des génériques. Un projet cross media de sortir un JV sur cet univers. Un chara-design tout en CGI. Un univers familier binaire là où Avatar pouvait capitaliser sur exotisme oriental. Une animation parfois bien raide.

Sauf que j'ai regardé la série et c'est une vraie bombe en devenir. Revenons sur le seul vrai défaut : l'animation. Pour un jeune studio fraichement créé, ce projet était trop gros et ils ont fait le choix rationnel quoi qu’inégal d'économiser sur les phases de dialogue pour mettre le paquet sur les phases d'action qui elles pour le coup sont magnifiques.

Pour tout le reste, c'est un home run à chaque tour de batte. Le rythme est idéal : c'est très dynamique et en même temps on n'oublie pas les temps morts pour épaissir les personnages et travailler leurs relations. La série n'hésite pas et dose bien les moments graves avec l'humour avec une bonne louche de combats. Les personnages justement sont tous intéressants, même l'antagoniste a une certaine ambiguïté intéressante. En seulement 9 épisodes, la série dessine un univers riche qui appelle à être exploré. La saison offre un vraie fin et en même temps ne fait qu'esquisser ce qui pourrait devenir une grande aventure.

Les créateurs ont de l'ambition mais ils ont ce qu'ils faut. La série pourrait bien devenir un successeur véritable d'Avatar.

2
Séries TV - OAV - Films / Hanebado
« le: 08 juillet 2018, 15:43:47 »
Hanebado


Fiche AK
Genre : Sport (Badminton) féminin, Lycée
Studio : Liden Films (qui lui a mis les petits plats dans les grands)
Réalisateur : Shinpei EZAKI
Animation : Kazuhiro INOUE
Chara-design : Satoshi KIMURA

Adaptation du manga de Makoto IINO
Musique : Kohei TANAKA

Simulcast sur Crunchyroll

Synopsis :

Nagisa, élève de troisième année et meilleure joueuse du club de badminton du lycée Kitakomachi, a sèchement perdu (fanny quand même) face à un gamine. Depuis, elle martyrise ses camarades ses camarades  pour les entraîner mais ne fait que les dégouter.

La rivale contre qui elle a perdu alors, Ayano, vient tout juste d'entrer au lycée mais elle a arrêté le bad qu'elle déteste.

Avis après ce premier épisode :

Je vais être honnête. Au début, entre l'insistance sur la physique de la poitrine des personnages tirées tout droit de Dead or Alive et ma beaufitude sur le sport féminin (en vrai j'ai pas de mémoire où un manga l'a mis à son avantage) j'avais soigneusement ignoré Hanebado alors que bon c'est censé être ma came.

Puis les quelques bons échos m'ont poussé à essayer. Quelle bonne idée j'ai eu d'ignorer mes préjugés. La série nous colle plusieurs uppercuts en ouvrant sur un match animée avec dynamisme qui n'oublie pas de montrer les émotions aussi bien des joueuses que des spectatrices. Et le reste du pilote qui joue sur la psychologie a fini de me happer.

On comprend l'impasse dans laquelle Nagisa s'est enfermée et le mystère entretenu sur Ayano nous accroche plus solidement qu'un hameçon. Employons les grands mots qu'il se doit : j'ai un gros feeling Haikyuu après cet épisode.

3
Séries TV - OAV - Films / Gurazeni
« le: 07 avril 2018, 16:32:43 »
Gurazeni


Fiche AK
Genre : Sport, capitaliste
Studio : Studio Deen
Réalisateur : Ayumu WATANABE (Space Brothers)
Adaptation du manga de Cozy JŌKURA (scénario) et Keiji ADACHI (dessin)

Résumé :

Bonda est un lanceur de relève dans l'équipe professionnelle des Spiders. S'il ne termine pas les matchs, il est souvent appelé pour les points décisifs contre les batteurs gauchers, car il est gaucher lui-même et avec un lancer un peu particulier.

Il jauge ses adversaires par leurs salaires et il essaye lui-même d'augmenter sa valeur. Si son salaire actuel est le triple d'un salarié moyen, sa carrière sera également beaucoup plus courte. Et comme il n'a que le baseball comme talent, c'est maintenant que tout se joue s'il ne veut pas finir sur la paille à la fin de sa vie!

Avis au premier épisode :

Amateurs de sport au sens noble et du duel façon Pierre de Coubertin, rentrez chez vous. Ici on parle de sport professionnel, et cette nouveauté fait du bien. La série a de francs accents de vérité. Vérité froide et calculée, mais vérité tout de même. Pour l'instant en tout cas, on évite les clichés. On a juste dans la lucarne des adultes qui gagnent leur croutes et doivent penser évolution de carrière. D'où le titre de la série : Gura le gazon et Zeni l'argent.

Alors c'est un 180° par rapport aux séries sportives habituelles mais c'était LE point qui m'avait permis de m'accrocher à la fin de Major. Bref, un peu comme Space Brothers qui montrait les astronautes non pas comme des stars de cinéma au sourire Colgate mais comme des bosseurs de fou qui doivent faire face à une concurrence féroce pour faire partie des rares élus.

4
Séries TV - OAV - Films / Black Clover
« le: 05 octobre 2017, 08:57:50 »
Black Clover


Fiche AK
Genre : Shonen, baston, je deviendrai le roi des ninja
Studio : Pierrot
Réalisateur : Tatsuya YOSHIHARA
Adaptation du manga de Yûki TABATA
Simulcast dispo sur Crunchyroll

Résumé :

Dans le royaume médiéval de Clover, tout le monde est magicien. Les meilleurs et les plus riches d'entre eux aspirent à devenir des Chevaliers Mages, protecteurs du Royaume. Et bien sûr beaucoup aspirent à devenir le chef des dits Chevaliers : le Roi Mage (non aucune rapport avec la galette). Malheureusement pour l'orphelin Asta, ces ambitions se fracassent contre le Mur des réalités. Il n'a pas le moindre pouvoir magique. C'est d'autant plus frustrant quand son ami/rival Yuno est au contraire un magicien prometteur.

Comme tout héros de shonen, Asta ne se morfond pas dans sa chambre mais s'entraîne à faire des pompes en attendant de recevoir son grimoire. Et parce que les bouquin sont chiants, le sien lui donne une claymore noire qui fait deux fois sa taille et qui va lui permettre de botter des culs.

Avis au premier épisode :

Citation de: Afloplouf qui se remet de ses acouphènes
Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhh!!!

Pour ceux qui ne suivraient pas de près l'actualité nippone, Black Clover est à l'instar de Haikyuu et My Hero Academia la nouvelle étoile montante du Weekly Shonen Jump après la fin de Bleach/Naruto. De fait si le manga reste trop superficiel, sa galerie de personnages, son ton très humoristique (on sort les violons moins souvent et ça marche mieux du coup) et son trait dynamique font du manga une lecture assez agréable. Mais alors que la nouvelle méthode est aux adaptations plus qualitatives mais donc plus épisodiques, Black Clover revient à une méthode classique avec l'inénarrable Studio Pierrot.

Alors je pourrais sortir le laïus sur les vieilles pantoufles confortables, d'autant plus que Black Clover a un vrai côté old school, mais le pilote fait tellement anachronique, dans le mauvais sens du terme. Pierrot a quand même haussé de quelques crans la qualité technique et le rendu de la magie notamment est plus que correcte mais on est devenu exigeant avec les shonens récents.

Le plus gros problème est celui du rythme. Y'a un incroyable sentiment de vieillesse qui m'envahit quand j'ai regardé l'épisode. Comparé ça à celui de Bleach : le héros gagne un power up et dérouille un vilain. Simple et efficace. Là Asta gagne son pouvoir et... générique de fin. Alors je ne sais pas s'ils ont prévu de faire une adaptation fleuve et s'ils essayent d'étirer le matériau de base pour éviter les fillers mais vous connaissez la blague de la noisette de beurre qu'on étale sur une tartine trop grande.

Surtout, surtout, je veux bâillonner Asta. J'apprécie les nouvelles voix mais je vais pas tenir s'il hurle tout le temps. Je subis déjà bien assez les collégiens dans le bus tous les matins qui ont un porte-voix dans la gorge pour ne pas en plus le vivre en japanimation. On pourrait dire que du coup c'est une bonne interprétation d'ado mais mes oreilles vont pas tenir.

5
Séries TV - OAV - Films / The Reflection
« le: 27 juillet 2017, 10:07:41 »
The Reflection


Fiche AK
Genre : Super-héros, comics
Studio : Studio Deen
Réalisateur : Hiroshi NAGAHAMA
Idéé originale de Hiroshi NAGAHAMA et Stan LEE
Simulcast dispo sur Crunchyroll

Résumé :

Il y a trois ans, une étrange lueur est apparue dans le ciel, partout sur Terre. Beaucoup ont perdu la vie, d'autres y ont gagné des super pouvoirs.  Comme de bien entendu, certains se servent de leurs pouvoirs pour mettre au pas les humains inférieurs tandis que d'autres protègent l'humanité.

Avis au premier épisode :

C'est le oui. NAGAHAMA oblige, le rendu visuel est très atypique. Je subodore une utilisation de la rotoscopie mais en moins marqué que dans Aku no Hana. Néanmoins on retrouve ce style presque en cell-shading avec les traits surlignés en noir gras. Ca donne un look totalement fou, très original et somme toute très "comics" même si j'imagine sans souci que les bites tristes n'y trouveront pas leur compte. Vous connaissez ma position : j'aime ce qui sort de l'ordinaire et j'applaudis la prise de risque.

Ce qui passeront à côté rateront de belles images et une bataille dans Time Square qui vaut le détour avec des trouvailles kitsch et en même temps très pertinentes. Je reste quand même sur le qui vive pour voir si l'histoire prendra vraiment ses ailes. On est quand même dans du classique de chez classique et avec seulement 12 épisodes prévus, je n'anticipe pas un lore qui se portera tout seul. Sans attendre la folie d'un Samurai Flamenco (les planètes ne s’alignent que rarement), j'espère au moins qu'on arrivera au niveau d'un Tiger & Bunny a minima. Mais une fois encore, les maigres 12 épisodes m'incitent à la prudence.

6
Séries TV - OAV - Films / Welcome to the Ballroom
« le: 11 juillet 2017, 09:02:16 »
Welcome to the Ballroom


Fiche AK
Genre : Shonen concentré, Danse, sport
Studio : Production IG
Réalisateur : Yoshimi ITAZU
Adaptation du manga de Tomo TAKEUCHI
Simulcast dispo sur Amazon Prime

Résumé :

Fujita est l'archétype du lycéen solitaire qui ne sait pas quoi faire dans sa vie et qui a encore moins de but. Dans un rebondissement shonenesque "Hé toi là-bas", il se retrouve entraîné dans le monde de la danse en couple compétitive. La passion des participants, et notamment l'un d'eux, Sengoku, est assez communicative. Et si en plus, s'il peut se frotter à la belle Shizuku, une fille qui va dans le même collège que lui, c'est un plus. Je vous rassure, il devient rouge comme une pivoine dès que leurs regards se croisent.

Avis au premier épisode :

Mon résumé tout en subtilité a du vous mettre la puce à l'oreille : la série vous hurle à la face "JE SUIS UN SHONEN". Jusqu'au choix d'aborder le cas de la danse compétitive alors que je pense qu'on aurait pu sans se forcer faire du même avec une troupe, on y aurait en plus gagner une pression de groupe. M'enfin, c'est pas comme si je m'enfilais les séries du même tonneau avec Days ou YowaPeda par paquet de huit donc sans surprise j'accroche tout de suite.

Du reste la série montre dès le premier épisode les efforts physiques à fournir : les danseurs transpirent, leurs muscles sont douloureux, ils peuvent même se blesser. Et ça, c'est plutôt pas mal, les séries sportives n'ont pas forcément tendance à montrer d'entrée de jeu la difficulté, on commence en général par une phase un peu plus ludique. Peut-être que Welcome to the Ballroom s'est senti obligé de rappeler aux deux beaufs du fond que oui la danse est un sport.

Pour aborder un point plus négatif, si j'aime beaucoup le chara-design, l'animation même des danses est un peu particulière, comme si les corps s'allongeaient (ce qui est vrai jusqu'à un certain point mais là ils exagèrent) comme un fil qui va claquer. L'effet est bizarre mais saisissant.

Bref, sans franchement réinventer la poudre, la série fait le café.

7
Généralités animes et mangas / Bilan 2016
« le: 16 décembre 2016, 16:48:24 »
Comme vous l'aurez deviné, je suis un peu surchargé ces derniers temps (ça devrait s'arranger à partir de mars) donc je n'aurai pas le temps de m'en occuper en grandes pompes. Le reste du staff devrait quand même vous préparer une bafouille.

J'ouvre quand même ce sujet pour qu'on puisse échanger sur ce forum nos rétrospectives de l'année. Voire rappelez qu'on a écrit un Top / une Liste.

Ma série préférée de l'année ne surprendra personne. Mais mon plus gros regret de l'année (après ne pas pouvoir voir - probablement - your name en salles) sera de ne pas faire la publicité sur le ouèbzaïne de March Comes in Like a Lion. Allez regarder la nouvelle série de Chika UMINO. :cop:


Animes de la saison automne 2016

Animes de la saison été 2016
Animes de la saison printemps 2016
Animes de la saison hiver 2016

8
Séries TV - OAV - Films / All Out
« le: 07 octobre 2016, 10:00:49 »
All Out


Fiche AK
Genre : Sport (rugby)
Studio : Madhouse & TMS
Réalisateur : Kenichi SHIMIZU (Parasyte)
Adaptation du manga de Shiori AMASE
Simulcast dispo sur Crunchyroll

Résumé :

Iwashimizu Sumiaki est un élève de seconde qui fait deux têtes de plus que tout le monde mais très timide, pour ne pas dire trouillard. A l'opposé, son camarade de classe Kenji Gion fait deux têtes de moins que tout le monde et prend la moutarde au nez quand on lui rappelle sa petite taille, n'hésitant pas à user de violence pour s'imposer. Les deux vont se lier d'amitié grâce aux VALEURS© du rugby.

Avis au premier épisode :

Si Deluxe m'a grillé la politesse pour Yuri on Ice, j'étais sûr que je serai seul sur le créneau de All Out, l'autre série sportive de la saison, cette fois ci sur le rugby. De fait, à part un épisode assez mythique de FMP Fumoffu, ce sport ci n'a jamais vraiment vu d'exploitation en animation. Or, comme je le rappelais dans l'article, le rugby prend un nouvel essor. Avec les récents exploits de l'équipe nationale (leurs matchs à la CDM ont fait de grosses audiences sur l'archipel) et la CDM de 2019 au Japon qui se prépare, c'est le moment ou jamais.

N'espérer un Yuri on Ice bis, on est ici devant un grand classique de la série d'animation sportive : des lycéens, des archétypes, on est bien dans nos pantoufles. Jusque dans le chara-design bien marqué. Petite subtilité néanmoins, le héros n'est pas un gamin timide sans ami (encore que Gon a un tel tempérament qu'on l'imagine facilement solitaire), il laisse ce rôle au sidekick. Pour le coup Gon est un ado arrogant, teigneux qui rejoint le rugby parce qu'on s'y tape dessus comme des bêtes (sic) : il fera un bon demi de mêlée. Mais en véritable noob du sport, je sens venir la série didactique donc les nouveaux venus apprendront peut-être une chose ou deux.

J'espère qu'on y apprendra pas trop de bêtises, beber guette comme un vautour. :wacko:

9
Séries TV - OAV - Films / Battery
« le: 15 juillet 2016, 15:13:54 »
Battery


Fiche AK
Genre : Baseball
Studio : Zero-G
Réalisateur : Tomomi MOCHIZUKI (Rozen Maiden)
Adaptation du light novel de Atsuko ASANO (Numero 6)

Résumé :

Harada est un joueur de baseball, un lanceur. Avec son équipe, il a connu quelques succès alors qu'il était au collège. Mais alors qu'il va rentrer au lycée, il part à la campagne avec sa famille vivre chez son grand-père. Si ce dernier a réussi à se qualifier pour le Koshien (championnat national lycéen, très relevé) dans sa prime jeunesse il n'aime pas forcément en parler. Le club de baseball du lycée qu'Harada va rejoindre n'est pas très huppé mais ça ne semble pas forcément le chagriner.

Il va faire la rencontre de Nagakura, receveur, qui rêve de former une "batterie" (couple lanceur-receveur) avec Harada depuis qu'il l'a vu jouer. On ne pourrait envisage personnalités plus opposés que ces deux là mais pourtant l'alchimie devra bien prendre.

Avis au premier épisode :

Très prometteur. OoFuri l'avait évoqué longuement mais là c'est vraiment le coeur du récit : le couple du lanceur et du receveur sont la fondation de la défense d'une équipe de baseball, et souvent la fondation d'une équipe tout court. Harada est la caricature du lanceur, extrêmement fier et qui s'isole beaucoup là où Nagakura est la caricature du receveur, très expansif et un peu brut de décoffrage.

Beaucoup font la remarque à Harada qu'il ne semble pas vraiment aimer le baseball mais j'imagine que ça tient à n'avoir pas su trouver un receveur qui puisse recevoir ses balles, le guider mais aussi le confronter. Bref, un vrai partenaire, au delà d'un ami. Et j'anticipe déjà les mouchoirs quand il va sortir de sa coquille.

Je lance une alerte aux fujoshi car plus encore que dans Haikyuu récemment, on aura probablement droit à une dynamique de couple entre ces deux là. Quand je disais que les shonens sportifs ressemblait beaucoup aux séries romantiques, c'était pas des blagues. =D

Je regrette le format ramassé d'une dizaine d'épisodes. Je sais déjà que j'en voudrais plus, coupés que nous seront dans notre élan. D'un autre côté, on peut espérer que ça va garantir un bon rythme.

10
Séries TV - OAV - Films / Mob Psycho 100
« le: 11 juillet 2016, 20:56:02 »
Mob Psycho 100


Fiche AK
Genre : Surnaturel, comédie, animation de folie
Studio : Bones
Réalisateur : Yuzuru TACHIKAWA
Adaptation du manga de One
Simulcast dispo sur Crunchyroll

Résumé :

Kageyama Shigeo, surnommé Mob, est un collégien très réservé, gauche, mauvais élève, nul en sport et amoureux d'une de ses camarades de classe. Son seul "ami" est son maître, Reigen Arataka, qui lui "apprend" l'art de l'exorcisme. Sauf que Reigen est un escroc. Il n'a aucun talent là où Mob possède un don naturel très puissant. Trop puissant même, il pourrait blesser les autres humains s'il n'apprend pas à se contrôler.

Avis au premier épisode :

J'ai cru voir du YUASA. Alors je force un peu la comparaison mais elle n'est pas inutilement flatteuse, ils marchent vraiment dans les traces de mon chouchou. Le manga était moche et succès de One Punch Man aidant, ils auraient pu moderniser le trait. Alors que de fait, ils ont embrassé ce style avec un chara-design marqué et un style crayonné dont on devine bien l'influence. La série gagne un cachet certain et un effet qui marche à plein sur moi, forcément.

J'ai des craintes que les fans de OPM fuit dès le pilote avec cette technique et pourtant ils ne savent pas ce qu'il râte. J'avais tablé sur un style un peu sombre alors qu'au contraire la série joue intelligemment sur le contraste entre l'ambiance surnaturelle et un humour débile qui du coup percute totalement.

Ah, et le générique DEFONCE SA RACE PUTAIN C'EST DEMENT!

Voilà, voilà. Gros coup de cœur. Mob Psycho 100 renonce au grand public (même si je garde l'espoir secret qu'au contraire ça ouvre des horizons aux nouveaux venus) sur l'autel pour offrir un joyau destiné aux fans d'animation atypiques. Pile ma niche. :tupeuxpastest:

11
Séries TV - OAV - Films / Days
« le: 06 juillet 2016, 09:08:23 »
Days


Fiche AK
Genre : Footix
Studio : Mappa
Réalisateur : Uda KONOSUKE (Lovely Complex, Ginga Kicka Off)
Adaptation du manga de Yasuda TSUYOSHI
Simulcast dispo sur ADN

Résumé :

Tsukuchi, un lycéen plutôt réservé et pas franchement réservé est appelé par Jin, un camarade de classe, pour faire le nombre dans une partie de futsal. Tsukuchi se découvre une envie pour le foot et décide de rejoindre le club de son lycée. Mais ce club est plutôt réputé donc un noob comme lui va galérer pour y faire son trou.

Avis au premier épisode :

Yes, yes, yes ! J'ai trouvé mon rafraîchissement de l'été. C'est du Yowamushi Pedal all over again même si Tsukuchi me fait plus penser à Ippo. Une caricature de perso de shonen : sympa (certains diront naïf) avec l'innocence inscrit sur le visage, pas d'amis, pas sportif mais du courage. N'écoutez pas les pisse-froids (poke @beber, tu pourras te venger cette automne), retrouvez l'auteur de Overdrive est une bonne surprise : bien que ce soit un gros mauvais a priori sans le moindre talent naturel, il sera champion du Japon d'ici la fin. :wacko:

Bon, le réalisme sort par la fenêtre dès ce pilote (non on court pas avec des ampoules comme ça à moins de souffrir d'ICD) mais ils sont trop choupis. En plus, on n'oublie pas d'aller draguer le nouveau public des shonens sportifs, les fujoshi, avec des beaux gosses au physique longiligne (va falloir qu'ils musclent leur jeu).

Soyons clairs, ils auraient pu faire un effort minimal pour la crédibilité (il pourrait avoir au moins de l'endurance) mais je ne boude pas mon plaisir.

12
Séries TV - OAV - Films / Bungou Stray Dogs
« le: 07 avril 2016, 06:53:49 »
Bungou Stray Dogs


Fiche AK
Genre : Paranormal
Studio : Bones
Réalisateur : Takuya IGARASHI
Scénariste : Yoji ENOKIDO
Adaptation du manga de Kafka ASAGIRI
Simulcast dispo sur Crunchyroll

Résumé :

Une agence composée d'écrivains célèbres, accessoirement doté de pouvoirs magiques, combattent des monstres et autres phénomènes paranormaux.

Avis au premier épisode :

Je suis un peu déçu. En fait, j'ai un sentiment Fata/Stay Noght. Vous vous imaginez déjà une exploitation que les héros soit des écrivains ? Que dalle ! Ils tiennent un bouquin pour avoir l'air cool  et leurs pouvoirs vient de leurs bouquins les plus emblématiques mais c'est marre. Le concept est largement sous-exploité et du coup quel intérêt de prendre des auteurs ? On aurait pris n'importe quels pignoufs randoms ça aurait été pareil, il y a tromperie sur la marchandise.

Techniquement c'est propre si on met de côté l'éléphant dans le couloir : les pouvoirs ont un rendu numérique dégueulasse.

Reste que l'épisode d'introduction fait très bien son taf et l'épisode était très drôle à grand renfort de SD. Au moins la série ne tombe pas dans le travers de se prendre trop au sérieux. Ça tient du Norigami croisé Blood Blockade Battlefront dans le pressenti et on aurait pu avoir pire mais je m'attendais à quelque chose de plus original.

13
Séries TV - OAV - Films / My Hero Academia (My Hero Academia)
« le: 03 avril 2016, 19:42:07 »
My Hero Academia


Fiche AK
Genre : Shonen sans sucre ajouté
Studio : Bones
Réalisateur : Kenji NAGASAKI
Adaptation du manga de Kôhei HORIKOSHI
Simulcast dispo sur ADN

Résumé :

Aujourd'hui, 80% de la population possède un pouvoir spécial (Quirck) comme souffler du feu ou pouvoir agrandir sa taille. Certains s'en servent pour commettre des crimes et, sans attendre un pouvoir politique perdu, d'autres s'en servent pour les combattre. Izuku Midoriya voudrait bien lui aussi devenir un héros comme son icône All Might, histoire de sauver la veuve et l'orphelin.

Malheureusement, il fait partie des 20% sans pouvoir, c'est mal barré. A cause de son absence de Quirck, il est même martyrisé par Bakugo, un camarade de classe, qui lui donne le surnom insultant de Deku. Bakugo a bien l'intentention de baffer du vilain et s'en mettre plein les poches en contrats publicitaires donc ce microbe qui a les mêmes rêves que lui l'irrite au plus haut point.

Un jour, "Deku" rencontre All Might en chair et en os.

Avis au premier épisode :

Adaptation très scolaire, quasiment plan par plan. Ils succombent même à la facilité des images statiques. Cependant les animations sont assez classes et le doublage brillant. La grosse côte n'aura pas besoin de pousser son avantage pour emporter les foules mais je m'attendais à un truc en plus.

Quelques faiblesses de chara-design par moment mais dans l'ensemble on se fend bien à la gueule et Deku est LE protagoniste dès ce pilote. Bakugo et All Might sont eux aussi bien caractérisés.

14
Généralités animes et mangas / Bilan 2015
« le: 11 décembre 2015, 16:05:35 »

Dans un élan spontané d'originalité, c'est l'heure du bilan. Vous pouvez bien sûr poster ici-même votre rétrospective mais pour ceux prêt à jouer le jeu, les feux de rampe brillent aussi pour vous. Anéfé, à la condition de respecter quelques règles, votre bilan sera publié sur le webzine comme l'année dernière.

Citation de: Règles de participation
    - Date limite de soumission : vendredi 1 janvier 2015 minuit (éviter d'écrire encore bourré(e) de la veille)
    - Ouvert aux membres qui ont au moins 500 messages au compteur ou au moins 15 critiques validées sur le site au 1er décembre 2015.
    - Les séries/films/mangas qui ont fait leur première/dernière apparition au Japon ou en France en 2015.
    - Entre 3000 et 5000 signes, avec 10% de tolérance.
    - Pas d'inventaires à la Prévert, un peu d'argumentation est attendue et pas de présentation sous formes de listes, faîtes moi de beaux paragraphes.
    - Une image de votre avatar en 150x150 pixels.
    - Il peut il y avoir des coups de gueules mais au moins un coup de cœur.

Pour comptez les signes, utilisez l'outil "statistiques" d'un éditeur de texte (Word, LibreOffice, etc.). Pour vous donnez une idée, 1500 signes ça fait environ 250 mots. Donc là on parle d'entre 500 et 850 mots, à une vache près.

Aucune obligation sur le nombre d’œuvres que vous pouvez citer mais vu la contrainte en mots, au-delà de 10 ça semble compliqué. Il va falloir faire des choix, parfois cruels.

Comme les critiques, le staff se réserve le droit d'invalider vos propositions (mais on vous préviendra) donc attention aux spoils, à l'orthographe/grammaire et à la formulation en général. Par exemple, utilisez exclusivement le titre officiel en France, la BDD fait foi : par exemple c'est Seven Deadly Sins, pas Nanatsu no Taizai. Vous avez en revanche le droit d'avoir mauvais goût.

NB : Vous êtes invités (ce n'est pas une obligation) à proposer en parallèle de 1 à 3 images (en précisant les titres auxquelles les images se réfèrent) en 500x281 pixels (format 16/9 donc) pour servir d'illustrations. Les fanarts sont déconseillés, c'est de la triche. Ces images ne seront pas forcément utilisées pour accompagner votre texte mais parfois celui d'un(e) autre, voire pas du tout utilisée : le but du jeu est d’égayer l'article donc chaque œuvre sera "mise en image" une seule fois.

Et pour vous aider à piocher, voilà les calendrier:
Automne 2015
Eté 2015
Printemps 2015
Hiver 2015
Automne 2014 (certaines séries ne se sont terminées qu'en 2015 donc ça marche)

Et ça ne couvre que l'actualité japonaise, par exemple World Tigger qui n'est sorti qu'en 2015 en France est un candidat possible. Sans compter toute l'actu manga.

Si vous avez un doute sur l'éligibilité d'un titre, vous avez le droit de demander ici-même, ça servira à tout le monde.

Faites chauffer les claviers ! :tupeuxpastest:

15
Mangas / Happiness
« le: 13 novembre 2015, 08:46:49 »
Happiness


Genre : Shonen, Vampire
Auteur : Shûzô OSHIMI (Aku no Hana)
Publication en cours (parution mensuelle)

Résumé :

Okazaki est un ado plutôt discret et souffre-douleur d'une petite bande de sa classe. Un soir, allez qu'il allait rendre un DVD à la boutique, il se fait agresser par une étrange ado vêtue d'une cape (true story) qui le mord violemment au cou et lui demande s'il veut mourir ou bien devenir comme elle. Il se réveille à hôpital entouré de sa famille inquiète. Il a l'air d'aller bien mais il y a des choses étranges : il a du mal à supporter la lumière, il est devenu plus agressif (prédateur presque) à son corps défendant et il a toujours soif.

Avis :

C'est du OSHIMI donc on des ados aussi bizarres qu'ils sonnent vrais. Et il n'hésite pas à briser des tabous pour la blague. Les vampires sont attirés par le sang des jeunes filles vierges ? Que nenni mais parfois elles ont leurs règles. =D

Rien qu'avec ce détail, une adaptation semble impossible (et pourtant je croise les doigts) mais on sent que la précédente a fait évoluer son coup de crayon. Si on gare des visages juvéniles, il n'hésite pas, bien plus souvent que dans Aku no Hana, à donner des tronches bien marqués. Le voir aborder du fantastique, particulièrement un mythe aussi éculé que celui des vampires, m'excite au plus haut point. Car connaissant OSHIMI il va nous ancrer tout ça dans le réel dans toute son étrangeté.

Pages: [1] 2 3 4