Anime-Kun - Webzine anime, manga et base de données

Critique du manga Genshiken

» par kuchiki byakuya le
12 Juin 2009
| Voir la fiche du manga

Ca me fait un peu bizarre d'écrire une critique sur Genshiken car cela signifie que c'est terminé alors que j'ai pris énormément de plaisir à lire ses 9 petits tomes.

L'histoire est construite sous forme de petit cycle qui se termine avec l'arrivée d'un nouveau président de ce club un peu spécial. Ce qu'il y a d'extraordinaire avec Genshiken, c'est qu'il ne se passe pas grand chose fondamentalement mais on ne peut s'empêcher d'être happer par ce monde otakuesque. Je pense que si on aime ce manga, c'est en partie parce qu'on se sent proche des personnages et de leur univers. Leur passion est notre passion, même si leur niveau est bien plus élevé que le notre ^^. Le sujet est mieux abordé que dans NHK car l'ambiance est plus intime, plus proche du lecteur alors que dans NHK, il se posait en juge (ou en témoin). C'est pour cela qu'il est si dur de dire adieu à Genshiken.

Le scénario évolue quand même. S'intéressant d'abord au personnage de Sasahara, il porte assez vite son intérêt sur Saki, un anti-otaku par excellence qui ne fréquente ce club que pour petit-ami. Cette partie est très intéressante car le point de vue d'une "tueuse de otaku" permet d'avoir une idée plus complète. Mais ce qui est remarquable, c'est son évolution douce et naturel. Elle ne comprend pas et ne veut pas comprendre ce monde mais elle finit par l'accepter et même le défendre. Oui, car Genshiken est aussi un manga sur la tolérance et l'acceptation des hobbies, point que l'on voit nettement sur la fin avec les deux américaines.

Ensuite, Sasahara redevient le personnage central. Cette partie change du reste car on y voit de nouveaux protagonistes mais surtout parce que le ton change. Sans laisser tomber le monde otaku, l'histoire se penche d'avantage sur le fond des personnages, leurs sentiments, leur avenir, leurs liens également. Les otakus sont des créatures sortant en bande mais ayant une bien mauvaise opinion d'eux-mêmes. Ils se soutiennent les uns les autres et réussissent à se faire une place dans la société.

Les derniers tomes marquent la fin d'un cycle complet, achevant tout ce qu'ils ont voulu, se sentant un peu mieux dans leur peau. Néanmoins, le dernier tome est vide, se contentant de terminer la série calmement. Je ne dis pas qu'il est mauvais, juste différent. Comme le manga traite de tranches de vies, il faut bien terminer et cette manière est convenable, même si j'ai le sentiment que certains point sont mal expliqués.

Les personnages forment un tout et en retirait un, c'est comme retirer un organe vital à un corps. Sasahara a du mal à accepter ses goûts et le "club d'étude de la culture visuelle moderne" lui permet de trouver des gens encore plus fana que lui. Madarame, vrai drogué des animes et des jeux érotiques, nerveux et pas très délicat; Kosaka, beau jeune homme souriant et complètement à l'ouest dont Saki s'entiche vite, malgré leur différence de caractère; Tanaka, vrai drogué du cosplay, tout comme Ohno. Leur club est plus un lieu où ils peuvent se cacher des autres car au final, ils n'y font pas grand chose. Mais les petites envies de chacun donne des résultats qu'aucun d'eux n'auraient envisager. Oguié, qui les rejoint par la suite, est complexe, otaku de naissance, elle s'efforce de le cacher (maladroitement certes) aux yeux des autres. Mais qui connait mieux un otaku qu'un autre otaku? J'aime bien ce personnage car il apporte un petit plus.

Par contre, j'aime beaucoup moins Kuchiki qui est débile, même inutile. On ne le voit que très rarement, sauf pour faire une grimace ou dire une idiotie. Je ne vois pas l'intérêt d'introduire un tel personnage mais bon. Kuagayama n'est pas non plus celui que je préfère, bien que je le trouvais sympathique au début. Il perd sa place au fur et à mesure car il manque totalement de charisme et de personnalité. Il revient pour un moment important du club et j'espérais qu'il puisse gagner une nouvelle place mais il est éclipsé par Oguié. Enfin, il y avait déjà suffisamment de personnages.

Le dessin est très bon, très fluide. Les planches sont parfaitement équilibrées, les personnages très agréables à regarder. J'aime bien les planches annexes, que l'on trouve à la fin de certains chapitres, comme des petites histoires complémentaires. Les dossiers de fin de tome sont un vrai plus, apportant des informations sur la vie japonaise. Certains sont vraiment très complets et passionnant. C'est le genre de détails auquel je suis sensible.

Genshiken est donc un must, sur un sujet intéressant et d'actualité. Il n'est pas impossible et idiot que l'on dévore les 9 tomes d'une traite. Voila pourquoi j'ai un petit pincement au coeur en écrivant cette critique. J'ai adoré et ca me rend triste de me dire que je n'attendrai plus la sortie d'un tome. A lire d'urgence, bien évidemment.

Verdict :9/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (1)
Amusante (0)
Originale (0)

1 membre partage cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

kuchiki byakuya, inscrit depuis le 24/08/2006.
AK8.1.13 - Page générée en 0.048 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.201419 ★