Anime-Kun - Webzine anime, manga et base de données

Critique du manga Le Nouvel Angyo Onshi

» par Afloplouf le
26 Août 2010
| Voir la fiche du manga

« Vous savez... En ce bas monde, le bien et le mal sont identiques, comme le recto et le verso d'une feuille blanche... A l'origine, elle est blanche. Ce sont les hommes qui donnent une couleur à cette feuille, qui la noircissent ou la teintent en rouge sang. Même si à l'origine, elle est très bien sans couleur. Les hommes sont remplis de contradictions et ces hommes si faibles décident de ce qui est bien ou mal. Mais vu du ciel, notre monde n'est qu'une feuille de papier. »

Ajite, tome 11

Le Nouvel Angyo Onshi, NAO pour les intimes, a un statut particulier : c'est un manga d'auteurs coréens. D'habitude on parlerait de manhwa sauf que. Sauf que NAO a bien été pré-publié puis publié en volumes reliés d'abord au Japon et qu'il se retrouve donc, entre autres, avec un sens de lecture japonais (droite à gauche) et non coréen (gauche à droite, comme en Occident) ! On se retrouve donc avec une œuvre hybride où les auteurs font bien sûr parler leurs expériences dans le dessins ou les influences sur la mythologie coréenne mais s'adresse à un public étranger. Cette situation rare nous offre donc une œuvre clairement atypique où l'on retrouve des thématiques et des scènes parfois classiques mais revisités sous un éclairage différent. Au risque de faire dans la Lapalissade, un manga qui fait le pont entre deux cultures.

L'impact le plus marquant est au niveau du chara-design avec des personnages bien plus proches physiquement de ce que nous propose la BD européenne que ce que l'on est habitué de voir dans le manga japonais tout en gardant une touche orientale. Les décors ont bénéficié d'un soin particulier (la pré-publication était mensuelle) et les combats ont un côté très aérien voire "venteux" qui donne un certain cachet à cette série. Ces qualités sont conbinés dans les scènes de batailles avec plusieurs dizaines de milliers d'hommes qui sont retranscrites avec un sens du détail souvent maniaque.

Le scénario n'est pas en reste, loin s'en faut. Les arcs ou les chapitres uniques s'inspirent souvent directement de l'histoire ou des légendes coréennes qui nous sont inconnues donc dépaysantes. Si les personnages ne sont pas à priori très originaux, malgré le charisme monstre de Mun Su ou le charme de Sando, c'est pour mieux découvrir au fil de l'histoire le passé et le caractère du premier ou de l'évolution météorique de la seconde. Et je ne parle là que des deux personnages principaux. Il y aurait beaucoup à dire de Wonyho, Pyong Gan, Wonsul et surtout Ajite.

Contre toutes attentes, NAO revisite le concept de manichéisme avec brio et pose les question simples mais éternel du bien et du mal. Loin de faire dans le discours moralisateur, Mun Su n'est pas un justicier, il s'en défend : il est le simple gardien de la loi et défendeur des seules lois naturelles. Le point d'orgue en est judicieusement atteint lors de l'arc des Walbin où il se bat contre des Robins de Bois locaux, pleins de bonnes intentions mais où il démonte chacun de leurs arguments, implacable.

Les morts ne ressuscitent pas, aucun super héros ne viendra vous sauver. Discours pessimiste ? Il est certain que NAO est un manga très sombre mais il sait faire briller la petite bougie de la foi en l'humanité. Il sait nous faire rire alors que la situation est désespérée et nous glacer jusqu'au sang d'un doute terrible alors que tout semble sourire aux héros.

Bon point pour Pika qui, malgré son édition moyenne donne des précisions utiles sur l'inspiration historiques de certains passages.

Verdict :9/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (5)
Amusante (0)
Originale (0)

2 membres partagent cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Afloplouf, inscrit depuis le 14/05/2008.
AK8.1.13 - Page générée en 0.05 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.198384 ★