Anime-Kun - Webzine anime, manga et base de données

Xam’d: Lost Memories – Episode 26 – Fin

Publié le 09/02/2009 par emilie dans Anime - 4 commentaires

Akiyuki donne son prénom à l’empereur Hiruken pour que celui-ci puisse combler le vide en lui. De ce fait Akiyuki perd son prénom et devient l’empereur Hiruken.

Pendant ce temps Nakiami fusionne avec ce qu’il reste de Lady Sannova au coeur de la Chambre d’éveil. Celle-ci s’ouvre et un grand faisceau vert en sort et ramène la lumière dans le ciel au dessus de la Chambre d’éveil. Les personnes changées en pierre par la pluie, image des larmes de l’empereur Hiruken, se réveillent et les Yohogori quittent la Chambre d’éveil en découvrant le soleil.

Alors que la Chambre d’éveil se referme, Yango comprend avec horreur que Nakiami ne reviendra pas de sitôt. Elle va y rester mille ans en tant que nouvelle Mère Hiruko, elle prend la suite de Lady Sannova. Il tente désespérément d’empêcher la Chambre d’éveil de se refermer, avec l’aide d’Akiyuki tombé sur le toit de la Chambre après sa discussion avec l’empereur Hiruken, mais se réussira pas. C’est à ce moment là qu’Akiyuki se transforme en pierre. Sur le Zanbani, Ishu, qui a été recueillie par l’équipage malgré ses blessures, comprend ce que Nakiami vient de réaliser. Elle donne l’ordre de récupérer la pierre qu’est devenue Akiyuki pendant que les enfants jettent des lettres à destination inconnue dans le ciel de la Chambre d’éveil.

Neuf ans plus tard sur l’île Sentan Island, Haru est devenue professeur remplaçante, Midori a bien grandi, la vie suit son cours sur le Zanbani et les parents d’Akiyuki s’entendent bien, même Nazuna se porte bien.

Après son échange de prénom avec l’empereur, Akiyuki a fait un rêve où il est enfant sur l’île Sentan. Il ne se rappelle ni de la ville, ni de son nom. Sur une colline face à la mer, il rencontre Nakiami, elle lui dit d’attendre à cet endroit que quelqu’un vienne l’appeler. Après neuf ans, on suit Haru sur cette colline où elle vient parler à une pierre à forme humaine avec des ailes et se tenant la tête dans les mains.

 

Comme on le pressentait ce dernier épisode de Xam’d Lost Memories n’est pas un parfait happy end, cela dit l’espoir est bien présent. La musique a su véhiculer les émotions au long de ce dernier épisode, surtout au moment de l’ouverture de la Chambre d’éveil. Mon moment fort a été quand Yango a réalisé que Nakiami ne reviendrait pas, sa hargne se changeant en désespoir puis en larmes m’a vraiment touché. Même chose en ce qui concerne les sentiments d’Ishu.

La vision « neuf ans après » est porteuse d’espoir : Midori se porte bien et a un petit ami, les parents d’Akiyuki sont ensemble, Nazuna est resplendissante de vie. La vie sur le Zanbani continue avec Yunbo enceinte d’Ahm. Le bel adolescent Hinokimaru a pris la suite de Raigyo et se ballade avec son appareil photo tandis que Kobako a suivi les traces de Nakiami. Yango aussi a bien grandi et est devenu un beau jeune homme. Du coup on n’est même pas surpris par la toute fin qui semble si naturelle.

Au final, Xam’d Lost Memories est un très bon anime que je recommande. Il a su allier une histoire intéressante mêlant mystères, politique, combats tout en nous donnant les moyens de nous attacher aux personnages, qu’ils soient principaux ou secondaires. Les décors sont tout simplement superbes, tandis que l’animation est fluide et servie par un chara-design et un mecha-design détaillés et beaux tout au long de la série. La musique de qualité est toujours présente et on la relève aux moments cruciaux. Bref un anime qui m’a fait passer un excellent moment!

 

Présentation de l’Episode 25

4 commentaires

Le problème principal de Bounen no Xamdou (et encore si il n'y en avait qu'un) est que le background est trop riche, et les personnages trop nombreux pour avoir un développement cohérent tout au long de l'anime. Et malgré ça, il se passe très peu de choses au cours de la série, et celle-ci est très, très lente, si bien qu'elle pourrait largement être résumée par un film de 2 heures tant il y a d'épisodes semi-fillers et tant la construction du scénario est faible. Et je mettrai sous silence les dialogues qui sont parfois confondants de crétinerie et génériques au possible (mais la traduction de FUNimation a du jouer j'imagine).

La fin présente une trop commune boucle narrative où l'on sent qu'on revient quasiment au point de départ avec seulement de légères évolution par rapport à la situation d'origine et dans les personnages, mais globalement, on a quand même l'impression d'être passés à côté d'un chef d'oeuvre, surtout que la technique, les musiques, les thèmes et les références sont assez énormes. BONES m'a encore déçu sur le coup (après Soul Shitter, et le très bon mais assez limité scénaristiquement Sword of the Stranger, jamais deux sans trois vous me direz).

C'est clairement plus dans l'exécution que BONES pêche, avec une mise en scène assez classique et parfois trop approximative (mais bon c'est la première réalisation de Masayuki Miyaji, ça se comprend) et des imprécisions scénaristiques importantes par endroits, sans compter encore une fois des personnages qui ne sont jamais vraiment développés ni intéressants émotionnellement pour le spectateur (et quand ils le sont, la chute est dure, voir la pathétique scène avec Isshu et Raigyo dans un des derniers épisodes).

Au final, dans un registre extrêmement similaire, Xamdou a échoué sur tous les points où Eureka Seven a réussi (une bonne construction, une montée en puissance énorme, des personnages complexes et réussis, une fin grandiose et surtout une réalisation de haut niveau), et constitue donc une bonne, voire très bonne série par moments (quelques épisodes sont remarquables mais trop peu), que j'aurais soutenue si elle avait été créée par n'importe quel studio aux ambitions et au budget plus faible, mais pour BONES il y avait largement moyen à faire mieux. Même constat que pour le "Michiko e Hatchin" de Manglobe donc, trop de promesses tue les promesses !
2 Vit Zayder le 09/02/2009
Amen !

La fin a tenu ses promesses pour ma part. Je prépare la critique derechef, tant que c'est frais !
3 Afloplouf le 09/02/2009
J'y reviendrai dans ma critique mais je ressors de Xam'd avec une énorme frustation. Ce dernier épisode est à l'image de la série. Beaucoup de bons passages mais un manque criant de créativité. Cette espèce de vraie-fausse happy end illustre bien le manque de courage, surtout avec la réapparition "tombée du ciel" de *bip*.

en tant que messie bon saint samaritains je vais tout vous expliqué du moins mon contestables point de vue, je ne reviens pas sur les avis je suis là pour l’explication des phénomène fantastiques et spirituel qui sont difficiles a comprendre.
déjà il faut voir le monde qui nous est présenté comme bipolaire sud/nord tandis que le sud est technologique avec de gros navire de guerre et des armes mecha contrôlées par l’esprit, le nord est plus fantastiques et fais la guerre avec des armes biologique qui sont des humains muté, procédé développé par le père de notre héros Akiyuki sans qu’il le sache, a l’aide de l’anneau autour de leurs coup d’autres humains peuvent les contrôler. les graines d’ututu peuvent servir de vaccins selon leurs pureté.
dame Samnova a donné naissance aux monstres qu’est l’empereur hiruken et elle prend ses responsabilité en éparpillant des graines d’hiruko qui sont des âmes perdue recueillie par ses servants au cheveu blanc dans l’espoir qu’une d’elle arrive a vivre en harmonie avec son porteur et puisse combattre l’empereur, vous me direz mais a quoi servent les yuguro qui attendent leurs mort, et bien ils sont là pour donner leurs vie afin de rétablir le ciel de lumière, mais au final dame Samnova et Nakiami a l’aide de leurs puissantes énergie de prana scelle le vide et nakiami s’endort pour mille ans.
pour la fin on peut supposé que notre héros Akiyuki s’est cherché pendant 9 ans et a finalement retrouver son nom a l’aide des encouragement de Haru qui s’est « posé »

Laisser un commentaire

Pour relier le webzine à votre compte AK, cliquez ici.

Contrairement au reste du site, le webzine a été développé sous Wordpress. Vous pouvez toutefois utiliser vos identifiant et mot de passe Anime-Kun habituels pour vous connecter. Cette opération est facultative mais vous permettra, lors de la première connexion, de relier votre compte AK à celui du Webzine et ainsi laisser des commentaires avec votre pseudonyme AK.

Pour des raisons de compatibilité, les membres dont l'identifiant comportent des caractères spéciaux ou accentués doivent utiliser l'adresse mail avec laquelle ils se sont inscrits sur Anime-Kun.

Connexion