GUNDAM THE ORIGIN - Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait le Gundam

» Critique de l'anime Mobile Suit Gundam - The Origin par Deluxe Fan le
24 Février 2019
Mobile Suit Gundam - The Origin - Screenshot #1

La vie est faite de choix, certains plus décisifs que d’autres. Pizza quatre fromages ou pizza quatre saisons ? Espagnol ou Allemand deuxième langue ? Avoir une vie sexuelle ou écrire des critiques sur des OAV spin-off d’une franchise d’animes de mechas ? Bon je reconnais que ce dernier choix est assez évident ; il faudrait vraiment être le pire des nerds, sale, moche et malodorant pour envisager la deuxième solution, aucune fille n’irait fréquenter un tel déchet de la société, moi-même ça me dégoûterait.

Mobile Suit Gundam est une série de 1979 produite par le studio Sunrise et réalisée par un certain Yoshiyuki Tomino, qui a fait un flop à sa sortie mais a fini par atteindre un statut culte et a lancé la popularité du genre real robot. Ce succès a rejailli sur tous ceux qui avaient bossé sur l’anime aux côtés de Tomino ; et en particulier sur le chara-designer Yoshizaku « YAS » Yasuhiko qui est par la suite devenu un mangaka réputé et dont on a eu l’occasion de découvrir ensemble certaines œuvres.

Mobile Suit Gundam - The Origin - Screenshot #2En 2001, Yasuhiko se lance dans un projet très ambitieux ; une adaptation intégrale en manga de Mobile Suit Gundam, plus de trente ans après la série télé. Ce manga intitulé The Origin aura été publié sur dix ans pour un total de 23 volumes et connaîtra un vaste succès au Japon (il est aussi disponible en France aux éditions Pika). En effet, non seulement YAS est un illustrateur exceptionnellement talentueux, mais The Origin est considéré par beaucoup comme la version définitive de Gundam, supérieure à celle de Tomino - ce qui n’est pas bien compliqué. L’univers et le scénario sont retravaillés, l’intrigue se prend plus au sérieux en évacuant les passages les plus inutiles de la série pour les remplacer par un approfondissement des personnages.

Notamment, les tomes 9 à 12 divergent complétement de la série originale puisqu’il s’agit d’un flashback géant qui revient sur le parcours de Char Aznable, le grand méchant de la série et rival du héros Amuro Ray. C’est cette partie qui retiendra l’attention de Sunrise qui l’adaptera en OAV sous le titre Gundam The Origin, et c’est de cela dont on va parler.

Mobile Suit Gundam - The Origin - Screenshot #3Dans un futur lointain, l’humanité s’est établie dans l’espace grâce notamment à des colonies habitées orbitant tout autour de le Terre. Une des plus grandes colonies, Side 3, ne contient pas loin de cent cinquante millions d’habitants. Un de ses habitants, Zeon Zum Deikun, est un philosophe et politicien qui développe une théorie assez particulière ; il estime que les habitants de l’espace forment une race à part entière appelée les Spacenoïdes. Selon lui, les hommes sont voués à quitter la Terre pour vivre dans l’espace et provoquer la prochaine étape de l’évolution humaine. Cette idéologie plaît à la population de Side 3 qui porte Deikun au pouvoir afin de déclarer la colonie indépendante de la Fédération Terrestre.

Toutefois, Deikun décède avant de réaliser son projet, et est remplacé par son second Degwin Zabi. Ce dernier, patriarche d’une famille aux méthodes brutales, organise une purge parmi les habitants de Side 3 afin d’asseoir son pouvoir absolu. Il déclare l’indépendance de Side 3 qui devient la "Principauté de Zeon" et se lance dans une course à l’armement pour préparer l’inévitable guerre contre la Fédération.

Mobile Suit Gundam - The Origin - Screenshot #4A sa mort, Deikun a laissé deux enfants ; Casval et Artesia. Leur mère, qui est consciente que son mari a vraisemblablement été assassiné par la famille Zabi, organise l’exil de ses héritiers légitimes vers d’autres colonies neutres. Loin de leur patrie, privés de leur identité, Casval et Artesia grandissent protégés des évènements qui secouent leur pays. Pas pour longtemps cependant. Rongé par la haine et la vengeance, Casval profite du chaos grandissant pour rentrer à Zeon incognito et se faire enrôler dans l’armée Zeoniste. Ses talents de leader et de pilote lui permettent de grimper rapidement les échelons pour se rapprocher de son but ; anéantir un par un les membres de la famille Zabi. Pour cela il se fait connaître sous un nom d’emprunt mystérieux : Char Aznable…

Ce qui a fait la réputation de Gundam dès le départ et pour la majorité de ses incarnations, c’est le mélange entre combats de robots géants super classes d’une part, et récit de guerre futuriste d’autre part. Pour cet OAV, Sunrise a clairement décidé de privilégier ce second aspect par rapport au premier. La Guerre d’Un An qui oppose Zeon et la Fédération est ici traitée de manière très premier degré, avec beaucoup de réalisme et de sobriété. Les mechas qui ont fait la célébrité de la licence sont presque totalement absents au début et restent discrets vers la fin ; ils sont d’ailleurs rendus en CG, ce qui est normalement interdit dans la saga, mais prouve que ce n’est pas sur cet aspect que l’histoire voulait se concentrer.

Mobile Suit Gundam - The Origin - Screenshot #5Cela signifie-t-il que le public allergique au mechas (aussi appelé "la plèbe") pourra facilement se saisir de ces OAV comme porte d’entrée dans la licence Gundam ? Pas vraiment. La tonalité très politique de l’anime et la richesse de ses références par rapport au reste de l’UC le rendent tout aussi inabordable pour le débutant que le reste de la franchise, alors même que The Origin est comme son nom l’indique le point le plus antérieur dans la chronologie de la saga. Comme souvent avec ce genre de démarche, il s’agit moins de faire découvrir l’histoire à un nouveau public que de re-raconter la même histoire à un public qui la connait déjà, mais en mieux.

Du coup, qu’en est-il pour ceux comme moi qui font déjà partie du club ? Bah je me suis régalé.

Au niveau visuel déjà, The Origin est un anime superbement réalisé. Le premier OAV fut diffusé en février 2015 et le dernier en mai 2018, avec un écart d’au moins six mois entre chaque épisode ; autant dire que le studio avait le temps de peaufiner son travail et ça se voit à l’écran, le niveau n’a rien à voir avec ce que l’on peut voir à la télévision. Au-delà de la simple finition, c’est l’esthétique générale qui traduit une vraie maîtrise de la part de Sunrise. L’animation des personnages, fluide et expressive, rend le côté théâtral et grandiloquent de ce récit de guerre spatiale. Le chara-design de Yasuhiko est fin et détaillé, et les décors comme la cinématographie ajoutent au ton épique de l’ensemble. Sunrise sait à qui ils s’adressent, les fans d’animes et de Gundam qui veulent de la qualité, et The Origin est certainement un produit de luxe qui a demandé nettement plus d’efforts que le tout-venant saisonnier.

Mobile Suit Gundam - The Origin - Screenshot #6Le scénario suit pour l’essentiel la progression de Char, qui passe de gamin choyé par ses parents à exilé politique, puis de jeune homme rempli de haine à héros machiavélique. Il va sans dire que ce personnage mythique de l’animation japonaise n’aura jamais été aussi bien traité, tout comme les autres personnages de la saga dont les dilemmes et les ambitions sont rendus avec toutes leurs subtilités. Forcément quand ce n’est pas écrit par le macaque Tomino le niveau augmente subitement, c’est autre chose que G no Reconguista et ses histoires de chiottes dans le Gundam ici.

L’adaptation de The Origin était prévue pour durer quatre OAV, mais vu le succès Sunrise a décidé de prolonger de deux OAV pour un total de six. Ces deux derniers OAV sous-titrés Loum Arc débordent de l’histoire de Char et s’intéressent à divers personnages, en particulier Amuro Ray (le protagoniste principal de la série télé) et tout un tas d’autres de chaque côté du conflit. Cet éclatement de la narration permet de raconter les faits de multiples points de vue, ce qui est très bien pour rendre la violence et la cruauté de la guerre, mais certaines séquences inégales rendent le visionnage plus laborieux qu’il ne devrait l’être. Cela a beau être un excellent anime, il y a des moments vers la fin où le bouton avance rapide me démangeait sérieusement.

Comme je sens que vous êtes passionnés parce ce que je raconte, j’imagine que vous voudrez aussi des détails sur la production proprement dite. Les OAV sont réalisés par Takashi Imanishi, un vétéran de Sunrise qui a travaillé sur beaucoup de projets parmi lesquels de gros hits tels que Stardust Memory ou City Hunter. Cependant, bien qu’il ait réalisé l’ensemble de l’anime, son nom n’est crédité que pour les trois premiers épisodes. L’explication est un peu étrange, mais disons qu’au moment de la sortie du troisième segment, M. Imanishi a eu la très mauvaise idée de boire quelques coupes de saké juste avant une projection presse à laquelle assistaient des patrons de chez Bandai, la société de jouets qui détient le studio Sunrise (source). On ne connaît pas plus de détails mais on imagine que son comportement face à ses employeurs ne fut pas du meilleur goût, et le résultat est que le nom de Imanishi a été retiré des génériques des trois derniers OAV et qu’il ne figure plus dans aucune équipe d’aucun studio lié à Bandai. Comme quoi l’alcool c’est comme les animes de mechas, il faut en consommer avec modération sans quoi on risque très vite de se voir ostracisé de la société.

Contrairement à ce que l’on aurait pu espérer, Gundam The Origin n’est pas (encore) le grand reboot de la saga qui permettra au public actuel de la japanime de redécouvrir de la licence. A l’instar de Stardust Memory ou Thunderbolt, ces OAV sont adressés aux spécialistes et aux initiés, ceux capables d’apprécier le sens du détail et de la qualité. C’est dommage que les meilleures parties de Gundam soient à ce point enterrées au fin fond de la saga, là où seuls s’aventurent les nerds et les barbus, mais un trésor n’en serait pas vraiment un si n’importe qui était capable de s’en emparer.

Verdict :8/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (10)
Amusante (2)
Originale (0)

3 membres partagent cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Deluxe Fan, inscrit depuis le 20/08/2010.
AK8.1.13 - Page générée en 0.05 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.154476 ★