Critique de l'anime Les Mystérieuses Cités d'Or

» par Afloplouf le
15 Mai 2008
| Voir la fiche de l'anime

Quand on parle de la série animée "Les Mystérieuses Cités d'Or", que je raccourcirai en LMCO par la suite, il y a deux catégories de gens : d'un côté ceux qui comme moi l'ont vue dans leur enfance et pour lesquels la série est associée à tous ce qui il y a de nostalgie ou autre, et de l'autre ceux qui sont trop jeunes pour avoir vécus ça ou encore ceux qui étaient sur une autre planète jusqu'au milieu des années 90. Pour la suite du cours, comme il n'y a aucune raison d'en mettre sur la touche et de ne faire participer que les plus vieux, je diviserai la classe en deux : le groupe A ("aaah ah ah ah ah Esteban, Zia,... !" _ "Ne chantez pas trop fort dans le fond les redoublants !") et le groupe BHX19856-Z, qu'on simplifiera à "B" pour faire court, du nom de la planète où ils se trouvaient à cette époque.

LMCO est le fruit d'une collaboration entre la France et le Japon (avec un financement luxembourgeois pour partie). La partie graphique et l'animation ont été confiées aux nippons avec une supervision des européens sur le chara-design afin d'occidentaliser les visages et le mécha-design a aussi été revu par Bernard Deyries pour les couleurs. La musique est française à l'exception des génériques qui ont eu leurs propres versions au Japon. Le scénario quant à lui a été confié à Bernard Chalopin. LMCO a été rendu possible suite au succès de Ulysse 31 qui avait réuni les mêmes collaborateurs. Enfin, il faut savoir que si la série a connu un énorme succés d'abord en France puis en Europe avec de nombreuses rediffusions pendant au moins une douzaine d'années, à l'opposé, le succès au Japon a été beaucoup plus anecdotique, ce qui a rebuté la chaîne nippone NHK à co-produire une suite.

D'abord, avant de commenter les aspects purement techniques, il convient bien sûr de rappeler que la série a 25 ans. Il est évident qu'elle accuse son âge alors on évite de se moquer au premier rang les B sinon les A vont vous mettre sur la figure à la récré je vous préviens... Le dessin manque un peu de finesse mais les décors restent une qualité de l'anime. Ils s'inspirent directement de l'architecture Inca, Aztèque et Maya et sont autant une invitation au voyage. Le mecha-design est aussi étonnamment bon même si certains aspects futuristes font bien sûr sourire. Le chara-design est à mes yeux l'aspect qui a pris le plus gros coup de vieux. Le point le plus mauvais sont les yeux qui manquent de réalisme et d'expressivité par rapport aux productions nippones à la même date. L'animation a été confiée au Studio Pierrot, le même qui aujourd'hui est responsable des shonens à succès Naruto et Bleach (Oui, oui, n'ouvrez des yeux grands comme des soupières les B !). Il a fait ses premières armes sur LMCO et si, avec un regard actuel, on pourrait critiquer des passages parfois saccadés et quelques plans fixes, l'animation est d'une incroyable qualité et replacée dans le contexte de l'époque, c'est visuellement bluffant.

Un petit mot sur les musiques. Elles paraissent négligeables au premier abord, puis elles viennent à constituer l'un des points d'addiction de la série. Certes, elles ne sont pas spécialement originales et finalement assez peu variées. Elles sont essentiellement dans un registre de musique classique (cordes, percussions, cuivres, quelques voix a capella) mais deux éléments sortent du lot. D'abord, une utilisation assez importante des flûtes : une référence à la musique des pays où ils voyagent ? Dans tous les cas, c'est efficace et ça soutient aussi bien les défilés de paysages presque oniriques que l'émotion ou l'action. Ensuite, années 80 obligent, les sons de nature électronique, plus de l'orgue que du synthé d'ailleurs, sont de la partie. Ce genre de sonorités a tendance à me rebuter mais pour une fois, ici, ça passe assez bien et elles se mélangent étrangement bien avec les flûtes. La nostalgie est peut-être pour beaucoup là dedans. ("M'sieur, les élèves dans le fond chantonnent" _ "Tu m'étonnes !")

Quand on est dans le domaine de l'audio, un petit mot pour le doublage français. Il fait plus sourire qu'autre chose force est de l'avouer. Le plus marrant est bien la figuration avec ses "Olalà !" ("Oui, vous avez le droit de rire")

Enfin parlons un peu du scénario et de la narration. Le premier point qu'il faut rappeler, c'est que LMCO a été écrit pour être destiné aux enfants. De plus, il date des années 80 et le scénario est français. Ce qu'il faut comprendre, c'est que l'histoire a bien sûr une composante avec des simplifications, des raccourcis, qu'on regrettera. Mais, le scénario est plus riche qu'il n'y paraîtra au premier abord. Plusieurs choses : primo, chaque épisode est conclu par un reportage de quelques minutes en prise réelles aux vertus éducatives, principalement axé sur des aspects historiques ou géographiques directement dans la lignée de l'épisode lui-même. Cela peut paraître naïf dit comme cela mais c'est l'un des intérêts de la série.

Ensuite, les personnages, et notamment les adultes, ne sont pas si faciles que ça à cataloguer. Les "méchants" ne sont pas si simple que ça à saisir ou à juger. Mendoza est ainsi le personnage le plus intéressant dans une série animé destiné à la jeunesse qui m'ait été donné de voir. De même, les "boss finaux", les Olmèques, s'ils ont un chara-design qui ne laisse que peu de doutes sur leur camp, voient leurs raisons justifiés à la différence des espagnols en particulier et des européens en général qui sont traités de façon un peu plus sommaire. On ne peut pas dire que le manichéisme soit absent de LMCO mais il y a plus qu'une subtilité dans la morale.

Enfin, l'intérêt principal de cette série animée est bien l'invitation au voyage et à l'aventure. Si la narration est de facture classique, elle reste très efficace. Les rebondissements sont nombreux, parfois surprenants mais on ne s'ennuie un pas. Je regretterait juste quelques rares épisodes un peu bouche-trous comme par exemple le passage avec les amazones qui ne s'imposaient vraiment pas si ce n'est pour meubler.

Bon, je sais que la cloche vient de sonner mais je vous demanderai de rester assis quelques instants encore pour qu'on puisse conclure la leçon de choses. LMCO est certes une série animé pour enfants des années 80 mais il a plus de qualités qu'on veut bien lui accorder au premier abord. Les décors témoignent d'une époque où le dessin prenait le pas sur les images de synthèse. La narration, a priori un peu simple et sans originalité, cache en fait une vraie richesse dans l'écriture des personnages, notamment les "vilains".

Voilà, je vous remercie de votre attention et je vous donne rendez-vous dans la cour pour jouer aux billes .

Verdict :8/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (1)
Amusante (0)
Originale (0)

0 membre partage cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Afloplouf, inscrit depuis le 14/05/2008.
AK8.1.13 - Page générée en 0.05 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.198384 ★