Critique de l'anime Millennium Actress

» par beber le
18 Avril 2007
| Voir la fiche de l'anime

Millenium Actress est une sorte d’épopée hollywoodienne tournée à la sauce nippone. Attention, le « Hollywoodien » ici ne s’applique pas au productions actuelles, frisant pour la plupart d’entre elles le néant scénaristique , lequel néant serait parait il comblé par les 300 millions de dollars d’effets spéciaux. Bref, ce n’est pas ce cinéma auquel je fais allusion, mais celui des années 60 qui vit de formidables acteurs comme Gary Grant, Audrey Hepburn, (…) tourner face caméra. Ces œuvres somme toute classiques, la plupart du temps filmés noir et blanc mais dotés d’un charisme tellement supérieur à ce qui se fait aujourd’hui. Et je dois dire, que Millénium Actress m’a fait penser à ce cinéma…

Ce film pourtant n’a rien d’exceptionnel en soit, mais c’est l’ensemble qui va forme un piedestral à cette œuvre.

Le scénario nous transpose dans la vie d’une célèbre actrice de l’après-deuxiéme guerre mondiale, son parcours, ses motivations, ses désillusions. Présenté de façon originale par le biais d’un reporter et de son caméraman, j’en profite pour évoquer ici le seul défaut que j’ai pu trouvé à l’ensemble. Cette idée intéressante au demeurant est mal traitée. Mal traitée car en décalage avec le coté dramatique de la destinée de Chiyoko Fujiwara , mais également très agaçant à certains moments.

En effet, le cameraman, étant un fan absolu de l’actrice, connaissant ainsi toute son œuvre, il va remplacer les acteurs de certains films, parfois de façon grotesque Il y a ici une volonté de faire rire qui me semble aller à l’encontre du coté plus dramatique du scénario, et si l’on est comme moi réfractaire à ce type d’humour, on s’en agace très rapidement. Dieu merci, ce coté s’atténue vers le milieu du film. Sachant en plus que l’on navigue sans cesse entre fictions et réalités, ce personnage jette un trouble encore plus important en apparaissant systématiquement quelque soit la scène, réelle ou pas.

Bon c’est le coté négatif du film, qui m’a dérangé. Le reste ne fut qu’émerveillement pupillaire, et fascination pour le personnage de Chiyoko Fujiwara. Tout d’abord il est vrai que le travaille artistique d’ensemble est de très bonne facture. Doté, d’un charadesign de qualité, réaliste et sobre à la fois, le film nous offre un voyage à travers le temps, les espaces, l’histoire et les traditions japonaises. Les décors doivent donc suivre cette mise en scène exigeante, et force est de reconnaître que la qualité du travail accompli à ce niveau est de grande valeur. La musique accompagne quant à elle les mouvements des acteurs par sa vivacité. Elle n’est pas abondante, mais intelligemment utilisée.

Des éléments d’une recette alléchante, mais il manque le petit zeste de citron qui va faire toute la différence, ce petit « plus ». Il ‘agit ici de troubler un maximum le spectateur, le troubler de tel façon qu’il ne sache plus quelle est la part du vrai du faux, la part de réel ou d’irréel. Tout au long de l’intrigue vont être distillés dans un foisonnement de scènes, des éléments qui servent l’intrigue principale sans que l’on sans doute. C’est le point fort de ce film, qui arrive ainsi à surprendre dans son déroulement scénaristique.

L’actrice principale est quant à elle remarquable de part son design, mais également le style la gestuelle, bref de part son réalisme. Et finalement si elle est une si grande actrice, c’est tout simplement parce qu’elle vie ses rôles. C’est notamment ce qui explique pourquoi la frontière entre réel est fiction est si tenue. Décidemment, il y a bien du Audrey Hepburn dans cette actrice.

Très rapide, intéressant, déroutant, ce film demeure une excellente expérience à faire.

Verdict :8/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (0)
Amusante (0)
Originale (0)

0 membre partage cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

beber, inscrit depuis le 09/10/2006.
AK8.1.13 - Page générée en 0.051 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.194737 ★