Critique de l'anime Tokyo Magnitude 8.0

» par Deluxe Fan le
12 Novembre 2010
| Voir la fiche de l'anime

Tokyo Magnitude 8.0 : Catastrophique...

Tout le monde a retenu de ces cours de géologie que le Japon et ses 127 millions d'habitants sont placés juste au dessus d'une faille sismique des plus actives. Outre la menace d'un réveil du Mont Fuji, le pays du soleil levant est quotidiennement confronté aux tremblements de terre. Les dessins animés japonais n'ayant pas pour objectif de rappeler aux habitants de l'archipel à quel point ils encourent un danger permanent, je ne connais que bien peu d'animes traitant du sujet. C'est là que l'an dernier, TM8 a été diffusé au Japon.

TM8 se présentait comme un animé "réaliste", dont le scénario s'appuie sur des recherches scientifiques pointues, à le limite du docu-fiction. Moi je l'ai regardé en espérant voir une version animée d'un film catastrophe, style blockbuster américain mais au Japon.

Et bien je n'ai pas fait une erreur mais deux. TM8 n'est ni un animé à grand spectacle, ni même un documentaire-fiction animé sur une éventuelle catastrophe sismique en plein Tokyo. Bones m'a trompé sur la marchandise. Je me suis retrouvé avec une sorte de fable moralisatrice à deux francs six sous dont la mièvrerie du scénario n'a d'égal que la faiblesse de la réalisation.

Le début de l'histoire met tout de suite les chose au clair concernant les personnages : ils seront clichés ou ne seront pas. Mirai est LA préado dont les hormones bouillonnants l'obligent à se rebeller contre l'autorité ; Yûuki est LE gamin braillard surexcité qui ne sait qu'embêter sa sœur ; et les parents sont forcément absents, comme tous bons parents dans les séries de japanime. Viendra s'ajouter le seul personnage quelque peu intéressant de la série, Mari, un vrai symbole d'altruisme dans ce monde de brutes.

Tout ce beau monde va se retrouver impliqué dans un catastrophe de grande ampleur qui nous est montrée dès le premier épisode. Nos trois protagonistes devront traverser la capitale nippone avec pour seul but de rentrer chez eux et de retrouver leur famille. Commence donc un long périple de onze épisode dans lesquels cette arrogante/adolescente de Mirai va apprendre les vertus de l'altruisme, de la responsabilité, de la solidarité, et tous ces bô concepts qui décidément se perdent chez les jeunes d'aujourd'hui, trop individualistes et égocentriques, non mais !

Je suis sarcastique, mais c'est pour bien rendre compte de la manière grossière avec laquelle la série tente de nous "inculquer les bonnes valeurs". Au lieu de proposer un animé dynamique avec force effondrement d'immeubles, incendies et scènes de panique, l'animé se concentre sur la psychologie des personnages et son évolution durant la catastrophe. L'idée en elle-même est intéressante, ça nous change de Michael Bay, mais pour que cela réussisse il eût fallu :

- que l'animé ne nous soit pas vendu comme un docu-fiction , ce qu'il n'est pas (je n'ai absolument pas trouvé cela réaliste, bien au contraire) ;

- que cette la personnalité des personnages soit moins binaire et plus nuancée que les caricatures auxquelles ont a droit ;

- que la réalisation ne soie pas aussi simpliste, ce qui dans mon cas aurait fait passer la pilule ;

- que le générique de début de l'animé soit plus dans le ton de la série, plutôt que de la J-Rock basique signée Abingdon Boys School (l'ending était sympa par contre)

Un mot ensuite sur la fin de la série, les quatre derniers épisodes. La série tente un coup de force en cherchant à titiller la fibre émotionnelle du spectateur. Dans mon cas personnel elle aurait pu réussir car j'ai trouvé les évènements particulièrement tristes (comment faire plus triste que la fin de TM8, je vous le demande !). Mais Bones s'est tiré une balle dans le pied en nous proposant une mise en scène complètement à côté de la plaque, avec flashbacks, flashforwards, hallucinations qui font que je n'ai strictement rien compris aux derniers épisodes. L'impact aurait été bien plus fort si le studio avait choisi une narration plus linéaire, plus claire, moins tarabiscotée pour le simple d'esprit que je suis.

Je retiendrais de TM8 une série au packaging attirant car assez peu commun, mais en réalité elle se retrouve entachée de pas mal des défauts de la japanime : des stéréotypes en veux-tu en voilà, des lourdeurs dans la narration et une fin qui se veut plus intellectuelle qu'elle ne l'est vraiment, une bonne grosse dose de pathos, et une certaine propagande morale aussi grossière que déplacée.

L'histoire l'a montré : TM8 est une série anecdotique que tout le monde a oublié. La série se prétend être un animé sur le séisme mais il s'agit plutôt d'un animé sur les liens familiaux et la solidarité entre personnes touchées par un destin tragique. Je n'ai rien contre, mais il m'a fallu terminer la série pour me rendre compte que je m'ennuyais, et qu'on m'avait menti. Une déception de plus.

Les plus

- Thème forcément intéressant

- Conclusion culottée

Les moins

- Techniquement pas au niveau

- Personnages agaçants

- Trop de sentimentalisme

- Où est l'anime catastrophe que l'on nous avait promis ?

Verdict :5/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (1)
Amusante (0)
Originale (0)

0 membre partage cet avis
6 membres ne partagent pas cet avis

A propos de l'auteur

Deluxe Fan, inscrit depuis le 20/08/2010.
AK8.1.13 - Page générée en 0.034 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.169636 ★