Critique de l'anime Btooom!

» par Sacrilège le
25 Décembre 2012
| Voir la fiche de l'anime

On ne peut que penser à Battle Royal en regardant cette série. Sur une idée adaptée d'un jeu video, des japonais débarquent sur une île mystérieuse, et sont destinés à se tuer pour pouvoir rentrer chez eux. Je sais, je réduis beaucoup l'anime en disant cela. Mais est-il pour autant véritablement plus développé ? Les seules armes dont bénéficient les combattants sont des bombes (là on voit que le titre de l'anime a vraiment été dur à trouver), avec lesquelles ils doivent tuer une demi douzaine d'autres personnes pour parvenir à s'échapper de l'île. Les attaques se composent donc de bombes à retardement, explosion directe, ou encore à tête chercheuse, bref comme dans Worms ou n'importe quel autre jeu de guerre élaboré.

Là je me dis rien de ouffissime, mais pourquoi pas. Ça promet de l'action, du suspense, et soyons fous, du talent. Chaque participant a également une puce implantée dans la peau (du jamais vu dis donc !), qui lui permet de repérer autour de lui ses concurrents. Et là, c'est le drame. Quel ver de terre leur est-il passé par la tête pour qu'ils viennent glisser dans TOUS les épisodes de cette série DU ECCHI ?!!

Il n’y a pour ainsi dire pas un seul épisode où Himiko (la seule femme dans ce milieu si masculin) n’est pas en passe d’être violée, ou a l’impression de l’être. Soit les japonais sont vraiment et assurément des pervers (et n’ont pas uniquement des fantasmes sur des filles pré-pubères ou des objets en plastique), soit les belles femmes (comprenez « avec une paire de seins qui se voit ») sont tellement rares qu’on a qu’une envie : les violer, soit c’est de la simple paranoïa, ou bien soit c’est un manifeste contre cet acte si dégradant et horrible.

Cet aspect du viol est si présent que tout le monde en prend pour son grade. Les hommes ne sont vus que comme de simples animaux (comprenez « geeks qui voient une femme réelle pour la première fois ») et les femmes, comme reflétées par Himiko, passent leur temps à être soumise à n’importe qui, allongée par terre, parfois en état de semi-conscience.

Je ne sais pas pour vous les mecs, mais quand je regarde un film d'action, c'est pour l'action. Ce n'est pas pour mater les muscles de Christopher Lambert quand il s'échauffe dans Mortal Kombat, ou imaginer Lucy Liu embrasser Uma Thurman dans Kill Bill les soirs où je me sens lesbienne. Pourquoi faut-il que les japonais trouvent le moyen de foutre (pardonnez-moi le terme) de l'ecchi partout ?

Ce détail - qui plombe 70% de la série - mis à part, il n'y a aucun suspense car tout est d'une prévisibilité affligeante, et ce malgré les tentatives de rebondissements des scénaristes. Les scènes d'action sont également toutes les mêmes d'épisodes en épisodes, avec les mêmes feintes et les mêmes finalités.

Et comme si le tour de la question n'avait pas été fait, on devine une saison deux poindre à la fin de cette saison. Et quelle fin...

Btooom (et je ne préciserai rien pour ne pas spoiler l'inspoilable), l'anime qui commence comme un shonen et finit comme un shojo. J'espère pouvoir sauver quelques âmes en vous avertissant (maintenant moi je n'en ai plus et je crois que je vais de ce pas me faire la trilogie des Twilight, entrecoupée avec le Seigneur des Anneaux, parce qu'apparemment les deux genres se mélangent bien).

Verdict :4/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (2)
Amusante (2)
Originale (0)

2 membres partagent cet avis
3 membres ne partagent pas cet avis

A propos de l'auteur

Sacrilège, inscrit depuis le 27/10/2005.
AK8.1.13 - Page générée en 0.047 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.172299 ★