Du déjà vu, à voir tout de même.

» Critique de l'anime Btooom! par nevia le
06 Octobre 2014
Btooom! - Screenshot #1

D'abord, je tiens à dire que si cet animé a été amplement condamné pour avoir emprunté ce concept à Battle Royale, eh bien perso cela ne me dérange absolument pas. Bon d'accord un groupe de cas soc' catapultés sur une ile déserte et forcés à se mettre sur la gueule, c'est pas franchement très original. Mais parfois l'originalité n'est pas forcément un gage de qualité. En fait ce qui compte c'est la façon dont le sujet est traité. Et je dois dire que j'ai été agréablement surprise par la dimension psychologique de l'animé. Rien à voir avec des daubes finies comme Hunger Games. L'histoire nous amène à nous questionner sur la nature humaine, qui se révèle ici alors que les protagonistes sont poussés à céder à leur pulsions primaires, loin de l'encadrement et des lois de la société. La lâcheté, l'individualisme, le sadisme mais aussi la solidarité, le courage, sont autant de comportements pouvant être adoptés par ces différents personnages.

Ceux-ci sont d'ailleurs selon moi le point fort de la série. Tout d'abord parce que c'est une réel soulagement de sortir des caricatures habituelles d'écoliers dont nous gavent les mangas en tout genre, et ce jusqu'à écœurement. Honnêtement j'en ai soupé. (notez la subtilité de cette métaphore filée)
On commence par le héros, Ryota, un no life égoïste qui à 22 ans semble toujours en plein crise d'adolescence, à en juger par les rapports qu'il entretient avec sa man-man. C'est un gros geek qui passe ses journées à affronter d'autres gamers dans un jeu en ligne auquel il excelle: Btooom! Seulement notre héros va trouver que dans dans la réalité, balancer des grenades sur les gens, eh ben c'est pas si marrant que ça... Il se remet souvent en question et du coup on s'identifie facilement. C'est un héros intelligent et charismatique tout en restant crédible. Enfin, et c'est un point appréciable, il a ses faiblesses sans être un gros boulet.
Ensuite il y a Taira, un agent immobilier de 51 ans qui va faire équipe avec notre héros. Quoi? Il y a aussi des quinquagénaires au Japon? Ce n'est donc pas un pays exclusivement peuplé d'écoliers en uniformes??? Taira, c'est le père de famille lambda, et l'idée d'en faire un des perso principaux est vraiment rafraichissante.
Il y a aussi Himiko, une lycéenne de 15 ans très méfiante à l'égard de la gent masculine, ce qu'on comprend après avoir eu connaissance de ses expériences. Bon c'est sûr à la longue son côté un peu parano/coin-cosse sur les bords pourra en agacer certains mais elle n'en devient pas moins attachante. Après, le public visé restant tout de même masculin, le créateur n'a donc pas omis de l'équiper d'une paire de melons en guise de poitrine, hein cela va sans dire.. et puis vous aurez aussi droit bien-sur au classique plan culotte et autres situations cocasses, ne vous en faites pas messieurs, vous en aurez pour votre argent. Quant à moi je ferme les yeux sur ce détail, car quelque part ces scènes servent tout de même le récit et ne sont pas totalement gratuites.
Voilà pour la team des "gentils". Ensuite, comme il faut bien des méchants pour avoir un peu d'action, on a droit à tout un éventail de cinglés allant du barbare au violeur (ou les 2 pour les cas les plus atteints). Pour n'en citer qu'un il y a Kosuké, le petit psychopathe de 14 ans qui n'est pas sans rappeler le petit Reisuke dans Mirai Nikki. Alors lui pour le coup, il kiffe d'être là, et vu son passé c'est logique.
Le parcours psychologique des personnages est d'ailleurs efficacement traité par les flashbacks qui ponctuent la série au fil des épisodes.

Btooom! - Screenshot #2D'un point de vue technique, je trouve ça bien fait, les décors et l'animation des scènes d'action sont réussis. Le chara design est à mon goût, moderne et assez naturel. Bon les petits yeux écartés d'Himiko ça fait un peu bizarre au début, faut dire que ça lui donne des airs de tortue. Mais ça a le mérite d'être différent de ce qu'on a l'habitude de voir (je pense aux clones tout droit sortis de School Rumble, School Days, High School DxD etc.. notez que le mot school semble aller de paire avec un chara design sans inspiration).

Concernant le fond, les scènes sont bien rythmées, le suspense est accrocheur. Le règlement du jeu -que je vous laisserai découvrir- ainsi que le système des différents types de bombes et du radar poussent les joueurs à mettre des stratégies en place. Bref, les combats sont variés et on s'ennuie pas. La seule déception à mon sens vient du fait que le concept du survival game aurait pu être mieux exploité. Ben oui, les perso étant coincés sur une île sans confort moderne on pourrait s'attendre à les voir revenir à un mode de vie primitif de chasseurs-cueilleurs... Bon sans pousser le délire jusque là, je sais pas moi les voir harponner des poissons à l'aide de bâtons aiguisés en mode Koh Lanta.. Non au lieu de ça ils s'empiffrent de nouilles instantanées... et de snickers! De vrais Robinson quoi...

Au final, Btooom!, malgré ce titre complètement ridicule à prononcer ("Tu fais quoi là?" "Je regarde Btooom!" ... "Ok...") reste un de mes coups de cœur. Je le conseille à ceux qui cherchent un animé d'action divertissant dont l'intrigue n'est ni débile ni casse-tête. Un seul avertissement tout de même: ne vous attendez pas à voir l'aboutissement du jeu, car même si le 12ème épisode se termine sur une pseudo-conclusion plutôt convenable, comme souvent, pour connaître la suite, bah faut lire le manga.

Verdict :8/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (10)
Amusante (2)
Originale (1)

8 membres partagent cet avis
8 membres ne partagent pas cet avis

A propos de l'auteur

nevia, inscrit depuis le 06/10/2014.
AK8.1.13 - Page générée en 0.052 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.174233 ★