Critique de l'anime L'Autre Monde

» par Scalix le
02 Novembre 2005
| Voir la fiche de l'anime

Voila une série particulièrement intéressante. Si elle ne brille pas par la beauté de son environnement, ni par son character-design, elle nous fascine à l'aide de son scénario magnifiquement travaillé, et de son ambiance particulièrement désespérante, touchante, désarmante.

Comparée aux autres parutions de 1999 (Blue Submarine No.6, Excel Saga ou encore Crest of the Stars), Now and Then, Here and There fait pâle figure. En effet, le character design est particulièrement simpliste, et les décors, mise à part quelques scènes particulièrement travaillées, sont peu soignés et vides. Il est évident, lors du visionage, que cette série n'était pas faite pour être belle, mais pour être forte, marquante. Cela dit, il faut tout de même se forcer lors des premiers épisodes, tant l'esthétique de la série est proche d'une création datant des années 80. Admettons-le, c'est LE gros problème de la série. Mais ne soyez pas inquiets, car c'est le seul, et les qualités de la série le compensent aisément.

Au niveau de la musique, on a droit à l'un des grands maestro de l'animation nipponne : Taku Iwasaki. Pour ceux qui ne connaissent pas encore son nom, ou pour les incultes, c'est le compositeur des premières OAV de Kenshin : les sublimes Tsuioku Hen. Cet auteur est clairement le maître des morceaux classiques sublimes et désespérants. Pas la moindre trace de gaieté dans ses morceaux, seulement une profonde tristesse, qui va progressivement nous envahir tout au long de la série.

Le grand, que dis-je, l'immense point fort de la série est bien sûr son scénario. L'histoire suit son cours dans un univers qui nous est totalement inconnu, et où règnent apparement de nombreux conflits entre les habitants normaux de ce monde et ceux peuplant la gigantesque tour "Hellywood", gérée par Hambo, un disctateur fou. Sa forteresse est censée pouvoir bouger, mais pour cela, elle a besoin d'énergie, elle a besoin d'eau. Or, leur monde est totalement désertique, et il n'y a pas la moindre trace d'eau à des centaines de kilomètres à la ronde. Pour combler ce manque, les troupes d'Hamdo poursuivent inlassablement Lala-Ru, une jeune fille possédant le pouvoir de faire apparaître de l'eau, à l'aide de son pendentif. Matsutani Shu, une jeune Japonais, qui est le personnage principal de la série, se trouve entraîné malgré lui dans cet univers et ses guerres, et veut tenter par tous les moyens de protéger Lala-Ru de ses oppresseurs. L'histoire se concentre en grande partie sur le lien fort qui va se créer entre Shu et Lala-Ru. Bien qu'ils soient tous les deux très jeunes, ils vont faire l'expérience de la guerre, de ses souffrances et du profond désespoir qu'elle entraîne. Dans ce monde où l'on ne reconnaît rien, la violence et la stupidité des conflits demeurent, et nous sont exposés d'une manière si dure, si forte, qu'il est impossible de ne rien ressentir lors du visionage de cette formidable série. Plus on avance dans les épisodes, plus on ressent cette douleur omniprésente qui suit les protagonistes, plus on prend conscience de l'atrocité des conflits.

Grand recquisitoire contre la guerre, cette série, sans être particulièrement belle, nous touche profondément. Son message est d'une telle puissance et d'une telle dureté, qu'il passe obligatoirement. On ne ressort pas indemne de cette série, tout comme personne ne ressort indemne d'une guerre. A voir absolument, un véritable chef-d'oeuvre.

Verdict :10/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (0)
Amusante (0)
Originale (0)

0 membre partage cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Scalix, inscrit depuis le 05/04/2004.
AK8.1.13 - Page générée en 0.045 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.189742 ★