Today's Menu for Emiya Family - Fate/Top Chef

» Critique de l'anime Today's Menu for Emiya Family par GTZ le
21 Janvier 2020

Jusqu'à preuve du contraire ça a l'air d'être Bibi, le promoteur du Nasuverse ici.

Après avoir couvert UBW et ses deux clones, le Carnaval, et le Fast Food, il faut qu'on passe à la grande gastronomie.

Déjà Shiro, il s'est trompé de carrière. Ça c'est important de le dire.

Comme le dit si bien le Synopsis, Shiro y fait de la bouffe pour sa famille, Saber et Lancer. Point qui n'a dérangé personne jusqu'ici d'ailleurs. Mais il est vrai que Lancer c'est un peu un Big Bro, et Saber qui touche les aides sociales, qui n'en branle pas une de la journée, on peut dire qu'elle peut faire partie de la famille. Ça facilite les papiers.

Plus sérieusement, on a treize épisodes, treize recettes, toutes avec un peu d'alcool, c'est l’ingrédient secret de la boustifaille japonaise. On peut faire un Rosbif à la poêle, je ne savais pas, et plein de bons trucs. Mais quand je vous dis des bons trucs, on comprend pourquoi des servants level 200 seraient prêt à détruire un petit pays pour manger à la table du Shirox. C'est le Master quoi. Sa bouffe est légendaire, elle est invaincue sur le champ de bataille.

So I Pray Unlimited Cook Work.

En plus c'est bien foutu tout ça. Des épisodes de douze minutes aux belles couleurs pastelles, chaleureuses, accompagnés d'une douce musique, discrète, et une mise en scène simple qui rajoute une petite once de poétisme dans cet univers idyllique dans lequel tout le monde il est content.

Alors on rigole un peu, en particulier pour les fans de la licence, pour les quelques (nombreux) clins d’œil, on est attendri, et on a faim.

Cela se regarde sans forcer, sans violence aucune, juste le plaisir de retrouver à nouveau ces personnages qui nous ont accompagné dans leurs joutes sanglantes mais cette fois-ci attablés pour profiter du temps passé, posément, avec légèreté et satiété.

Comme quoi, avec un peu bon coup de fourchette, et un couteau bien utilisé, on peut aussi sauver le monde. Finalement, la ville de Fuyuki, sans tout ce bordel de guerre du Graal, bah c'est un chouette coin pour y vivre.

La retraite des servants bien méritée.

7.5

Verdict :7/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (8)
Amusante (7)
Originale (2)

1 membre partage cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

GTZ, inscrit depuis le 09/06/2010.
AK8.1.13 - Page générée en 0.051 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.179849 ★