Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Sujets - Deluxe Fan

Pages: [1] 2 3
1
Salut à tous.

Je vous propose d'établir ensemble le bilan animes de la décennie 2011-2020. L'idée avait été soulevée quelque part sur le forum, mais je reviens dessus après avoir vu la récente vidéo de Mother's Basement intitulée "Are they making too much anime" dans laquelle il fait le constat, que je partage, qu'il est devenu difficile de suivre la japanime à l'heure de la surproduction et des réseaux sociaux. C'est pour cela qu'il est intéressant pour nous autres observateurs éclairés de mettre par écrit nos opinions et laisser une trace pour le futur.

Si ce topic a suffisamment de succès et de participants, j'en ferai un article du Webzine où vous aurez une chance de figurer. Pas la peine de vous stresser avec des histoires de deadline ou de nombre de lignes, on est pas à l'école, écrivez ce que vous voulez. je pose toutefois une limite, qui ne gênera pas la plupart d'entre vous cependant, à savoir que l'on se concentrera sur les séries télé.

Pour vous aider dans vos réponses, voici une recherche custom sur la base de données d'AK qui répertorie les séries diffusées entre 2011 et 2020.

[EDIT du 14 juin 2021]

Concernant l'article il a été décidé que ce sera une liste avec les catégories thématiques suivantes* :
- Baston
- Fantastique
- Science-Fiction et anticipation
- Mecha et Space-opera
- Tranche de vie, romance et drame
- Comédie
- Mystère, Enquête et Horreur
- Sport
- Fantasy et Isekai
- Musique

Environ cinq entrées par catégorie, soit une cinquantaine de séries au total.
Chaque série qui figurera dans l'article aura droit à un commentaire issu des contributions de ce topic. Si un anime a été plusieurs fois cité, on choisira selon la qualité du texte tout en essayant de citer le plus de personnes différentes.

Ceux qui ont déjà posté leur bilan peuvent revenir pour ajouter ou modifier leurs contributions. Ceux qui n'ont pas posté, c'est le moment, puisque l'article est prévu pour début juillet.

Je signale aussi que ceux qui ont réalisé des listes sur les thème des animes de la décennie seront mentionnés. Utile pour ceux qui ne veulent pas écrire.

*******************************

Du coup pour commencer voici mon bilan. Vous n'êtes pas obligés de faire aussi long, mais inclure des petits commentaires pour chaque série qui vous voulez mettre en valeur est conseillé dans l'optique d'un futur article.

I. Sélection de quinze animes de la décennie 2011-2020

Madoka Magica
Peu d’animes récents peuvent se targuer d’avoir (ré)inventé un genre, et cette série née de l’association accidentelle de Shinbo et Urobuchi a montré son influence bien au-delà de sa diffusion.

Lupin III Mine Fujiko
Sayo Yamamoto en roue libre avec le renfort de Mari Okada et Dai Sato au scénario et Takeshi Koike au design pour un résultat spécial. Ce n’est pas le Lupin de Monkey Punch, Miyazaki ou Dezaki, c’est quelque chose d’unique et inattendu et c’est pour ça qu’il est si marquant.

Ping-Pong
Yuasa se fait plaisir avec cette adaptation du manga de Taiyo Mastumoto qui respire l’énergie et la jeunesse.

Hyouka
Le pinacle esthétique de KyoAni et du regretté Yasuhiro Takemoto dans cette romance cérébrale baignée du lustre japonisant.

Gundam IBO (S1+S2)
La rencontre inattendue de l’univers Gundam et du récit de mafieux, servie par un mecha-design radical en forme de baroud d’honneur pour les artistes et les animateurs de la Sunrise.

Jojo Diamond is Unbreakable
Adaptation d’un manga vieux de vingt-cinq ans et pourtant remplie de trouvailles narratives et visuelles qui la rendent unique même dans le paysage shônen actuel.

Joker Game
Jeux d’espions à travers les différents fronts de la Seconde Guerre Mondiale, soulignés par la réalisation élégante de Prod IG et la musique de Kenji « Apocalypse » Kawai. Un des rares animes récents qui se donne les moyens de traiter de son sujet sérieusement.

Showa Genroku Rakugo Shinjuu (S1+S2)
Les tribulations d’un cercle d’artistes de rakugo tout au long de la deuxième moitié du XXe siècle, avec un cast de doublage excellent et un mélodrame discret. Une tranche de vie au sens noble du terme.

Thunderbolt Fantasy
Un spectacle de marionnettes taiwanaises sur un script signé par Urobuchi qui se fait plaisir. Un des rares "animes" récents à proposer des images nouvelles issues d’un savoir-faire spécifique.

Tonkatsu DJ Agetaro
Un serveur d’un restaurant de porc pané tente de devenir le plus grand clubbeur de Shibuya. Une micro-série aussi hilarante que stylisée sur le milieu de la nuit tokyoïte.

Yuri on Ice
Sayo Yamamoto, encore elle, nous impose sa passion pour le patinage artistique tout en faisant évoluer un cast de personnages hauts en personnalité.

Vanishing Line
L’anime le plus pur de la décennie, où les mecs baraqués qui se bastonnent en armure de sentai côtoient les références à Hitchcock. Seong-ho Park et Mappa dans ce qu’ils ont produit de meilleur.

Gegege no Kitaro
Plus qu’une simple reprise de la mythologie de Shigeru Mizuki, cette série fait l’état de la culture et de la société japonaise à l’heure de la modernité. Superbement produit par la Toei, c’est la série la plus pertinente de la décennie.

SSSS Gridman + Dynazenon
Trigger sort de sa zone de confort avec ces séries naviguant entre le tokusatsu pur jus et le commentaire méta-narratif, avec une mise en scène post-NGE qui replace le studio dans les pas de Gainax.

Jujutsu Kaisen
Un best-of de la recette du Jump de ces quinze dernières années, à la fois relax et énervé comme savent l'être les mangas populaires, le tout appuyé par une réalisation en feu qui entérine la tendance des adaptations de shônen luxueuses qui s'est dégagée depuis quelques temps.

II. Mentions honorables

Hunter x Hunter
Steins Gate
C-Control
Mawaru Penguindrum
Nichijou
Psycho-Pass (S1)
Yamato 2199
Shingeki no Kyojin (S1)
Parasyte
Space Dandy
World Trigger
Haikyuu (S1+S2+S3+S4)
Death Parade
One Punch Man (S1)
Kakegurui (S1+S2)
Golden Kamui (S1)
Vento Aureo
Die Neue These
Megalobox
Kimetsu no Yaiba
Mugen no Junin Immortal
Vinland Saga
Deca-Dence


III. Pires animes de la décennie

Guilty Crown
Aldnoah Zero
Netsuzo Trap
Vatican Miracle Examiner
Beatless
Darking in the Franxx
The Master of Ragnarok & Blesser of Einherjar


IV. Commentaires

Globalement le regard que l'on pourrait porter sur cette décennie de japanime est contrasté selon que l'on s’intéresse à ce qui se passe sur l'écran ou en dehors. En ce qui concerne les séries diffusées, un des rares bons côtés de la surproduction est que à peu près toutes les niches sont servies et que tout spectateur peut trouver quelque chose à regarder en fouinant un minimum. Et puisque les séries sont de plus en plus calibrées pour être diffusées simultanément dans le monde entier, le niveau de production est globalement monté en gamme comme cela s'est vu avec les adaptation de shônen (et de mangas/romans en général) qui ne sont plus de simples accroches publicitaires mais de véritables œuvres à part entière qui la plupart du temps surclassent largement leur matériel d'origine.

Pour tout le reste, le bilan n'est pas forcément brillant. La production est devenue si importante que plus personne n'est véritablement capable de de suivre, et le fandom s'est retrouvé fragmenté et dispersé. C'est quelque chose que j'ai constaté moi-même cette décennie puisque c'est vers 2010-2011 que j'ai commencé à m’impliquer dans ce fandom en participant aux forums de discussion et en écrivant des textes. A cette époque on pouvait encore se rassembler devant des séries qui faisaient l'évènement comme Fate/Zero ou Steins;Gate ou Kill la Kill par exemple, des animes qui transcendaient les niches pour attirer tous les spectateurs. Aujourd'hui cela n'existe plus, chacun consomme ses animes de con côté et la surproduction fait qu'il n'y a plus besoin d'élargir ses horizons.


************************

Ce sera tout pour le moment. J'espère vous lire très vite :)

2
Séries TV - OAV - Films / SSSS. Gridman / Dynazenon
« le: 07 octobre 2018, 05:49:19 »


Support : série télé
Format : 12 épisodes
Parenté : série originale - librement inspirée du tokusatsu "Gridman"
Date de première diffusion : 7 octobre 2018

Studio d'animation : Trigger
Production : Tsuburaya (Ultraman TV, Gridman TV)
Réalisateur : Akira Amemiya (Inferno Cop, Ninja Slayer)
Scénariste : Keiichi Hasegawa (Ultraman TV)
Character design : Masaru Sakamoto
Musique : Shiro Sagisu (Evangelion, Bleach, Berserk)

Lien vers la fiche AK
Lien vers la fiche ANN

Commentaire : c'est un peu bizarre mais pas mauvais pour autant. On sent que le scénariste vient de la série live car les dialogues sont écrits dans un style plus naturaliste que la moyenne, moins anime, ce qui peut en désarçonner certains. L'animation est également spéciale, on ne sait pas trop ce qui relève du choix stylistique ou de l'économie de moyens.

La manière avec laquelle l'intrigue sème ses indices rappelle un peu Planet With, mais contrairement à ce dernier je ne sais pas si le payoff en vaudra la peine. Cela ressemble surtout à une sorte de méta-commentaire sur le tokusatsu des années 90 à nos jours, et c'est probablement très intéressant mais j'en ai un peu rien à foutre à priori.

3
Séries TV - OAV - Films / B the Beginning
« le: 04 mars 2018, 19:56:16 »


Support : Netflix
Format : 12 épisodes
Parenté : série orginale
Date de première diffusion : 03 mars 2018

Studio d'animation : Production IG (Psycho Pass, Joker Game, Welcome to the Ballroom)
Réalisateur : Kazuto Nakazawa et Yoshiki Yamakawa
Scénariste : Katsuya Ishida
Character design : Kazuto Nakazawa (Samurai Champloo, Terror in Resonance)
Musique : Yoshihiro Ike (Rage of Bahamut, Last Hero Inuyashiki, Genocidal Organ)
Auteur original : Kazuto Nakazawa

Lien vers la fiche AK
Lien vers la fiche ANN

Commentaire : la série est dispo en entier sur Netflix depuis quelques jours mais je ne suis pas trop du genre à bingewatcher juste pour donner mon opinion sur des forums internet.

Collaboration entre Netflix et le studio Production IG, il s'agit de la série écrite, designée et réalisée par Kazuto Nakazawa, connu entre autres pour ses collaborations avec Watanabe. Un peu comme avec Devilman il y a quelques semaines, il profite des fonds illimités et des plannings larges de Netflix pour donner libre cours à ses envies. Et pour le moment le résultat est... particulier.

Le récit se déroule dans le royaume fictif de Cremona dans lequel sévit un tueur en série qui signe ses méfaits du symbole "B". Il est poursuivi par la police locale qui vient de recevoir l'aide de Keith, un détective génie (sic) qui résout les crimes en gribouillant sur un tableau et en sortant la solution de son chapeau. Pourquoi pas. Le problème c'est que l'on se rend vite compte que le B en question est en fait un gamin doué de superpouvoirs qui est lui-même traqué par un groupe de méchants bariolés tout droit sortis de Gundam et qui se battent au katana.

La production value est excellente et le design de Nakazawa est toujours aussi agréable mais je ne comprends pas bien le projet. On a l'impression que deux séries différentes ont été mélangées ; un crime drama violent pour plaire au public américain de Netflix, et un truc urban fantasy avec des superpouvoirs pour plaire aux japonais. C'est comme si on ramenait Benedict Cumberbatch pour enquêter dans l'univers de Bleach, ça n'a aucun sens.

Je vais continuer parce que je suis fan du travail de Production IG mais je m'attendais à quelque chose de beaucoup plus low-key et réaliste.

4
Séries TV - OAV - Films / Darling in the FranXX
« le: 15 janvier 2018, 20:57:25 »


Support : série télé
Format : 22 épisodes
Parenté : série orginale
Date de première diffusion : 13 janvier 2018

Studio d'animation : Trigger / A-1 Pictures
Réalisateur : Atsushi Nishiguro (Idolm@ster)
Scénariste : Hayashi Naotaka (Steins;Gate, Robotics;notes, Plastic Memories)
Character design : Masayoshi Tanaka (AnoHana, Your Name)
Mecha deisgn : Shigeto Koyama (Star Driver)
Musique : Asami Tachibana (Haikyuu)

Lien vers la fiche AK
Lien vers la fiche ANN

Commentaire : un premier épisode particulièrement impressionnant au niveau des visuels et de la production, la direction artistique pâle est très réussie tout comme l'animation ; la présence de méchas animés à la main place cet épisode dans le top de la saison toutes catégories confondues.

Néanmoins je me suis trouvé être totalement réfractaire au deisgn du robot principal (je précise que je n'ai pas vu Star Driver), je suis pourtant assez fan des mechas type squelettique - genre IBO - mais ici on dirait plus un Stand ou un Persona de Soejima qu'un robot géant. De même le chara-design fait très pièces rapportées.

Niveau scénario je ne crois pas avoir déjà vu un tel niveau de plagiat, au point que certains plans sont carrément repris tels quels de Evangelion, puisque c'est bien de ça qu'il s'agit, du début à la fin. Après avoir plagié Code Geass (Guilty Crown), Gundam (Aldnoah Zero) Shingeki no Kyojin (Kabaneri) et Fate (Re:Creators), Aniplex continue ainsi son entreprise de pillage du patrimoine de la japanime avec comme allié Trigger qui est définitivement passé du côté obscur en livrant clés en main l'héritage de Gainax aux producteurs de Sony Music.

Cela dit on ne peut pas nier le potentiel divertissant de la série, certes les dialogues sont nazes et Zero Two est un Asuka au rabais mais l'Eva-like est une recette qui fonctionne, pourquoi à votre avis on continue à voir depuis vingt ans. Même si la série se met en pilotage automatique pour le reste de ses deux cours ce sera déjà forcément mieux que la plupart de ce qui diffusé, surtout si la production value se maintient au même niveau (très peu probable, mais on sait jamais).

Connaissant Aniplex et leurs méthodes je ne doute pas que divers twists viendront pimenter les épisodes suivants pour que la série fasse parler sur Twitter, parce que c'est ça leur objectif. Genre vous avez vu tous les autres duos garçons-filles ? Ça sent les morts dramatiques tout ça.

5
Séries TV - OAV - Films / Inuyashiki Last Hero (TV)
« le: 12 octobre 2017, 16:03:30 »

Support : série télé
Format : 11 épisodes (Noitamina)
Parenté : adaptation d'un manga
Date de première diffusion : 12 octobre 2017
Streaming : Amazon Prime

Studio d'animation : MAPPA (Kakegurui, Shingeki no Bahamut, Yuri on Ice)
Réalisateur en chef : Keiichi Satô (Shingeki no Bahamut, Tiger & Bunny)
Réalisateur : Shuhei Yabuta
Auteur original : Hiroya Oku (Gantz)
Character design : Naoyuki Onda (Shingeki no Bahamut)
Musique : Yoshihiro Ike (Shingeki no Bahamut)

Casting vocal : Fumiyo Kohinata (Ichirō Inuyashiki), Kanata Hongō (Naoyuki Andō), Nijirō Murakami (Hiro Shishigami), Sumire Morohoshi (Shion Watanabe), Sumire Uesaka (Mari Inuyashiki)

Lien vers la fiche AK
Lien vers la fiche ANN

Commentaire : Très convaincu par ce premier épisode. C'est ce genre de concept complètement surréaliste que j'aime voir en anime, cette juxtaposition d'un naturalisme cynique avec la vie de ce vieil homme en fin de parcours, avec la SF high-concept débile des extraterrestres qui débarquent littéralement de nulle part pour transformer le vioque en demi-dieu robotique. Je suis simplement intrigué de savoir où on va aller.

Niveau technique on est forcément déçu par la 3D, d'autant qu'elle est parfois utilisée sans justification, ou alors de manière criarde comme cette explosion dégueulasse au milieu de l'épisode. Cela dit avec le planning chargé de MAPPA qui sauve chaque saison d'anime de la noyade depuis deux ou trois ans on peut comprendre le recours à certains raccourcis.

Sinon ça doit le deuxième ou troisième opening que je vois qui copie True Detective, ça va finir par se voir.

6

Support : série télé
Format : 12 épisodes (?)
Parenté : adaptation d'un manga
Date de première diffusion : 09 octobre 2016

Studio d'animation : Shaft (Nisekoi, Sayonara Zetsubo Sensei, Arakawa Under the Bridge)
Réalisateur : Akiyuki Shinbo (Bakemonogatari, Madoka Magica)
Auteur original : Chika Umino (Honey and Clover)
Character design : Nobuhiro Sugiyama (ef-a tale of memories)
Musique : Yukari Hashimoto (Mawaru Penguindrum, Osomatsu-san, Toradora)

Casting vocal : Kengo Kawanishi (Rei Kiriyama), Kana Hanazawa (Hinata Kawamoto), Ai Kayano (Akari Kawamoto)

Lien vers la fiche AK
Lien vers la fiche ANN

Commentaire : Double attente pour cette série, de la part des fans du manga best-seller et multi-récompensé de l'auteur de Honey and Clover, et de la part des fans de Shinbo qui attendaient (ou pas) son retour au poste de réalisateur. Bon, il semble qu'en réalité l'implication de Shinbo ne soit pas beaucoup plus élevée ici qu'elle ne l'a été sur les vingt autres séries précédentes où il s'est contenté de mettre son nom au générique avant de filer fumer sa cigarette, mais bon.

L'influence de Shinbo est néanmoins très présente dans cet anime avec les gimmick visuels agressifs et le storyboarding aléatoire qu'on lui connait. Le récit met en place la personnalité (ou plutôt l'absence de personnalité) du protagoniste qui sembe étranger au monde qui l'entoure, et qui cache quelque chose de semble-t-il très noir au fond de lui. On en saura pas beaucoup plus dans cet épisode, mais la réputation du manga laisse espérer quelque chose d'intéressant dans ce registre slice-of-drama ultra essoré.


Parmi les références inutiles, on remarquera qu'à la fin de l'épsiode Hinata offre à Rei une confiserie "Mikazuki", ce qui est sans doute une blague sur le fait que le seiyuu de Rei, Kengo Kawanishi, interprète le rôle de Mikazuki dans une certaine série actuellement diffusée.

7
Séries TV - OAV - Films / Yuri!!! on Ice
« le: 05 octobre 2016, 23:45:46 »

Support : série télé
Format : 12 épisodes (?)
Parenté : série originale
Date de première diffusion : 05 octobre 2016

Studio d'animation : MAPPA (Shingeki no Bahamut, Zankyo no Terror, Punchline)
Réalisatrice/Scénariste : Sayo Yamamoto (Lupin III Mine Fujiko to iu Onna, Michiko to Hatchin)
Character design : Mitsuro Kubo
Musique : Taro Umebayashi (Space Dandy)
Chorégraphie : Kenji Miyamoto (ancien champion du Japon de patinage artistique)

Casting vocal : Toshiyuki Toyonaga (Yūri Katsuki), Kouki Uchiyama (Yuri Prisezki), Junichi Suwabe (Victor Nikifolov)

Lien vers la fiche AK
Lien vers la fiche ANN

Commentaire : Grosse attente pour cette série de Sayo Yamamoto, une des rares réalisatrices japonaise à être parvenue à se faire un nom grâce à de nombreuses collaborations de qualité et quelques réalisations de très haut niveau. Parmis ces collaborations, il y a eu notamment le court-métrage Endless Night de l'Animator Expo, qui a sans doute donné l'idée à MAPPA de la contacter pour réaliser une série basée sur le patinage artistique.

La première surprise concernant cet épisode c'est le ton choisi, qui est plus comique et gagesque que ce que les trailers avaient laissé croire. Cela dit les gags en eux-mêmes ont une base intéressante, puisqu'ils puisent dans la construction des personnages et de l'univers plutôt que sur des clichés. Les personnages, tous adultes, sont dépeins comme des jeunes gens avec des responsabilités, notamment le protagoniste qui débute la série dans une impasse aussi bien personnelle que professionnelle.

La direction artistique et l'animation sont évidemment excellents et les séquences de patinage rendent très bien la beauté et la grâce que la discipline est censée évoquer. Je m'attendais peut-être à un peu plus de précision/de style dans le design, mais ça viendra peut-être.


Quant à la patte féminine de Yamamoto, elle est- déjà présente avec les personnages féminins qui, malgré le genre de la série, arrivent à exister et à être variés : la prof célibataire coincée dans une ville mourante, la grande sœur un peu punk, la jeune mère de famille. C'est tout l'intérêt d'avoir une réalisatrice femme pour faire ressortir des profils de personnages assez peu vus ailleurs.

En tout cas je suis convaincu, c'est le genre de série sportives que j'apprécie à la manière d'un Ping-Pong, c'est-à-dire que le sport est là comme tremplin pour raconter des parcours personnels plutôt que des situations.

8
Séries TV - OAV - Films / 91 Days
« le: 08 juillet 2016, 23:03:28 »


Support : série télé
Format : 13 épisodes (?)
Parenté : série originale
Date de première diffusion : 08 juillet 2016

Studio d'animation : Shuka (Durarara)
Réalisateur : Hiro Kaburaki (Kimi no Todoke, Tonari no Seki-kun)
Scénariste : Taku Kishimoto (Erased, Joker Game)
Musique : Shogo Kaida


Commentaire : je ne sais pas trop si j'ai vraiment aimé ou pas. On sent une réelle ambition dans le projet, avec une cinématographie travaillée, une direction artistique sobre et un ton plutôt sérieux. L'animation des personnages est relativement détaillée, même si le chara-design simpliste n'est pas vraiment de mon goût.

L'histoire se déroule durant la Prohibition (1920-1930 aux USA) et raconte le parcours d'un jeune homme qui cherche à se venger de la mafia qui a assassiné sa famille. Il prend un alias et se retroyve rapidement confronté au fils du parrain, qui évidemment ignore sa véritable identité.

C'est fondamentalement pas très innovant mais si le Japon arrive a traiter sérieusement une histoire de ce type alors ce serait une grande première. A suivre donc.

NB : je suppose que vous verrez partout sur le net des comparaisons avec Joker Game, ne serait-ce que parce que les deux séries ont le même scénariste. La vérité c'est que ce 91 Days me fait plus penser à une sorte de Gangsta ou de Baccano dont on aurait retiré les éléments surnaturels pour les remplacer par des cours de chimie improvisés.

9
Séries TV - OAV - Films / Active Raid
« le: 13 janvier 2016, 03:34:32 »

Support : série TV
Format : 24 épisodes (split-cour)
Parenté : série originale
Date de première diffusion : 07 janvier 2016

Studio d'animation : Production IMS (Shinmai Mao no Testament)
Supevision : Gôrô Taniguchi (Code Geass, Scryed, Infinte Ryvius...)
Réalisateur : Noriyaki Akitaya (Bakuman)
Scénariste : Naruhisa Arakawa (Kamen Rider Kuuga, Gokaiger, Akibaranger)
Chara-design original : Shun Saeki (illustrateur du manga Food Wars/Shokugeki no Soma)
Musique : Kotaro Nakagawa (Code Geass, Argevollen, Prison School, Rakudai Kishi no Cavalry...)


Lien vers la fiche AK
Lien vers la fiche ANN

Commentaire : la seule série de la saison d'hiver où j'avais placé a priori un semblant d'attente. Tant pis pour moi.

J'étais tenté par l'idée d'un anime de SF-sentai avec un scénariste reconnu comme un spécialiste du genre et Taniguchi à la supervision. Le problème c'est que je m'attendais à un truc super sérieux et hard-boiled, qui ferait passer l'aspect intrinsèquement kitsch du sentai ; or Active Raid semble vouloir s'orienter vers la comédie, ce qui rajoute du ridicule par-dessus la ringardise.

La mise en scène de ce premier épisode est un bordel sans nom, avec un scénario qui semble improvisé au fur et à mesure et des situations qui règlent avec des asspulls réguliers et une bonne grosse dose de Ta Gueule C'est Magique. le contexte est inexistant, la bande-son de Nakagawa ressemble au générique de Miss France sans Jean-Pierre Foucault, les CG ne ressemblent à rien et l'OP est un plus médiocres que j'aie vu ces dernières années. Reste le chara-design de Shun Saeki dont on se doute qu'il donnera des doujins sympas.

Entre ça, Garo et Samurai Flamenco, je commence à comprendre pourquoi le sentai ne fonctionne pas en animation. C'est juste trop ringard, à moins de traiter le truc avec un ton méga sérieux façon Karas ça n'a aucune chance d'accrocher le public.

La série fera 24 épisodes avec la seconde moitié en juillet - si tant est que ça intéresse encore quelqu'un d'ici là.

10

Support : série TV
Format : 26 épisodes
Parenté : série originale
Date de première diffusion : 30 août 2015 (Italie), 10 octobre 2015 (Japon)

Studio d'animation : Telecom Animation
Réalisateur-en-chef : Kazuhide Tomonaga (franchise Lupin III)
Réalisateur : Yuichiro Yano (Moshayimon)
Scénariste : Yuuya Takahashi (Tiger & Bunny)
Musique : Yuji Ohno (franchise Lupin III)

Casting Vocal : Kanichi Kurita (Lupin The Third), Kiyoshi Kobayashi (Daisuke Jigen),
Daisuke Namikawa (Goemon Ishikawa), Miyuki Sawashiro (Fujiko Mine), Kouichi Yamadera (Inspector Zenigata)



Lien vers la fiche AK
Lien vers la fiche ANN

Commentaire : comment pouvait-il en être autrement ? C'est excellent.

L'écriture est assez classique pour du Lupin III, avec une volonté claire de renouer avec l'esprit burlesque des séries des années 70-80 par rapport au ton plus hard-boiled des derniers spin-offs de TMS. Au-delà de ça, la réalisation est quasi-parfaite. Design superbe, direction artistique stupéfiante, animation de niveau OAV... Je me demande d'où un studio de seconde main comme Telecom a trouvé les ressources et surtout le savoir-faire pour sortir un truc pareil. S'ils tiennent la cadence, on risque de passer très près du chef-d'oeuvre.

Et ce générique 8) Opening de l'année, c'est déjà décidé.

11

Support : série TV
Format : 25 épisodes
Parenté : série originale
Date de première diffusion : 04 octobre 2015

Studio d'animation : Sunrise (franchse Gundam)
Réalisateur : Tatsuyuki Nagai (AnoHana, Idolm@ster Xenoglossia, My-Hime, Railgun)
Scénariste : Mari Okada (AnoHana, Nagi no Asakura, M3 the Dark Metal)
Direction de l'animation : Masami Obari (Bubblegum Crisis, Super Robot Wars OG, Gravion)
Musique : Masaru Yokoyama (Shigatsu wa kimi no uso, Queens Blade, Rampo Kitan)

Casting vocal : Kengo Kawanishi (Mikazuki Augus), Yoshimasa Hosoya (Orga Itsuka), Yuka Terasaki (Kudelia Aina Bernstein)


Lien vers la fiche AK
Lien vers la fiche ANN

Commentaire : miam miam les personnages qui passent la moitié de l'épisode torse-poil.

Premier épisode assez banal dans le contenu, le setting semble très classique et les rapports entre les différents groupes de personnages relèvent de la caricature la plus outrancière mais on en attend pas beaucoup plus de Sunrise.
L'exécution est plus laborieuse, vingt minutes d'exposition par dialogues incessants, on ressort de l'épisode lessivé et migraineux. Mais on signe pour la semaine prochaine.

12
Séries TV - OAV - Films / God Eater (TV)
« le: 15 juillet 2015, 21:20:09 »


Support : série TV
Format : 13 épisodes
Parenté : adaptation d'un jeu vidéo
Date de première diffusion : 13 juillet 2015

Studio d'animation : Ufotable (Kara no Kyoukai, Gyo, Tales of Symphonia)
Réalisateur : Takayuki Hirao (Kara no Kyoukai 5, Gyo, Yoyo & Nene)
Chara-Design : Keita Shimizu
Musique : Go Shiina (Kyosogiga, Gyo)

Casting vocal :     
Ryūichi Kijima (Renka Utsugi), Daisuke Sakaguchi (Kōta Fujiki), Hiroaki Hirata (Lindow Amamiya), Kazuya Nakai (Soma Schicksal), Maaya Sakamoto (Alisa Illinichina Amiella), Rikiya Koyama (Johannes von Schicksal), Sayaka Ohara (Sakuya)


Lien vers la fiche AK
Lien vers la fiche ANN

Commentaire : voir plus bas :P

13
Séries TV - OAV - Films / Gangsta (TV)
« le: 03 juillet 2015, 09:03:40 »

Support : série TV
Format : 12 épisodes (?)
Parenté : adaptation d'un manga
Date de première diffusion : 02 juillet 2015

Studio d'animation : Manglobe (Mitchiko to Hatchin, Samurai Flamenco...)
Réalisateur : Shukô Murase (Ergo Proxy, Witch Hunter Robin)
Auteur original : Koshke
Character-design : Yoichi Ueda (Gun x Sword, Hayate no Gotoku)
Musique : Tsuchie (Samurai Champloo)

Casting Vocal : Junichi Suwabe (Worick Arcangelo), Kenjiro Tsuda (Nicolas Brown), Mamiko Noto (Alex Benedetto)

Synopsis : dans la ville d'Ergastulum, la loi est dictée par les gangs et les mafias. Drogue, corruption et violence sont le quotidien des habitants désabusés. Worick et Nicolas sont quant à deux des "Handymen" qui exécutent le sale boulot de ceux qui veulent y mettre le prix. A l'issue d'une mission, ils recueillent une prostituée...

Opening de l'anime :


Lien vers la fiche AK
Lien vers la fiche ANN

Commentaire : J'ai regardé surtout par politesse envers Zankaze qui m'interpelle par Webzine interposé.

Concernant l'épisode, on sent que Manglobe aimerait bien recapturer l'aura de leurs gloires passées, et cette série semble vouloir mélanger les tons de Mitchiko to Hatchin et de Samurai Champloo entre autres. Mais les talents d'hier ne sont plus là, les moyens non plus. L'écriture est correcte mais la mise en scène manque d'impact, le seul combat de l'épisode fait même un peu pitié avec ce gars au katana qui dézingue des mecs armés de flingues qui restent plantés devant. Et malgré le fait que le manga soit toujours en cours, ce qui promet déjà une conclusion lacunaire, j'espère que l'histoire aura un but passée cette introduction plus ou moins alléchante.

14
Séries TV - OAV - Films / Punchline
« le: 10 avril 2015, 06:05:48 »


Support : série TV
Format : 11 épisodes (noitaminA)
Parenté : série originale
Date de première diffusion : 9 avril 2015

Réalisateur : Yutaka Uemura (Dantalian no Shôka)
Scénariste : Kôtarô Uchikoshi (Ever17, 999, Virtue's Last Reward)
Chara-designer : Shôta Iwasaki (Kill la Kill)
Musique : Tetsuya Komuro

Casting vocal : Marina Inoue (Yūta Iridatsu), Sora Amamiya (Mikatan Narugino), Haruka Tomatsu (Rabura Chichibu), Minako Kotobuki (Ito Hikiotani), Rie Kugimiya (Meika Daihatsu), Yuri Yoshida (Chiranosuke)

Synopsis maison : suite à un accident, Yûta Iridatsu se rend compte qu'il est devenu un fantôme et que son corps est possédé par quelqu'un d'autre. Pour retrouver le monde des vivants, il doit trouver un sort d'exorcisme caché quelque part dans son dortoir. Le souci, c'est que si jamais il se voit excité par la vue des sous-vêtements de ses colocataires, c'est l'Apocalypse...


Lien vers la fiche AK
Lien vers la fiche ANN

Commentaire : UCHIKOSHIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

J'avais le doigt fébrile en lançant l'épisode, espérant que Kôtarô Uchikoshi n'ait pas suivi l'exemple de son collègue Urobuchi qui met son nom sur des animes pour faire vendre avant d'escroquer son public. Mais ce premier épisode a balayé mes appréhensions à coups de Kärcher.

Passé l'introduction, le scénario suinte le Uchikoshi par tous les pores ; un récit en huis clos comme dans Ever17 ? Check. Des énigmes à résoudre comme dans 999 ? Check. Une mécanique de voyage temporel comme dans Virtue's Last Reward ? Check. C'en est presque flippant de voir à quel point le récit reprend la structure et les règles d'un jeu vidéo, au point que le personnage principal s'en amuse lui-même.

L'épisode est extrêmement dense, avec tout un tas de règles et de sous-règles qui vont former le canevas des épisodes à venir ; contrairement à 90% des séries que je suis depuis six mois, je ne vais pas pouvoir regarder celle-ci avec le bouton avance rapide. Il n'y a pas une seule scène sans qu'un nouveau point de scénario ne soit dévoilé, et en vingt minutes on a déjà tous un tas de plot-lines qui se lancent et avec lesquelles Uchikoshi va s'amuser pendant les trois prochains mois.

Niveau réalisation c'est pas mal sans plus ; la séquence d'introduction avec le bus était dégueulasse, mal animée, mal montée, une catastrophe qui heureusement ne se poursuit pas dans le reste de l'épisode qui offrait quelques plans sympas comme celui de l'astéroïde qui sera sans doute stock-shoté à chaque épisode.

Dans l'article saisonnier j'avais choisi Punchline par défaut, et ce premier épisode m'amène à croire que j'ai eu le nez creux. Allez tout le monde embarquez dans le train maintenant.

PS : Afloplouf va venir troller, soyez gentils ne lui répondez pas :wacko:

15
Généralités animes et mangas / Les Animes de l'Hiver 2015
« le: 11 décembre 2014, 11:13:00 »


Parmi les ajouts et corrections qui ne manqueront pas d'intervenir d'ici le début des diffusions proprement dites, la première et plus importante concerne sans doute le Death Parade de Madhouse prévu pour janvier. Pour le reste :

Cliquez pour afficher/cacher

Pages: [1] 2 3