Anime-Kun - Webzine anime, manga et base de données

Les animes de l’été 2017

Publié le 06/07/2017 par dans Anime - aucun commentaire

Avec tous ces risques de sécheresse, il serait anti-citoyen d’aller à la piscine. De même, nous n’allons pas contribuer au réchauffement planétaire en partant en vacances à la mer ou à la fraiche en montagne. Non, l’attitude la plus adulte est de ne pas risquer un cancer de la peau en s’éclairant seulement à la lumière des écrans et en regardant les dernières productions de l’animation japonaise. Pour ne pas se noyer dans le flot de nouveautés, notre équipe a réuni ses meilleurs éléments recalés de Baywatch.

Pokemon 20 Centaur no Nayami Dive
Vatican Miracle Examiner Hajimete no Gal Altair
Fireworks, Should We See it from the Side or the Bottom? Fate Apocrypha Isekai wa Smartphone to Tomo ni
Welcome to the Ballroom The Reflection Kakegurui
Made in Abyss Mary and the Flower’s Witch LISTE DES ANIMES DE L’ÉTÉ 2017

Pokemon Kimi no Kimeta — Ça demande du courage, Pokémon

pokemon-20-i-choose-you-6119-729Vous vous demandez certainement ce que vient faire un film Pokémon au sein du très sérieux article d’Anime-Kun sur les animes de la saison. Non seulement Pokémon est un truc de gamins, mais en plus tout le monde sait que le dessin animé n’est qu’une vaste publicité pour le jeu que nous autres pauvres gosses regardions avec joie comme les pigeons stupides que nous étions alors.

Pour son vingtième film, la licence a décidé de s’orienter vers le filon très juteux de la nostalgie, que les jeux vidéos exploitent avec gourmandise depuis déjà un bon moment. C’est ainsi que Pokémon Kimi no Kimeta (« je te choisis ») racontera la première rencontre entre Satoshi (Sacha) et Pikachu. Ceux qui comme moi étaient devant leur poste à la toute fin des années 90 connaissent l’histoire : Sacha du Bourg-Palette s’est réveillé en retard le jour de son intronisation en tant que Dresseur et se retrouve avec Pikachu comme Pokémon de départ. Pikachu se méfie de Sacha et refuse de lui obéir mais il finira par lui accorder sa confiance et ils deviendront les meilleurs amis du monde.

Un scénario connu par cœur par toute une génération, mais auquel le film semble faire des incartades. La bande-annonce montre des personnages inédits, des Pokémon récents qui n’ont rien à faire là et une histoire qui va dans une direction très différente de l’original. Plutôt que de coller à ce qui a fait la mémoire des fans, le film va apparemment réinterpréter l’histoire selon une lecture plus moderne et plus en accord avec ce qu’est la licence Pokémon aujourd’hui.

Même si je suis plutôt content de voir que le film ne sera pas qu’un bête remake censé attirer les nostalgiques, j’aurais aussi apprécié de voir une histoire qui colle rigoureusement aux origines de Pokémon, celui que l’on a tous aimé à l’époque et pas celui de maintenant. On verra bientôt ce que ça donne puisque le film sort en juillet au Japon et fera l’objet d’une avant-première le 6 juillet à la Japan Expo de Paris.

Deluxe Fan

Centaur no Nayami — Livrée avec des soucis, la vie d’une centauresse

centaur-no-nayami-6137-90Himeno est votre lycéenne typique, avec son lot d’amies, de problèmes, qu’ils soient familiaux ou scolaires. Oui, Himeno vit une vie normale mais à un petit détail près : c’est une centauresse. Et ses amies sont toutes autant à moitié humaine comme elle. Mais voilà, être centauresse ne l’empêche pas de mordre la vie à pleines dents et de profiter de celle-ci. Pour autant, le quotidien quand on est une demoiselle hybride, ce n’est pas de tout repos. Et puis, bon … Cela ne change pas que même si les races hybrides sont acceptées, toutes ne tolèrent pas forcément la présence de ces créatures à moitié-humaine et à moitié-animale hein ? Et oui, les préjugés ont la vie dure.
Centaur no Nayami a déjà quatorze tomes à son actif et donc a une base solide pour sa version animée. Kei Murayama a débuté avec ce manga mais s’est permis aussi de faire un one-shot à côté du nom de Kinoko Ningen no Kekkon … mettant en scène des êtres miniatures sur une autre planète. Emon Animation Company est le studio qui se chargera de l’adaptation animée. Studio récent, il est connu pour différents animés atypiques comme To Be Hero, Spiritpact ou plus récemment The Silver Guardian. Pour Himeno et ses amies, les doubleuses principales seront Haruki SHIRAISHI (Ayumi Himekawa dans Glass no Kamen Desu Ga) pour Kyoko, Seria FUKUGAWA (Urara dans Naria Girls) pour Himeno et Yuki KUWAHARA (Inaho dans Naria Girls) pour Nozomi.

Le racisme, cela reste un sujet récurent. Que cela soit dans l’actualité, dans les séries télés, dans notre entourage, difficile de l’ignorer. Et maintenant, cela se présente aussi dans nos mangas mais sous une forme un peu différente. Pour moi qui adore les Monster Girls, il faut avouer que j’ai eu un peu de mal au départ avec Centaur no Nayami. Il faut dire que les premiers chapitres ne mettaient pas le manga en valeur. Mais au fil de la lecture, il s’avère que ce dernier a bien plus à révéler qu’il n’y paraît et qu’il serait vraiment dommage de passer outre. En plus, les demoiselles sont vraiment très mignonnes même si un souci assez présent dans le manga est la presque quasi-absence de personnes masculins. Outre cela, l’animé devrait être un très bon divertissement.

La série sera disponible en simulcast sur Crunchyroll.

ShiroiRyu

DIVE !!  — Noitamina plonge dans le fanservice

dive-6139-776Quand il fait chaud, le meilleur moyen de se rafraîchir est de piquer une tête. Et le mieux c’est encore de plonger dans une piscine de billets. C’est probablement ce qu’a dû penser Noitamina en produisant DIVE, un anime sur le plongeon qui semble totalement plagié sur une autre série d’il y a quelques années avec des beaux mecs en slip de bain dont l’eau de la piscine ruisselle sur les muscles saillants.

Je parle de Free du studio Kyoto Animation au cas où vous n’auriez pas compris.

DIVE raconte le parcours de Tomoki, membre du club de plongeon de Mizuki. Le club est sur le point de fermer à cause de problèmes d’argent, mais le coach parvient à récupérer des fonds à la condition qu’un des membres participe aux Jeux Olympiques (!). A partir de là c’est une histoire de compétition et de rivalité et d’amitié et vous connaissez tout ça.

Difficile de parler sérieusement de cet anime tant il respire le plagiat et l’opportunisme de tous les côtés. Il faut se rendre compte qu’à l’heure actuelle le public otaku féminin (les fujoshi) représente une part de marché plus importante que les otakus masculins qui ont dominé l’industrie pendant des décennies. Et on se rend bien compte que le fanservice pour filles ne vaut pas forcément mieux que le fanservice pour garçons, puisqu’il s’agit globalement des mêmes recettes sauf que les maillots de bains moulent désormais des bites plutôt que des nichons.

DIVE sera produit par Zero-G, un studio habitué à la sous-traitance mais qui semble prendre racine dans ce milieu grâce à l’argent des fujoshi, puisqu’il avait produit Battery il y a quelques temps qui était lui aussi un anime de sport avec des garçons mignons qui se tournent autour. Le réalisateur Kaoru SUZUKI est un second couteau et le casting de doublage japonais est rempli de stars (Yuki KAJI, Yuichi NAKAMURA, Kengo KAWANISHI, Takahiko SAKURAI…) car c’est la clé du succès des animes pour filles. Le reste ? Juste des images qui bougent.

Deluxe Fan

Vatican Miracle Examiner – Prêtre du Dimanche

vatican-miracle-examiner-6109-457En France on est assez gâté question miracle : on a Lourdes dans le Sud, alors forcément ça aide. Pour autant, on ne recense pas 20 miracles par jour. Il est établi par le Vatican que pour qu’un évènement soit considéré comme un miracle, il doit répondre à certains critères (oui, car Dieu n’est pas aussi généreux que ça, le péché originel a laissé des traces voyez-vous). Et pour être certain que ces miracles en soient vraiment, il existe des gens spécialisés, comme les exorcistes, qui les étudient et font des investigations. Revisité à la sauce japonaise, ça doit être pas mal…

Ils sont deux, ils sont beaux, ils bossent pour l’Église. Hiraga est un scientifique de génie et Roberto est un spécialiste en cryptographie et étude d’anciens documents. Le Vatican fait régulièrement appel à eux et leur expertise pour déceler les mensonges et autres manipulations qui pourraient faire croire qu’un miracle a eu lieu. Agissant en secret, ils doivent découvrir si les miracles s’étant produits de par le monde sont bel et bien l’œuvre de Dieu et non une supercherie.

J.C. Staff (Ghost Hunt, Little Busters !) a trouvé un light novel de RinFUJIKI qui correspond super bien à son nom. Il ne lui reste plus qu’à bien l’adapter. C’est Yoshitomo YONETANI (Food Wars !) qui en a la charge, mais heureusement il n’est pas seul. Le créateur original des personnages n’est autre que THORES SHIBAMOTO, déjà connu pour les prêtres super classes de Trinity Blood. Et vite fait, le directeur artistique est Toru KOGA (D. Gray Man) et Yoshiaki FUJISAWA est le compositeur de la bande-son (GATE, the Eccentric Family). Mouaif.

Franchement, pourquoi j’en parle alors que ça ne paie clairement pas de mine ? Ben parce qu’on a de l’ésotérisme et du surnaturel, avec une petite pointe de mystère, voilà tout. Et moi je suis faible devant cela. Par contre, je sens venir la réalisation bas de gamme. On espère donc que l’atmosphère sera captivante, car sinon je ne parie pas grand-chose sur la qualité de la série.

Rydiss

Hajimete no Gal — C’est chouette le bronzage sur une fille

hajimete-no-gal-6126-287Quand on est lycéen, puceau et qu’on n’a aucune popularité, faut avouer que c’est difficile de ne pas avoir envie de prendre quelques risques, même stupides pour tenter de se déniaiser. C’est le cas de Junichi Hashiba, qui, après un pari avec ses amis, a décidé de confesser son « amour » à Yukana Yame. Le souci ? C’est que Yame est une gyaru, l’une de ces demoiselles au teint bronzé (bien qu’elle ne le soit pas elle-même), avec un langage si particulier et aux cheveux décolorés. L’autre souci ? C’est qu’elle accepte pleinement sa confession et décide de sortir avec lui. Le troisième problème pour compléter le tout ? C’est qu’en dépit des apparences, la demoiselle est bien plus pure et innocente qu’il n’y paraît ! Et voilà comment un couple atypique se forme, avec son petit lot quotidien de mésaventures.

Oui, Hajimete no Gal n’ira pas briller par son originalité. C’est sûr que ce n’est pas Galko-Chan sorti l’année dernière mais pour les amateurs de demoiselles au caractère si « unique » et aux formes plantureuses, ils seront servis. Ce manga est le premier d’Ueno MEGURU, un artiste du site Pixiv au départ. Avec quatre volumes pour autant d’années, le manga est toujours en cours et sera adapté par le studio NAZ à qui l’on doit Hamatora bien que le studio a plutôt fait dans l’aide sur d’autres séries comme Big Order ou Re:CREATORS. Les deux héros principaux seront doublés par Shintaro ASANUMA (Cyan Pile dans Accel World) pour Jun tandis que Yuki NAGAKU (Arisa dans Akiba’s Trip : The Animation) prêtera sa voix à Yukana.

Ainsi, on passera sûrement un bon petit moment si on prend Hajimete no Gal pour ce qu’il est : Une petite comédie amoureuse, avec son lot d’érotisme (logique en vue des formes généreuses des héroïnes) et de scènes qui feront facepalmer ceux qui s’attendent à quelque chose de très sérieux. Pour les autres, il n’y a pas de mal à se faire du bien visuellement et Hajimete no Gal remplira aisément son cahier des charges en vue de son objectif principal : nous montrer que c’est pas si aisé que ça les relations amoureuses et gaffeuses.

ShiroiRyu

Altair — Devoirs de vacances

altair-6134-247L’excitation n’est pas vraiment de mise cette saison. Heureusement, en farfouillant un peu on finit par toujours trouver son compte, surtout quand c’est Mappa, capable du pire comme du meilleur (récemment Rage of Bahamut, entre autres), qui s’en charge. L’anime qui nous intéresse aujourd’hui est donc l’adaptation d’un manga de Kotono KATÔ, débuté à l’origine en 2007 et comptant à l’heure actuelle 17 volumes. J’ignore encore combien d’épisodes comptera la série mais au moins, on ne devrait du coup pas s’arrêter en plein milieu d’un arc faute de matériel à adapter.

A niveau du staff, le réalisateur est un certain Kazuhiro FURUHASHI, qui a un CV assez impressionnant au niveau des clssiques de la Japanime (Oav Kenshin, Noein Ginga Eiyuu Densetsu…)  et  moins récemment (Oav Code Geass, Kenshin Kyoto Arc).

Pour le reste il s’agit d’une production « semi-historique », disons fortement inspirée, des relations entre les différentes nations méditerranéennes au 17e siècle. Tugril Mahmut, le héros, est en effet un jeune Pacha servant le conseil de Türkiye, alors que son pays hésite sur la réponse à apporter à l’assassinat d’un dignitaire du menaçant empire de Balt-Rhein sur ses terres. Pendant que ses compatriotes se déclarent en faveur d’une guerre ou d’un apaisement des relations, Mahmut va lui s’atteler à découvrir la vérité derrière ce meurtre…

Les références à l’empire Ottoman (loin encore de son apogée) et Austro-Hongrois sont évidentes, ce qui offre une fresque très riche au décor de ce shonen, et change un peu des éternels mangas historiques sur la Chine ancienne, n’en déplaise à Shadow. C’est sans doute ce qui m’attire le plus pour le moment, mais j’ai bon espoir qu’on se retrouve avec quelque chose qui vaille largement la peine et me console du fail monumental qu’a été l’adaptation des Chroniques d’Arslan.

Zankaze

Fireworks, Should We See it from the Side or the Bottom? — Romance et cervicales

uchiage-hanabi-shita-kara-miru-ka-yoko-kara-miru-ka-6148-129Uchiage Hanabi, Shita kara Miru ka ? Yoko kara Miru ka ? (que l’on appellera désormais Fireworks) est un nouveau film d’animation du studio Shaft, qui s’était fait plutôt discret dans le domaine hormis en ce qui concerne le portage au cinéma de ses licences télévisées. Fireworks est d’autant plus intéressant qu’il ne s’agit pas d’un énième light novel à la con comme le studio en a l’habitude mais d’une adaptation d’un autre film en prises de vue réelles.

L’histoire se déroule pendant les vacances d’été dans une ville portuaire du Japon. Une bande de gosses veut se rendre au phare pour assister aux feux d’artifices. Deux d’entre eux, Norimichi et Yusuke, sont amoureux de la même fille, Nazuna. Ce qu’ils ignorent, c’est que les parents de cette dernière vont divorcer et qu’elle va bientôt quitter la ville.

Fireworks était au départ un moyen-métrage de Shunji Iwai réalisé en 1993, grâce auquel il a remporté ses premiers prix en tant que réalisateur. Pour ceux qui ne connaissent pas, Iwai s’est fait remarquer il y a un an avec Hana & Alice, un charmant film en animation rotoscopique. Voir un de ses premiers travaux adapté en animation, par Shaft qui plus est, est une association qui ne peut qu’aiguiser ma curiosité.

Même si le vénérable SHINBO est comme toujours crédité en tant que superviseur, le gros du travail sur cet anime sera réalisé par Nobuyuki TAKEUCHI. Ce pilier du studio Shaft est surtout connu comme le chara-designer attitré du studio : si les personnages ressemblent trait pour trait à des protagonistes de Monogatari c’est normal, TAKEUCHI dessine les mêmes têtes depuis dix ans. On retrouve également la mise en scène Shaftienne à base de personnages qui regardent la caméra en se tordant dans tous les sens, au point de transmettre leur torticolis au spectateur. Les japonais prendront rendez-vous avec leur kiné le 18 août, quant à une sortie française autant ne pas compter dessus ; le succès de Your name ne se reproduira pas de sitôt.

Deluxe Fan

Fate/Apocrypha — La vache va déposer un piquet de grève

fate-apocrypha-6147-604Quand on est un fan de Type Moon et de la licence Fate, la vie est difficile ces derniers temps. Notamment quand son studio bien aimé a décidé depuis un moment de prostituer son univers et ses personnages attachants dans une infinité d’univers parallèles et de personnages historiques transformés en fillettes moe. Comprenez : encore plus qu’avant. Fate Apocrypha est ainsi à l’origine un light Novel de Yuuichirou Higashide (supervisé par Nasu, hein, faut pas déconner) publié entre 2012 et 2014. Il était censé être un MMORPG, mais le projet fut abandonné et transformé en simple roman.

Le concept est (relativement) simple : après la IIIe guerre du Graal, le tout puissant artefact magique a disparu plusieurs décennies de suite pour réapparaître en possession du clan Yggdmillenia, une famille sécessionniste de l’Association des mages. Outrée, celle-ci envoie 50 de ses meilleurs membres pour le récupérer, mais ils se font massacrer. Par un tour de passe-passe magique et scénaristique, le dernier réussit à activer le Grand Graal et donne naissance à une nouvelle guerre entre 7 servants… et 7 autres servants. Oui, cette fois-ci il s’agit d’un team Deathmatch. Allez chercher à comprendre.

Blagues à part, je reconnais que contrairement au désastreux Fate Grand Order, qui ne possède de Fate que son glorieux nom, Apocrypha a un minimum de potentiel. Plus de servants est toujours une bonne choses, même si l’exposition de chacun sera sans doute plus restreinte du coup. Mais surtout, on se rapproche quand même assez d’une guerre du Graal « classique » avec tout ce qu’il faut de tragédie, de coup bas, d’ambiance mélancolique et d’épique. Au final, ce que je crains le plus, c’est qu’étant donné l’absence des personnages bien aimés de la timeline habituelle, l’empathie soit minimale. Ce qui serait dommage pour un pitch aussi audacieux, rempli de nouveaux personnages historiques et désignés par plein d’artistes différents, parmi lesquels on peut quand même compter des noms comme Dracula et Jeanne d’Arc.

Bref, beaucoup de pression s’annonce sur les épaules du staff pour créer quelque chose qui ne me fera pas fuir en hurlant. A-1 pictures est sur le coup, l’edginess factor crève le plafond, et je suis tout sauf rassuré. J’attends Yoshiyuki ASAI, le réalisateur, au tournant.

Zankaze

Isekai wa Smartphone to Tomo ni – Et après, on s’étonne que les batteries soient à plat

isekai-wa-smartphone-to-tomo-ni-6143-236« Oups, vous êtes mort. » C’est un peu comme ça que l’on pourrait résumer la parole de Dieu lorsque Toya Mochizuki est tué par accident par la divinité. Prêt à tout pour se faire pardonner, Dieu lui permet de revenir à la vie dans un monde parallèle et en emportant l’objet de son choix. Pour notre héros, le choix est vite fait : un smartphone et ça repart ! Ainsi, notre  héros arrive dans ce nouveau monde et fait la connaissance de nombreuses personnes. Avant même qu’il ne s’en rende compte, grâce à son smartphone, il aurait découvert les plus grands secrets de ce nouveau monde. Capable de rivaliser avec les rois de ce monde, il profite néanmoins de sa nouvelle vie pour l’explorer avec insouciance.

Isekai ? Ce mot vous dit quelque chose ? Et pour cause, c’est le terme générique utilisé pour définir un héros envoyé dans un autre monde. Et oui, c’est une sauce utilisée encore et encore depuis quelques années maintenant. Alors, quand le titre en lui-même contient ce mot, on ne peut pas se plaindre qu’il y aurait tromperie sur la marchandise hein ?  Comme bon nombre de séries, In a Different World with a Smartphone était un Web Novel avant de devenir un Light Novel puis un manga et enfin un animé. Avec 30 volumes en Web Novel et 6 en Light Novel, autant dire que l’auteur, Patora FUYUHARA, a visiblement travaillé son univers. L’artiste du Light Novel est plus connu puisque Eiji USATSUKA a travaillé sur les dessins du Light Novel de Zero no Tsukaima. Du côté de l’animation, Production Reed a fait récemment Onsen Yosei Hakone-chan et Rainbow Days. Le seiyuu du personnage principal est est Katsumi FUKUHARA, un jeune nouveau dans le monde du doublage japonais.

Qu’est-ce que l’on peut attendre de ça ? Et bien, difficile à savoir en un sens. Contrairement à un Re:Zero où notre héros ne possédait pas vraiment de capacités exagérées, ici, il semblerait que Toya, via son smartphone, débloque des pouvoirs insoupçonnés. Après, pour les amateurs d’Isekai, il y a des chances qu’il soit l’animé du genre pour la saison. A partir de là, on ne pourra se faire une idée qu’en attendant de voir ce que cela donnera après quelques épisodes. Re:Zero a été une très bonne surprise alors pas pourquoi cet animé ?

ShiroiRyu

Welcome to the Ballroom – J’ACHETE !!!

ballroom-e-y-koso-6140-429Une nouvelle série de Production IG mérite presque toujours une attention particulière, et en cet été plutôt sec autant dire que les regards se feront plus insistants. Ballroom e Yôkoso (Welcome to the Ballroom) est un manga de Tomo TAKEUCHI édité depuis 2011, et encore en cours de publication. Comme son nom l’indique, le sujet de l’anime sera la danse de salon, le genre de discipline qui fait rêver la ménagère tous les samedis devant TF1.

L’histoire suit le parcours de Fujita, un lycéen bon à rien qui découvre la danse après sa rencontre avec Sengoku, un professionnel du milieu. Il se trouve que Fujita a un très bon sens de l’observation qui lui permet de mémoriser facilement les mouvements, ce qui lui sera utile pour progresser dans la compétition etc.

On ne va pas se le cacher, ce type de récit ressemble à n’importe quel anime de sport où le protagoniste lycéen se découvre du jour au lendemain un talent inné pour telle ou telle discipline, et progresse dans la compétition de son trou perdu au Japon grâce à la force de l’amour et de l’amitié. Je n’ai pas lu le manga qui semble d’ailleurs avoir bonne réputation, mais après le succès critique et commercial d’une série telle que Yuri on Ice il va falloir faire fort pour redonner envie de suivre une série du genre aux ambitions plus banales.

Cela dit les premières bandes-annonces promettent au moins une qualité formelle digne de Production IG, le réalisateur Yoshimi ITAZU étant animateur de formation, ayant notamment bossé sur des films de haut niveau tels que Paprika, Le Vent se lève ou Miss Hokusai. Ce qui est plus que suffisant pour s’intéresser à Welcome to the Ballroom, d’autant que la série a été annoncée pour deux cours d’emblée ce qui promet une adaptation généreuse.

Deluxe Fan

The Reflection – Miroir, miroir, dis-moi qui est un héros

the-reflection-6125-600Les coopérations entre studios étrangers et japonais ne sont maintenant plus si exceptionnelles que cela. Et on pourrait même dire plus, mon cher Dupond/t : les coopérations entre Stan LEE et les japonais ne sont plus si rares que cela : après le manga Ultimo avec Hiroyuki TAKEI (Shaman King) et la série Heroman avec BONES, Stan LEE nous revient plus en forme que jamais malgré ses 70 ans passés avec cette fois-ci le studio DEEN. Et qu’importe si les deux dernières coopérations se sont avérées être des échecs, on la lui fait pas à Stan.

Bref. Forcément si on évoque Stan LEE, on va parler de pouvoirs et de super-héros. Un accident majeur a transformé le monde il y a maintenant plusieurs années. Le ciel a été obscurci par une étrange fumée noire, empêchant le Soleil de briller : ce fut The Event Reflection. Privée de lumière, l’espèce humaine a dépéri : les morts se comptent par millions et parmi les survivants, certains se découvrent des pouvoirs. Nommés The Reflected, certains choisissent de devenir des héros et d’autres des vilains (bouh !). Pour autant, un mystère demeure : d’où venait cette fumée noire qui a créé ce chaos ?

C’est au studio DEEN (Le Rakugo ou la vie, Log Horizon) que la série a été faite. Et autant dire que le style graphique tranche avec ce qu’on a l’habitude de voir. Style que l’on peut en partie attribuer au réalisateur Hiroshi NAGAHAMA , qui avait déjà fait parler de lui avec son adaptation du manga Les Fleurs du Mal et l’emploi de la rotoscopie. Le character designer est lui aussi pas mal dans le genre : les personnages sont l’œuvre de Yoshihiko UMAKOSHI, connu pour Casshern Sins et Heartcatch Precure. Pareil pour le directeur artistique : vous connaissez son boulot, il a bossé pour Shaft avec pas mal de Monogatari et Maria Holic, autant dire que créer des décors pétants est une seconde nature pour lui. Enfin, la musique est confiée à Trevor HORN. A part être occidental, pas de particularités à noter chez lui et son travail.

Qu’en penser ? Difficile à dire. Stan LEE a donné de sa personne en se fendant d’une présentation de près de deux minutes pour cette série qui semble lui tenir à cœur, quand même. Le peu vu met en avant une mise en scène et un style sortant de l’ordinaire pour un anime japonais, et le staff est tout de même alléchant, alors pourquoi pas. Reste à espérer que l’histoire et les personnages suivent…

La série sera disponible en simulcast sur Crunchyroll.

Rydiss

Kakegurui – Rien ne va plus

gambling-school-6128-689Parmi les séries qui attirent l’attention cet été, Kakegurui figure en première place. L’adaptation du manga de Homura KAWAMOTO et illustré par Tōru NAOMURA, qui débute sa publication en français, fera manifestement partie des séries à suivre ces prochains mois.

Le récit se déroule dans une école privée d’un genre spécial, puisque les élèves appartenant à la classe privilégiée ne sont pas évalués sur leur performance scolaire, mais sur leurs gains au jeu. En effet, des jeux d’argent sont organisés au sein de l’établissement et seuls ceux qui gagnent sont considérés, les autres étant rabaissés au rang de parias. L’héroïne Yumeko vient d’intégrer l’école, et se sent immédiatement à l’aise dans cet environnement ; prendre des risques au jeu lui donne du plaisir… littéralement.

Ce synopsis fait immédiatement penser à Gyakkyo Burai Kaiji, une autre fameuse série ayant pour thème les jeux d’argent. Et depuis lors il nous manquait de retrouver cette émotion particulière des paris, du jeu et du risque. Kakegurui semble justement porter l’attention sur ses personnages instables, ses jeux aux règles obscures qui autorisent tous les retournements de situation et font ressortir les aspect les plus grotesques de l’être humain.

Kaiji était réalisé à l’époque par Madhouse, il n’est donc pas si surprenant de voir Kakegurui chez MAPPA, le successeur spirituel du studio. L’anime sera réalisé par Yuichiro HAYASHI, animateur de formation et connu pour son excellent travail sur la série Garô et son film Divine Flame. Si la série Kakegurui dispose du même niveau d’animation on sera gâtés, et le trailer disponible semble nous le promettre. Pour toutes ces raisons, Kakegurui est la série sur laquelle je mise tout cette saison.

Deluxe Fan

Made in Abyss – Abyss Raider

made-in-abyss-6114-973L’aventure et le fantastique sont de mise cette saison avec Made in Abyss. Cette production est l’adaptation d’un manga (5 tomes) de Akihito TSUKUSHI, un type qui a fait ses armes dans l’animation en signant le charadesign de Otogi-jûshi Akazukin (un remix de certains contes de fées avec notamment un Petit Chaperon Rouge guerrière). Notre auteur a semble-t-il été marqué par son passage sur cette série car on retrouve pas mal d’éléments du conte dans sa dernière œuvre.

Les Abysses sont un territoire composé de mines, gouffres, cavernes et autres grottes inexplorés. Des créatures mystiques et dangereuses y vivent, et il est possible d’y trouver des reliques uniques que les humains sont incapables de reproduire. Malgré les dangers, ces contrées souterraines fascinent les humains et poussent certains d’entre eux à les explorer : les Cave Raider. Rico, une petite fille vivant à Osû, une ville surplombant ces Abysses, rêve de devenir Cave Raider, comme l’était sa mère disparue. Lors d’une sortie en groupe, elle tombe sur un androïde ayant le forme d’un garçon de son âge. Mais d’où vient-il ?

Le studio Kinema Citrus, connu pour Barakamon ou Norn9, sera en charge de donner son, lumière et mouvement au manga original. La réalisation a été confiée à Masayuki KOJIMA (Monster), auteur de nombreux storyboards. Le design des personnages tout choupi est l’œuvre de Kazuchika KISE, animateur talentueux qu’on retrouve aussi bien sur du Evangelion que du .your name. Quant au paysage, c’est Osamu MUSAYAMA qui les dessine, un type qui a bossé sur du Ghibli. Enfin, la musique sera composé par Kevin PENKIN (Norn9), un anglais qui s’en sort pas trop mal niveau musique d’après la bande-annonce.

Du peu que j’ai pu voir (une bande-annonce par ci par là), l’atmosphère particulière du manga, très attachant, semble respectée. Pour cette série dédiée à l’exploration d’un nouveau monde et à l’apprentissage, j’ose espérer que les moyens seront à la hauteur. Et que l’histoire sera emplie de péripéties.

La série sera disponible en simulcast sur Wakanim.

Rydiss

Mary and the Flower’s Witch – C’est pas de la copie, c’est un hommage

mary-to-majo-no-hana-6145-595Mary and the Flower’s Witch est le nouveau long-métrage de Hiromasa YONEBAYASHI, connu pour avoir été le dernier réalisateur que Ghibli a tenté de mettre en avant de fermer boutique. YONEBAYASHI avait notamment réalisé Arietty et Marnie, qui sont ne sont pas nécessairement les productions les plus marquantes du catalogue Ghibli. Mais qu’à cela ne tienne, le réalisateur est parti avec d’autres collègues fonder un nouveau studio intitulé Ponoc pour continuer à pomper tranquillement l’héritage de Miyazaki.

Car on ne peut pas dire de Mary and the Flower’s Witch qu’il tente de se démarquer franchement des productions de feu Ghibli. Adapté d’un livre pour enfant britannique paru dans les années 70, le film a pour héroïne une petite fille appelée Mary qui découvre qu’elle dispose de pouvoirs magiques faisant d’elle une sorcière. Cependant, il y a un inconvénient ; ces pouvoirs ne durent qu’une seule nuit. Emportée par un balai magique, elle se retrouvera dans une sorte de laboratoire de l’étrange où des animaux font l’objet d’expériences mystérieuses.

Le trailer disponible laisse à voir une direction artistique et une animation indissociables des films Ghibli, au point où cela devient presque un jeu de voir quel élément a été recopié sur quelle œuvre. De même, le choix d’adapter un roman jeunesse méconnu se situe dans la ligne que Ghibli avait adoptée durant les quinze dernières années de son existence. Une continuité assumée puisque MIYAZAKI lui-même est venu visiter Ponoc durant la production pour donner sa bénédiction au projet.

Mary and the Flower’s Witch vaudra le coup d’être vu ne serait-ce que pour soutenir les animateurs formés à Ghibli qui tentent de maintenir en vie leur savoir-faire. Mais en l’état il est difficile de voir ce film autrement qu’une tentative de récupération opportuniste, le disciple cherchant à se faire passer pour le maître en portant ses habits funéraires. Mary est prévu pour sortir en salles au Japon le 8 juillet 2017, et sera plus que certainement distribué en France ultérieurement.

Deluxe Fan

Et pour ceux qui nous accusent d’oublier vos petits chouchous, la liste exhaustive des sorties est disponible à cette page.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Pour relier le webzine à votre compte AK, cliquez ici.

Contrairement au reste du site, le webzine a été développé sous Wordpress. Vous pouvez toutefois utiliser vos identifiant et mot de passe Anime-Kun habituels pour vous connecter. Cette opération est facultative mais vous permettra, lors de la première connexion, de relier votre compte AK à celui du Webzine et ainsi laisser des commentaires avec votre pseudonyme AK.

Pour des raisons de compatibilité, les membres dont l'identifiant comportent des caractères spéciaux ou accentués doivent utiliser l'adresse mail avec laquelle ils se sont inscrits sur Anime-Kun.

Connexion