Une histoire de mauvaise mayonnaise.

» Critique de l'anime Mayo Chiki! par GTZ le
28 Août 2015
Mayo Chiki! - Screenshot #1

Une bonne cochonnerie de temps en temps ça fait pas de mal.

Bon ça commence pas fort, direct ça insulte les fans du bordel. Mais autant vous dire la vérité, je n'ai pas regardé cet animé par volonté propre, mais justement sous les recommandation d'un expert.

Le même m'ayant conseillé les Green Green, le truc avec le mec allergique aux missouilles, MM!, vous dire le domaine d'expertise du monsieur en question. Mais, encore un, n'est pas nié que celui-ci m'a aiguillé vers des chefs d’œuvres, comme un L'autre Monde, ou bien, plus simple dans le genre mais tout aussi excellent un Scrapped Princess, ou plus cavalier comme un Hare+Guu. L'homme a du savoir faire, mais conserve sa part de vice. Dans ce vice il est vrai qu'il existe des perles d'humours, des petites friandises où l'aspect graveleux est transformé en un spectacle dérisoire, jouissif et déluré. Tel un Seto No Hanayome.

Mayo Chiki! - Screenshot #2Ici n'est pas le cas.

Pourtant le début peut laisser croire. Certaines intentions, qui vont même durée de bout en bout, permette le sourire, voir un rire volé, soyons fou. Le concept est dérisoire, racoleur, pour être polie, reste un départ mouvementé, intéressant mais tellement mal exploité.

Mal exploité ? Non, finalement, l'anime représente ce qu'elle est. Revenons sur le monsieur en question, l'anime ici présente l'a largement contenté. Ce qu'il voulait voir y était présent, et même un peu plus au regard de la fin et de certaines images, osées pour rester correct. Tous les artifices étaient de la partie, la femme chat à lunette, la piscine et la plage, la petite sœur, la perverse, et ce qu'on se cachait honteusement en regardant Hayate, la version féminine du majordome en mode Tsundere, mais facile quand même parce que le héros à un handicap.

Les personnages ont du charmes, y a même une laissée pour compte, à couette parce qu'on est gourmand, vraie tsundere en l’occurrence, de celle qui croque jamais, plus deux trois trucs qui s'oublie au visionnage mais qui permettent d'esquisser un sourire de dépit, ou de fan acheté.

Mayo Chiki! - Screenshot #3Mais finalement, dirons nous, treize épisodes, cela ne fait pas tant de mal, cela passe vite, et occupe le temps. Il est vrai, je le reconnais, c'était mon objectif primaire au visionnage de cette série. Occuper le temps.

Attention, nous sommes ici entre gens d'expériences, avertis, culturés. Force est de reconnaître, pour occuper une telle place temporaire (c'est pas le bon mot je sais), il faut maîtrise et technique. Mayo Chiki, histoire de la nommé une première fois, mais on la nommera que deux fois, faut pas déconner non plus, a derrière une bonne machinerie, qui, oui ne fait pas forcément passé la pilule au plus endurcie des camarades les plus aguerris, mais crée l'illusion d'un moment passé, oublié. Comme on aime à faire quand on s'ennuie, quand on veut juste remplir ce surplus de temps qui nous est accordé, à nous nanti qui avons le privilège de nous gaver de cochonnerie.

Alors oui Mayo Chiki est là, et remplie la mission. Tel Secret Movie 12, elle nourrie cette part de nous, voyeuriste et affamée, et s'en lave les mains. Car elle n'est pas responsable de son existence, c'est nous qui aimons ça.

Voir de la merde.

4.5 (+ 0.5 car ça m'a quand même fait rire deux trois fois, et c'est déjà pas mal. Mais on arrondit pas à 5 faut pas déconner non plus.)

Verdict :4/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (10)
Amusante (8)
Originale (6)

8 membres partagent cet avis
6 membres ne partagent pas cet avis

A propos de l'auteur

GTZ, inscrit depuis le 09/06/2010.
AK8.1.13 - Page générée en 0.058 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.189655 ★