Critique de l'anime Ghost in the Shell

» par Dregastar le
11 Octobre 2011
| Voir la fiche de l'anime

Voyage a travers le temps dans le passé de la Japanime.
Ghost in the Shell et Major se débrouillent encore.

Bon moi perso j'étais décidé a faire un long break en ce qui concerne les critiques mais je ne pouvais pas m’empêcher de me réconcilier sur le divan avec mon stylo bic et venir ici vous faire partager mes impressions sur cet anime. Ghost in the Shell je l'ai revu y'a un mois environ et l'effet qu'il m'avait fait était plus que sympathique mais fâché avec mon bic j'ai laissé l'opportunité de rédiger ma critique et donc j'arrive ici aujourd’hui avec l'envie de rattraper le coup.
Ironie du sort j'ai le syndrome de la feuille blanche alors que j'en avait des masses a vous dire et pourtant c'est pas l'envie qui m'en manque.
Bon comme j'ai de la ressource je vais tchatcher en parler avec vous comme si entre amis nous discutions a la hâte entre deux cours dans les couloirs de la fac ou entre un casse dalle et deux coups de pioche sur un chantier en bâtiment.
Je vais être bref dans la bref'attitude qui me caractérise c'est a dire plutôt que de rédiger un pavé de rumsteck je vais juste vous mitonner une livre de chipolatas en espérant que ça le fasse et que la digestion vous soit agréable.

V'la un "Opening"qui débute bien et s'écoute avec attention car il a de la personnalité et une identité propre ne ressemblant a aucun autre et là c'est un bon début pour moi.
Assis sur mon canapé en cuir de buffle je ne peux qu'admirer sur mon écran large 127cm la qualité du design, du graphisme et la beauté des dessins si bien colorés pour une ambiance cyber-punk assuree et habilement animés pour ce bon vieux dessin animé.
Là d'entrée j'ai eu l’impression que cet anime est de ceux qui traversent les décennies pour s'inscrire dans la catégorie culte et démontrer qu'a l'époque pour peu qu'on le veuille comme de nos jours il était possible de faire de bonnes choses avec un gros effort de travail, des moyens techniques, des sous, du talent et de l'idée. Oui comme vous pouvez vous en douter mon impression s'est confirmé et na pas été démentie jusque la fin de cet anime et comme toujours il y'a un mais. Celui ci concerne le chara design de l'heroine, la belle brune froide nommé Major Motoko Kusanagi qui je trouve a béneficiée d'un traitement inégal sur la durée car là où je la trouvais belle sur la première demi heure malgré sa froideur, chose assez rare chez une belle brune qu'on qualifie plus souvent de piquante et bien sur la dernière demi heure elle ressemblait a un autre personnage. Car je la trouvais changé moins bien dessinée et pourtant mis a part les circonstances de l'aventure éprouvante quelle menait je ne trouvais pas d'autre justifications à cette inégalité de traitement qui me l'avait rendu semblable a un cachet d'aspirine sur pattes.
Sur le chara-design d'ensemble des autres personnages et bien je fut ravi tout me va!
Un autre point sympa et qui compte quant on fait parti de ceux qui habituellement ne regarde un anime japonais qu'en VOSF c'est le doublage français!
Je l'ai trouvé excellent et bien joué et si ils étaient tous ainsi peut être que je me mettrai de la VF plus souvent car on sent les doubleurs impliqués. C'est a souligner car de nos jours a contrario du dessin de de l'animation ça reste un domaine où quelques soient les différences d'époque ont est sur un pied d'égalité dans la création artistique. Le doublage on y met de l'application, du talent et de l'émotion si on veut que l'effet prenne et cette règle est immuable en 1995 comme en 2012.

Mis a part ça l'animation n'est pas en reste car je peux vous dire que dans la première partie du film on assiste a une course poursuite d'anthologie et encore aujourd'hui celle ci tiendrait la dragée haute a beaucoup de scènes d'actions de ce type.
Les combats sont réussi et le tout premier est un modèle du genre de combat au corps a corps et d'enchainements utilisant les arts martiaux qui me font penser qu'en plus d'avoir de belles gambettes le Major Motoko a un sacré jeu de jambes pour se taper contre ses adversaires.
Mon regret est d'avoir été sevré de ce type de scènes alors que certaines qui auraient pu être traitées de manière plus courte durent a l'infini et au delà, créant chez moi un sentiment proche de l'agacement qui a l'accoutumé est annonciateur d'un ennui probable et imminent.
Ceci dit je vous parle là du quasi monologue nécessaire et intelligent de la part d'un méchant dans l'histoire qui bien que surabondamment invité a rentabiliser son temps de parole ma mis le bourdon grave et ce malgré la réussite et l’intérêt suscité par celui ci.
Ha oui c'est le "the mechant of the story" qui fait partie de ceux me faisant penser un peu a des dieux omnipotent et omnicient sur l'univers dont ils dépendent. Un peu comme le héros invincible et tout d'un bleu scintillant du film Hollywoodien Watchmens (ou un truc qui se prononce comme ça donc désolé si j'écorche le nom).

Enfin tout va bien tout de même au niveau des impressions positive car sans aucun doute ce qui ma le plus emballé pour un film animé de cet époque c'est bien la réalisation que j'ai trouvé excellente. Car le génie était là de par la façon de présenter les personnages de choisir les scènes, les plans, de les faire évoluer et se succéder dans un style digne d'un thriller SF d'émancipation et d'action tout droit né des mains d'un magicien d'Hollywood. Comparable aux films que l'un de ces magiciens nous ont pondu tels Matrix ou celui que j'ai cité plus haut ou bien encore ceux cité par mon confrère en dessous, oui Ghost in the Shell a un coté grand cinema que j'aime. Il me revient en mémoire ces plans et ces moments filmé sous la pluie a mi jambe caméra a raz du sol dans une scène que je ne déballerait pas tout comme ce fameux premier combat avec sa musique en cloche lourde et du plus bel effet. En réalisation Japanimesque c'est le haut du panier de l'époque et qui n'a pas a rougir aujourd'hui quelque soit les progrès qui ont été fait car le style c'est justement d'en avoir un et de le demontrer avec audace.
Alors oui on peut dire que GITS n'a rien inventé et s'est nourrit de diverses oeuvres et qu'il n'apporte rien de neuf avec son coté cyborg qui ressent des émotions et se cherche a en espérer de devenir humain dans son besoin d'exister en tant qu'être a part entière. Mais voila a la réalisation le style est personnel et a ce niveau là il réussi tout de même au moins à se démarquer ou a se faire remarquer.
Là ces 3 dernières phrases que je viens d'écrire c'est le genre de celles que vous sortira en puissance mille notre ami the méchant qui mettra la section 9 sur les dents car oui notre héroine dépend d'une section d'élite en charge des affaires de cybercriminalité. Elle est soutenue et par sa hiérarchie dont les rouages ne nous échapperont pas tout comme son fidel coequipier Batou. Batou le fidèle avec son look à lunettes comme pas deux et avec son irrésistible voix me renvoyant a l'illustre acteur Scharzennegger version voix officielle made in France.

Je vais pas épiloguer longtemps et plutôt conclure sur le soin apporté au design, aux fonds, aux décors et oui bien sûr aussi sur celui concernant les plans en ville qui sont vraiment envoûtant apportant un réalisme certain a ce film. L'un des plus beaux plan filmé de pluie tombant sur une ville que j'ai pu voir en Japanime et bien c'est dans celui ci qu'il se trouve et j'ai toujours admirer les représentations de villes dans les dessins animés surtout quant elle sont particulièrement mises en valeur et réussie.
Quant à l'ending a lui seul on peut en faire une critique élogieuse alors ça se passera de commentaire pour ma part si je veux pouvoir conclure sur ce 8,5 que j'avait initialement en tête et que j'associe a un 5 étoiles mérité. Ce maximum d'étoiles je l'offre pour le respect et l'admiration que j'ai pour la réalisation éblouissante dans Ghost in the Shell le film. Cela malgré la deuxième et fin de partie pas complètement a la hauteur de la première qui elle était plus que réussie.
Enfin sinon N'hésitez pas avec la série ''Stand Alone complex" c'est du tout bon mais passez par ce film dans un premier temps si vous me permettez ce conseil.

Voila c'est fini pour les chipolatas que j'ai cuisiné en quantité plus que prévue et il me reste donc qu'a vous souhaiter une bonne séance que vous soyez néophyte ou que vous l'ayez deja vu.
Voila merci et c'est tout pour moi.

Verdict :9/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (4)
Amusante (0)
Originale (0)

4 membres partagent cet avis
1 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Dregastar, inscrit depuis le 16/06/2011.
AK8.1.13 - Page générée en 0.052 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.174925 ★