Critique de l'anime Kanon [2006]

» par Cheesus le
12 Mai 2009
| Voir la fiche de l'anime

La qualité technique de l'animation et du dessin est très bonne. Toutefois, la virtuosité ne suffit pas pour élever au statut d'œuvre remarquable un assemblage au fond médiocre.

Sur les protagonistes, d'abord : bien que tous les personnages restent sagement habillés, on est indubitablement dans le fan service. On a un petit jeune homme qui est constamment entouré de demoiselles qui s'accrochent à lui. S'en suit un déluge de bons sentiments : amour plus ou moins fraternel, protection paternaliste, attachement velcro, etc. et des situations finalement très valorisante pour notre héros. Si ce n'est pas pour satisfaire les basses pulsions d'identification de l'adolescent mâle, alors il faut m'expliquer à quoi sert un tel montage, de tels choix de réalisation. D'autant plus que Yūichi va systématiquement tenter de les protéger des coups du sort, parce que c'est connu, les filles ont besoin des mecs pour les défendre. J'appelle ça du machisme pur et dur, tout bonnement. Ensuite ce style kawaii qui fait passer les filles (les mecs, eux, ne sont pas dessinés avec des yeux qui remplissent toute la figure) pour des gamines, le script pour des cruches attardées, sans compter leurs voix haut-perchées à l'hélium, ça n'arrange rien. Certes, l'infantilisation de certains personnages cadre avec le scénario, mais sa généralisation laisse à penser que l'idée n'a même pas effleuré les concepteurs et que ce concept n'est là que pour donner un genre. Je trouve cela insupportable. Dans le contexte d'une parodie, je veux bien, mais là...

Sur ce point, j'ai eu l'impression de revoir les scènes « Nyu » d'Elfen Lied, une autre mauvaise expérience en terme d'animé et de gâchis scénaristique (un massacre, au sens figuré). Ah, là aussi on a des filles qui s'accumulent de manière surréaliste dans la maison du protagoniste masculin...

L'intrigue, qui s'étend quand même sur 24 épisodes (soit près de huit heures d'histoire), reste plate et superficielle. C'est d'autant plus rageant que le schéma narratif, constitué de sous-histoires qui se superposent et s'entremêlent (d'où le titre), aurait pu donner naissance à un scénario et une mise en scène beaucoup plus poussés. Quand le dernier épisode se termine et révèle les dernières clés, il ne reste plus grand chose : aucune matière à réflexion, aucune idée forte qu'on emportera avec soi ou dont on discutera à bâtons rompus, aucune grille de lectures multiples, aucun point de vue marquant sur le monde ou la société.

Et même en tentant de le prendre comme un simple divertissement, on a encore l'impression de s'être fait avoir. On a droit à du mélodrame de bas gamme, tout juste larmoyant tellement les ficelles sont énormes comme des amarres de navire porte-container.

Autre chose : la musique des génériques est épouvantable. Mais c'est un point commun à bien des animés...

Pour rendre justice à Kanon, il faut tout de même signaler la belle ambiance poétique dégagée par le contexte hivernal : blancheur des paysages, chutes de neiges récurrentes... Ou encore le mystère se dégageant des passages en voix off au début de certains épisodes.

Finalement, cet animé, pourtant applaudi par la critique, a été pour moi une grosse déception. La forme y est pénible et le fond laborieux. Kanon comportait pourtant des éléments très prometteurs, mais leur développement s'est avéré insatisfaisant.

Verdict :4/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (1)
Amusante (0)
Originale (0)

1 membre partage cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Cheesus, inscrit depuis le 09/01/2009.
AK8.1.13 - Page générée en 0.033 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.217261 ★