Kyôkai no Kanata – KyoAni finds a way

» Critique de l'anime Beyond The Boundary par Deluxe Fan le
06 Août 2014

Kyoto Animation est un studio que l’on pardonne moins facilement que les autres. Le succès rend les gens méfiants, et la méfiance rend les gens vindicatifs. Cette leçon, le studio l’aura apprise à ses dépens avec Kyôkai no Kanata, série d’automne 2013 issue d’un light novel édité en interne.

En choisissant de réaliser un anime fantastique/action, KyoAni semblait prendre une direction nouvelle. En réalité on y retrouve toutes les qualités et tous les défauts de ce genre de séries pour otakus ; et dans les deux cas, tous les curseurs sont poussés au maximum.

Ainsi, l’animation et la mise en scène sont d’une qualité que l’on ne peut pas qualifier autrement que d’indécente, voire même d’obscène. Les mouvements sont étudiés à la frame près, les effets spéciaux sont exceptionnels et l’anime se permet de rester constamment excellent tout du long. Une bonne partie des soi-disant blockbusters animés de ces derniers temps peuvent retourner se coucher. Même dans ce fameux épisode filler dans lequel les personnages imitent des idols, l’animation des mouvements de la chorégraphie envoie chier la majorité des animes qui ont justement les idols pour thème principal. A ce niveau, c’est juste de l’insolence pure et simple.

Le paroxysme est également atteint dans le sens inverse, avec des personnages que l’on aura rarement connu aussi agaçants. Au lieu d’être définis par leurs actions dans l’histoire et par des traits de caractères, les personnages sont ici définis par des fétiches, des mimiques, des tics de langages. Kanbara aime les filles à lunettes, Machin aime les petites sœurs, Bidule aime les bonzaïs… On a affaire là au pire du pire de la mouvance moe, dans laquelle les personnages sont transformés en fétiches prêts à être détournés par le public. Le personnage de Mirai est tellement excessif dans sa tentative d’attendrir le spectateur qu’elle n’en devient que plus irritante. Les dialogues trahissent également l’admiration de l’auteur du LN pour Nisioisin et toute cette vague "d’auteurs" qui considèrent le dialogue non pas comme un moyen mais comme une fin en soi…

Le récit à proprement parler est relativement efficace, sans toutefois réserver de véritable surprise. En fait, l’écriture n’est pas fondamentalement mauvaise mais pas mal d’incomplétudes et d’erreurs empêchent de profiter à fond des meilleures scènes de la série. L’apparition du personnage de Inami est loupée, le personnage du méchant est bâclé, les intrigues liées à la famille Nase auraient dû prendre plus de place... Une écriture inaboutie que compensent tant bien que mal les combats, le tout soutenu par une bande-son aux accents mystiques et exotiques étonnamment réussie.

Malgré une valeur de production immense et de très gros efforts pour draguer le public otaku, Kyôkai no Kanata fera un petit flop au Japon, la série se situant parmi les moins bonnes performances de KyoAni ces dernières années (elle s’est vendue plus de deux fois moins bien que Hyouka, trois fois moins que Chuu2koi et sept fois moins que Free). On serait tentés de se moquer de cet échec, mais cet insuccès inexpliqué rend la série finalement plus sympathique que ses intentions.

Verdict :7/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (21)
Amusante (1)
Originale (0)

20 membres partagent cet avis
2 membres ne partagent pas cet avis

A propos de l'auteur

Deluxe Fan, inscrit depuis le 20/08/2010.
AK8.1.13 - Page générée en 0.036 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.171382 ★