Kyoukai no Kanata, quand KyoAni fait dans le surnaturel....

» Critique de l'anime Beyond The Boundary par Anon le
20 Décembre 2013
Beyond The Boundary - Screenshot #1

La surprise, en effet, était grande. KyoAni et ses multiples slice of life tous superbes bien que d'intérêt variable s'élance dans l'anime surnaturel (et seinen, qui plus est).
Kyoukai no Kanata ( traduit par Beyond the Boundary, "par delà les frontières", ce qui n'est pas tout à fait exact car le terme correct est "par delà l'horizon" mais bon, passons) raconte l'histoire d'Akihito Kanbara, un adolescent qui bien qu'en apparence normal est en fait semi-yomu (appelés yomus ou ombres oniriques, ces monstres sont bien des yokais, hein, y'a pas de différences) et immortel de surcroît.
Ce garçon va empêcher une jolie demoiselle à lunettes, Kuriyama Mirai, de se suicider, et c'est là que tous ses ennuis vont commencer.

Chara design et animation

Bah, c'est du KyoAni. Certes, ça veut dire que c'est du moe et l'air assez adulte des personnages sur les illustrations de la LN passe à la trappe. Mais c'est superbe. Les couleurs sont juste à couper le souffle, les effets (telles les particules vertes et argent ou les barrières en carrés bleus) impeccablement réussis. L'animation, bien que l'on regrettera une certaine propension à nous faire défiler des images fixes ainsi qu'un certain manque de punch dans une majorité des combats, est parfaitement bien fichue, bref, et c'est là le gros point positif de l'anime, c'est que c'est un vrai plaisir pour les yeux.

Beyond The Boundary - Screenshot #2Musique

L'opening résume à la perfection l'anime: tout doux au début, il passe soudain la vitesse supérieure, autant dans les images que la musique. Dommage cependant que la voix de la chanteuse devienne insupportable.
Même les endings de Natsume Yuujinchou ne m'auront pas autant marquée que celui de Kyoukai, d'abord parce qu'il est superbe visuellement et surtout parce que la musique et la chanson (le chanteur est un homme, ça aide) sont juste excellents à écouter. Une grosse mention à ce générique de fin, donc.
L'OST en général est plutôt pas mal avec un air récurrent très bon qui donne une ambiance mystique sympathique.

Scénario

Autant le scénario en lui même est tout à fait digne d'intérêt, autant il a tendance à être gâché par un mauvais découpage. Or, quand on a une série de douze épisodes, mal gérer son temps est un point noir.
En effet, l'histoire est très bonne. Notons qu'il s'agit d'un seinen et que l'intrigue comme les personnages sont plus complexes qu'il n'y paraît. Tous garderont leurs motivations bien cachées, et certaines ne seront même pas dévoilée à la fin de l'anime. L'intrigue nous balance surprise sur surprise ce qui nous laisse finalement totalement indécis quant à la conclusion, car au moment où on pense avoir compris le fil conducteur, il y a toujours un événement pour venir bouleverser les choses.
Mais....
Décidément, le découpage n'est pas bon. Les deux premiers épisodes, même s'il y a un léger regret quant au premier pas aussi percutant qu'on l'aurait souhaité, sont équilibrés. Par contre, on débarque au troisième, et là tout va beaucoup trop vite, on ne comprend rien à rien et personne ne se donne la peine de nous expliquer.
Après la merveille qu'est l'épisode 4, nous avons la désagréable surprise de tomber notamment sur un entièrement dédié au fanservice, digne de KyoAni et qui en fera rire plus d'un, mais inutile et même gênant quand on sait tout ce qu'on aurait eu le temps de développer dessus.
C'est à partir de l'épisode 8 que, malgré cet éternel et frustrant manque d'énergie, Kyoukai s'élance sur le gros de son intrigue. On nous en balance plein la tronche (pensez qu'il faut attendre l'épisode 10 pour comprendre ce qui c'est passé dans les neuf précédents) et l'anime est de mieux en mieux, pour se conclure de bonne manière, en faisant convenablement passer les émotions sans trop en faire. Le côté un peu trop manichéen lié à un certain "méchant" est fort heureusement atténué par tous les autres et même les gentils dont les objectifs sont finalement peu nets. Une intrigue qui sans ce manque de réflexion serait parfaite....dommage dommage.

Beyond The Boundary - Screenshot #3Personnages.

Le GROS gag de cet anime, ce sont les personnages.
Je vous l'explique: ils sont géniaux.
Akihito Kanbara est un sans faute niveau personnalité et comportement. Meutri mais pas trop, obsédé de lunettes mais non dépourvu d’intelligence, les défauts et les qualités de ce protagoniste sont dosés à la perfection, faisant de lui un personnage très, très intéressant à suivre, accessoirement super classe (il est à moitié ombre, après tout) et dont on ragera de n'avoir eu de meilleures précisions sur son background.
Impossible de parler d'Akihito sans citer Hiro'omi, chasseur d'esprits aux comportements un peu louches et à l'éternel (et parfois inquiétant...) sister complex. Jonglant impeccablement entre humour et sérieux, ce personnage fort charismatique sera un peu mis en retrait vers la fin, et c'est bien dommage car il est très, très bon. Je tiens quand même à préciser que ce type se bat avec une ÉCHARPE et qu'il a quand même la classe!
Qui dit Hiro'omi dit sa soeur, Mitsuki, qui ne cesse de me faire penser à une version un peu moins agressive de Senjogahara de Monogatari tant elle a une langue bien pendue et un caractère de cochon. Elle aurait mérité plus d'approfondissement également.
Les secondaires, plus ou moins exploités, ont tous des personnalités intéressantes et leur rôle à jouer, pour certains (la mère d'Aikihito notamment) plus important qu'il n'y paraît. Mention spéciale au super badass féminin, Izumi Nase.
Alors le gag, il est où?
Il est dans l'héroine de l'histoire.
Kuriyama Mirai. Mignonne, blonde, à lunettes, dotée d'un super pouvoir à la Deadman Wonderland (contrôle du sang) cette jeune demoiselle pourtant intrigante accumule les clichés en persistant à se comporter comme une fille de shojo qui se serait planté d'anime. Juste insupportable les trois quarts de la série, on ne prend pas au dramatique qui imprègne sa vie tant il semble être là pour essayer de nous faire digérer le personnage. Hallucinant que ce malheureux Akihito sans lequel elle ne vaudrait pas un cachou persiste à lui venir en aide. La fin de l'anime essaie de redresser la balance et y parvient quelque peu, mais Mirai reste définitivement une héroïne agaçante et même détestable. A se demander pourquoi l'auteur de la LN a souhaité pourrir son histoire bourrée d'excellents personnages avec une MC pareille.
De plus, on regrettera certains personnages originaux à l'anime, car autant la petite Ai s'intègre parfaitement dans le récit, autant l'histoire de Sakura s'avère assez mal goupillée.

En résumé, Kyoukai no Kanata est un excellent anime, dont les défauts plus ou moins gros sont heureusement éclipsés par de très gros et nombreux points positifs. Une très bonne série de cette année 2013.

Les plus
- Chara et animation de KyoAni
- Bon scénario
- Majeure partie des personnages très intéressants.

Les moins
- Mauvais découpage des épisodes
- Un manque d'énergie souvent regrettable
- Une héroïne qui n'a rien à faire là.

Pour le fichu suspens des trois derniers eps, je mets 7.5

Verdict :7/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (5)
Amusante (1)
Originale (0)

3 membres partagent cet avis
12 membres ne partagent pas cet avis

A propos de l'auteur

Anon, inscrit depuis le 28/07/2013.
AK8.1.13 - Page générée en 0.05 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.169636 ★