Critique de l'anime Nodame Cantabile (TV 1)

» par Sirius le
08 Août 2009
| Voir la fiche de l'anime

Je ne distingue pas un Mozart d’un Chopin, un hautbois d’une clarinette. Cela ne m’empêche pas d’aimer la musique. S’il est inutile d’avoir des notions pour regarder Nodame, il est conseillé d’apprécier la musique classique dans la mesure où récitals de piano et orchestres symphoniques forment l’essentiel de la série.

La réalisation n’échappe pas aux clichés du genre. L’héroïne se trouve parfois soudainement transportée en plein milieu d’une forêt pour représenter les sensations que lui procure la musique. Plus grave, des fleurs viennent décorer l’écran de manière totalement inopportune, tel un manifeste exagéré de la floraison musicale. Pire encore, le public ne connaît pas une des règles élémentaires de politesse : réserver ses remarques pour la fin. J’ai aussi peu goûté à la manière trop statique dont Chiaki est représenté quand il dirige. Heureusement, le mouvement des doigts sur le piano rattrape le coche.

Nodame Cantabile, c’est surtout la pétillante Megumi. Les cheveux en bataille, souvent habillée de manière désuète, toujours avec ses petites mimiques, je suis tombé raide dingue de la jeune fille. Et surtout, elle est doublée par la grande Kawasumi Ayako qui a notamment prêté sa voix à Kanako (Genshiken), Aoi (Bleu Indigo), Fuu (Samurai Champloo) et Saber (Fate). Avec Megumi, elle réalise une performance de premier plan : j’ai été séduit par sa voix, son rythme, son intonation, sa manière de scander les mots et de varier les tons, du plus burlesque ou plus amer. Ses onomatopées sont simplement irrésistibles : les « gyabo » et « mukya » pullulent sans avoir de valeur fixe.

Je me demande encore pourquoi j’ai dévoré les deux saisons de Nodame Cantabile. Peut-être l’effet de la romance sous-jacente ? J’avais envie de voir comment la relation entre Megumi et Chiaki évoluerait. Vous conviendrez qu’elle n’est pas banale : dès le départ, Megumi a un semblant de coup de foudre pour le jeune homme. Cela semble burlesque dans la mesure où son comportement est inédit : elle se déclare à Chiaki sans jamais se décourager devant son indifférence, lui colle sans arrêt aux baskets et squatte chez lui pour la popote. Elle s’affiche sans gêne avec celui qu’elle appelle « son fiancé » ou dont elle joue la parfaite mariée. La manière totalement décalée dont Megumi essaie de séduire Chiaki ne manque pas de surprendre et rompt avec tous les clichés romantiques.

Il n’y a pas de prises de tête romantique dans Nodame Cantabile et finalement il ne s'y passe pas grand chose. C'est juste une ode à la musique classique pure et dure qui met en scène une héroïne à laquelle on s'attache.

Verdict :9/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (1)
Amusante (0)
Originale (0)

1 membre partage cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Sirius, inscrit depuis le 16/07/2007.
AK8.1.13 - Page générée en 0.041 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.174886 ★