Quel est votre prix à payer ?

» Critique de l'anime Darker than BLACK par Baaron le
12 Novembre 2017
Darker than BLACK - Screenshot #1

Que dire de Darker than Black ?

J’ai beaucoup aimé cet anime, pourtant je suis toujours très embêté quand il s’agit d’expliquer pourquoi. En effet mon ressentit sur l’œuvre est assez flou, je suis seulement sûr que je l’aime, mais j’ai beaucoup de mal à en dégager de grandes qualités, alors qu’il est facile de lui trouver des défauts. Darker than Black c’est pour moi cet anime qu’on aime mais qu’on assume pas trop, pace qu’au fond on sait bien qu’il n’est pas aussi bien que ça. Je pense que chaque amateur d’anime sur cette terre en a au moins un comme ça. Si je devais dire ce qui m’a plu dans cet anime je pourrais dégager deux points principaux : L’univers et l’ambiance. Si les deux semblent intimement lié ce n’est pour autant pas tout à fait la même chose. Durant cette critique je vais essayer de faire cette distinction et de comprendre pourquoi j’aime cet anime.

Le scénario :

Nous sommes au XXI è siècle à Tokyo, il y a quelques années de cela une porte est apparu détruisant une partie de la ville, elle est appelée Porte des Enfers et a provoqué de nombreux bouleversement. Le ciel étoilé a disparu et les points lumineux qui brillent dans le ciel ne sont que de fausses étoiles, chacune d’elle figurant la vie d’être doté de pouvoir surnaturel, les Pactisant. Il est à noté qu'a la mort d'un Pactisant son étoile tombe, ce qui est un très belle idée à mon gout. Ces Pactisant ne sont plus tout à fait humain, privé d’émotion et ne suivant que la logique chacun possède en outre un pouvoir et un prix. A chaque utilisation du pouvoir le Pactisant doit en payer le prix, cela peut être n’importe quelle action absurde, allant de se briser un doigt à manger un œuf à la coque. Le concept des prix à payer est une très bonne idée à mon sens.
L’existence des Pactisant est tenue secrète par les gouvernements du monde et une organisation internationale est en charge de l’étude de la porte et des Pactisant. Ce monde est donc plongé dans des jeux de pouvoir un peu tordue entre les différentes puissances qui cherchent à prendre l’avantage sur leur camarade dans la compréhension de la nature de la porte. Ainsi des agences de renseignements du monde entier agissent à Tokyo pour le plus grand malheur des pouvoirs locaux, dont fait partit l’un de nos personnage principaux l’agent Misaki Kirihara.
En plus de tout-cela, certain Pactisant agissent pour leur propre compte et une organisation secrète très influente, appelé le Syndicat semble gérer un grand nombre de cellules opérationnelles agissant en son nom. Nos autres personnages principaux font partie de l’une de ces cellules.
La force du scénario est sa capacité à nous raconter plusieurs histoires parallèles, on suit les actions du personnage principal Hei, un Pactisant et un agent du syndicat qui accomplit les missions qu’on lui confie, tout en se questionnant parfois sur celles-ci. Dans le même temps on suit l’investigation mené par l’agent Kirihara qui enquête sur les actions des pactisant et particulièrement sur celles de Hei, connut sous le nom de code BK 201. On nous montre également les actions des de différents groupes de Pactisant en activité à Tokyo, certain faisant par exemple parti du MI 6.
La faiblesse du scénario se trouve pour moi dans le format adopté par l’anime. Il s’agit pendant une grande partie de celui-ci d’une suite de sous-intrigue intéressante mais sans lien particulier et ne dépassant pas les deux épisodes. Ainsi il y a un cruel manque de liant, de fil rouge, Hei se contentant pendant un gros morceau de l’anime de remplir les missions qu’on lui confie. Mais ces missions sont très intéressantes et ont un propos, les pouvoirs des personnages sont bien trouvés. Mais ce n’est pas vraiment la trame principale qui sert l’anime, mais plutôt l’univers et les personnages.

Darker than BLACK - Screenshot #2Les personnages :

La plupart des personnages sont intéressants et bien développés, ce qui n’est pas une mince affaire car ils sont nombreux. L’anime parvient à nous faire nous attacher à des mafieux car c’est ce qu’est le Syndicat, une vaste mafia et à des gens qui ne ressentent pratiquement rien. De nombreux Pactisant sont très charismatique, cela est autant dû à leur pouvoir qu’à leur personnalité. Les personnages secondaires sont souvent très réussis et les personnages principaux ne sont pas en reste.
Hei qui est probablement le personnage d’anime avec le plus d’alias dont voici une petite liste : Hei, Li Shengshun, BK 201, la Faucheuse des Ténèbre, le Pactisant masquer… C’est un personnage principal attachant malgré son caractère, il se pose des questions sur ce qu’il fait, il est puissant et compétent. De plus la dualité entre sa vie quotidienne de jeune expatrié chinois et ses affaires nocturnes d’assassin du Syndicat est très sympathique. Il est en outre nimbé de mystère ce qui en fait un bon personnage principal.
Il est accompagné de Mao, un pactisant visiblement coincer dans un chat qui sert surtout d’espion pour le groupe, de Yin, une Doll, soit un être privé de volonté ou presque qui peu projeter un observateur hors de son corps toujours pour espionner. Enfin il y a Huang, un humain et l’agent de liaison avec le syndicat qui gère le groupe et méprise les Pactisant qu’il juge sans âme et dangereux. Les interactions entre les personnages si elles ne cassent pas trois pattes à un canard sont bien pensées et agréable à suivre.
Le personnage de Kirihara est aussi assez intéressant et développe le point de vue des humains presque ordinaire, car même si elle sait pour les Pactisant, elle n’est qu’une pièce de la machine et beaucoup de chose lui sont cachées.

Darker than BLACK - Screenshot #3La technique :

Techniquement il n’y a pas grand-chose à dire, visuellement c’est très bien pour un anime de 2007, le chara design est bon, les combat et l’animation sont fluide. On évite le problème des plans fixes faussement animé, ce qui est plaisant. Certains personnages ont des gueules qui ressortent un peu de la masse calibrée dont on a l’habitude, notamment Huang qui n’est visuellement pas « lisse ». Ou même Li qui ne correspond pas vraiment aux standards visuels d’un héros de ce genre d’anime.
Niveau musique c’est très correct mais les osts restent discrètes et aucunes ne m’ont marqué. L’opening est sympathique mais sans plus et j’ai déjà oublié l’ending. Les arrières plan sont beau et suffisamment détaillé pour aider à l’immersion.

Et donc…

Darker than Black c’est vraiment bien, l’anime à quelque défaut et le principal est une histoire un peu décousue qui a tendance à beaucoup trop s’accélérer sur la fin. Certains points de l’intrigue ne sont pas bien éclaircis mais il y a une seconde saison pour ça, je l’espère du moins. L’univers et les personnages sont intéressants et l’anime à un propos sur l’humain et ce qui fait de nous des Hommes. Techniquement c’est tout à fait correct. Ce n’est pas l’anime du siècle et il est fort probable qu’il ne vous laisse pas un souvenir impérissable, mais il m’a fait un très bon effet. Il y a une sorte d’alchimie qui fonctionne bien et je pense que ce qui supporte l’anime c’est les personnages. Leurs interactions entre eux et avec le monde crée une ambiance assez unique et efficace. J’ai beaucoup de mal à mettre une note à Darker Than Black tant j’ai peur de le surévaluer ou de le sous-noter en cherchant à éviter le problème précédent. Mais je suis arrivé je pense à un bon compromis, je lui met 7.5, pour le site ce sera 8 parce que je ne peux m’empêcher de l’aimer même si j'ai conscience de ne pas avoir vue certains de ses défauts.

Verdict :8/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (5)
Amusante (0)
Originale (0)

1 membre partage cet avis
1 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Baaron, inscrit depuis le 19/09/2014.
AK8.1.13 - Page générée en 0.051 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.128229 ★