Critique de l'anime Soul Eater

» par Selty le
18 Juillet 2011
| Voir la fiche de l'anime

Soul Eater Super : superficial showtime, useless creature dancing under the moon.

I) Beaucoup d’attentes, peu de satisfaction, c’est le revers de la médaille lorsque l’on propose ce genre d’anime. Cartes sur table, on avance ses pions, cool, perfectionniste, mégalo, qu’importe le fond puisque la forme est belle et parle à l’imaginaire collectif.

Histoire :

Le pitch est simple et bien lustré : à Death City (ref Death valley) comme ailleurs, des malfaiteurs commettent des crimes à l’orée d’un bois ou à l’ombre d’un vieux bâtiment.

Sans attendre nul châtiment, un rire sardonique et débilisant au creux des lèvres, chacun laisse dodeliner son corps ivre de méfaits face à une malheureuse brebis prête à être sacrifiée.

Mais c’est sans compter sur l’aide des brillantissimes étudiants de l’école de la Shibusen, toujours pleins de courage et autres valeurs, comme l’amitié aveugle et la protection a tout prix des plus faibles –même s’il faut y laisser corps et âme.

Mais le sauvetage d’innocents n’est pas gratuit : il se paye par l’âme corrompue d’un criminel ayant perdu tout sens humain – ce qui justifie le fait de tuer gratuitement, thanks good vs evil-. Une foi 99 âmes gangrenées par le mal, récoltées et une de sorcière ajoutée, "Shinigami-sama", père de la shinigami, transformera l'arme du jeune héros en "Death scythe".

Concept :

Le but de l’histoire est donc que nos couples de héros –celui qui est une arme, et celui qui est un manieur- pourchassent les vilains, et, sans pitié, s’approprient leur âmes.

Le problème c’est que c’est comme ça que ça commence, et c’est pas du tout comme ça que l’histoire se déroule. Dans ce cas on se dit à quoi bon avoir trouvé cette histoire de Death Scythe si c’est pour prendre une autre route à peine 1 /4 de l’histoire plus loin ?

Rassurez-vous, il s’agira toujours d’une bataille du bien contre le mal, avec les boss, les boss finals, et les héros qui lvl-up tous les 10eps : stylé.

Univers :

Le monde de Soul Eater est encore ce qu’il y a de plus intéressant : il regorge de clin d’œil et de mystères. On peu imaginer qu’il s’agit géographiquement d’un monde proche du notre (on fait référence à plusieurs pays existants au fil de l’histoire), mais confondu avec le monde de l’imaginaire.

On y retrouve quelques créatures mythiques plutôt basiques (pas besoin d’une grande culture historique/mystico-mythique et antique pour s’y retrouver, n’importe quel crétin peu ou prou intéressé par harrypotter ou les RPG comprendrons) : les golems, les diablotins, les démons, les chasseurs de démons.

Mais aussi des personnages contemporains tels que : Jack l’éventreur, billy the kid, frankenstein, la méduse, al capone pour ne citer qu’eux, dont la représentation manque totalement de réalité historique, et qui, mêlés au reste forment un ensemble non pas minable, mais plutôt absurde ou aberrant.

Ou encore des reprises de films existants : influences burtoniennes comme cela a été dit très justement, notamment bittle juice au niveau des couleurs, mais aussi le concept des châteaux ambulants, la présence de shinigamis ou d’Excalibur.

Dommage pour ceux qui ne comprendront pas le grand nombre d’autres ref planqués dans tout et n’importe quoi.

–profitons de cette citation pour noter que la dualité entre le bien et le mal dans chacune des représentations imagées, ou présentes, dans Soul eater est parfaitement maîtrisée. Pour une épée sainte, on a une épée démoniaque, pour une lune sadique, un soleil apeuré, un kishin pour un shinigami, une arme pour un manieur etc etc-.

Enfin, ce que l’on peut trouver de plus intéressant selon moi : les inventions propres au monde de Soul eater. A savoir le concept d’outil maniables « death scythe », mais aussi « les outils démoniaques», le groupe des 8 dieux de la mort, le sang noir, la lune sadique et le soleil, le mystère des 99ames et âme de sorcière entre autre. Malheureusement, ce sont le plus souvent ces concepts intéressants qui sont laissés à l’abandon, pour lesquels nous manquerons tout au long de la série d’explication autre que leur existence propre, et qui m’a donc menée à penser à cette maxime populaire qu’est ma phrase d’accroche : qu’importe le fond puisque la forme parle.

Voilà, donc pour résumer cette partie, l’anime aurait gagné en substance si le monde original de soul eater avait été mieux pensé, et surtout plus développé.

La sensation laissée est que le vide de substance a été compensée par l’imaginaire collectif déjà existant et maintes fois exploité.

Personnages :

Constat mitigé ici, encore à développer. Un point intéressant tout d’abord, puisque nous n’avons pas a proprement parlé de persos principaux.

Je m’explique : si l’on devait déterminer qui sont censés êtres les héros –et qui se démontrent via les aléas de l’histoire-, - je dirais que c’est forcément Maka et Soul. Mais ce qui m’a interpellé justement, c’est que de savoir qui occupe cette place n’a pas vraiment d’intérêt. En effet les rôles sont très bien dispatchés dans Soul Eater, à l’instar d’un anime doté d’une structure mature, on a plusieurs personnages dominants chacun ayant un rôle a jouer décisif, mais personne ne s’approprie seul une grande victoire, ou un fait, c’est l’alliance de tous qui crée la force d’un seul. Au-delà des bons sentiments, ce fait aide beaucoup au développement de l’histoire, et ça évite trop de redondance dans les combats.

Seulement certaines incohérences subsistent. On se demande comment les jeunes héros progressent si rapidement et combattent des forces contre lesquelles ils ne sont pas initialement préparés à lutter.

Beaucoup de crédibilité disparaît de ce fait, comme exemple non spoilant, je parlerait de la force de Dr Stein, et globalement, des Death Scythe censée être sans comparaison possible avec celle de maka, Black Star ou Death the kid, et qui n’arrive pas toujours à combattre ceux que les jeunes héros affligeront facilement.

Parlons justement du caractère des personnages. Nous pouvons déjà dire que tous correspondent au schéma classique de l’anti-héros, sans doute pour augmenter le taux de sympathie potentiellement inspiré.

Dans les personnages dits principaux, on retrouve les jeunes héros :

Maka Albarn : fille d’un death scythe et d’une manieuse légendaire, elle manie Soul Eater Evans, un jeune homme mystérieux apparemment pianiste dont le passé sombre ne sera jamais révélé, et qu i s’entête à tout trouver « cool » ou « pas cool ».

Black Star : personnage irritant (je trouve), déterminé à devenir plus fort que tout le monde, voulant « surpasser les dieux » (au détriment d’Einstein). C’est le ressortissant d’un gang machiavélique payé à gage, le gang « hoshi », il manie Tsubaki, frêle fleur sans saveur mais arme redoutable.

Death The kid, fils de shinigami-sama, perso le plus intéressant à mes yeux, hyper complexé, il est obsédé par la symétrie et devient malade lorsque quelque chose échappe à son contrôle. C’est un personnage extrêmement comique et cool à la foi, il manie non pas une mais deux armes, deux jumelles dont le passé est ici à moitié révélé, et qui entretiennent le lien d’amitié le plus crédible avec leur manieur de la série.

Crona : perso extrêmement intéressant également, ayant une psychologie bien plus complexe et humaine que les autres malgré l’apparence. De par son déchirement familial, et son isolement affectif, elle est craintive et timide, mais possède un grand pouvoir, elle manie Ragnarok, l’épée maudite.

Parler des persos secondaires intéressants engendrerait trop de spoil, je passe donc au point suivant.

II) Le chara design est vraiment sympa. Il a quelque chose en lui-même qui résume la série : franc, psyché, colorée électrique mais pas très détaillée. Cela dit il ne peut que plaire. Le perso principal Maka, est cela dit démesurément banal. Rien en elle n’interpelle, n’émeut, ne plait. En somme par sa trop grande platitude elle empêche peut être trop de pouvoir s’identifier a elle – ce qui était sûrement la volonté initiale de l’auteur. Les autres, Soul, Black star, Death, les soeurs Thompson, etc sont tous relativement originaux, et charismatiques.

Coup de cœur pour la team des « vilains », entre les sœurs mifune, Eureka Frog, Medusa, le Kishin et Arachne, il y a du travail vraiment bien fait.

III) Au niveau de la musique, il n’y a pas a dire, c’est globalement une grande réussite. Dans l’animé même, les musique d’ambiance sont parfaites, y’a pas.

Le premier opening « Resonance » de T.M Revolution est excellent et surtout excellemment mis en scène et allié avec l’image. Ça donne envie de partir à l’aventure ou de se rouler par terre en jouant le ninja. Je serais un peu moins enthousiaste pour le Deuxième opening. Je le trouve assez similaire au premier, en ce qui concerne l’animation, -similaire en moins bien-, mais je ne suis carrément moins emballée par la musique « papermoon ». Je ne dis pas que c’est mauvais, du tout mais je ne trouve pas ça super adapté.

Les endings c’est une autre paire de manche puisque je suis du genre à les snober complètement. Par un grand effort de mémorisation, je dirais que le 1er et le 3eme sont agréable a écouter.

En définitive concluons, par ce qu’a un moment, faut arrêter de blablater.

Soul eater à de grandes qualités : c’est un anime intéressant – sans être passionnant, on ne se jette pas avidement sur l’épisode suivant- doté d’une histoire relativement banale, avec un déroulement tout aussi quelconque et un dénouement….Bateau.

Ce qui interpelle, c’est plutôt le reste. Malheureusement le bon de Soul Eater réside dans son charme : c’est-à-dire non pas la série mais son univers.

Le problème c’est qu’il y a beaucoup de choses, beaucoup de concepts, de groupes, de mystère, de cercles mystérieux mais très peu de réponses.

On veut comprendre, on veut de la recherche, des révélations, mais on a juste affaire à un monstre de facilité et souvent à un grand manque de logique et de cohérence.

Soul Eater est à moitié une réussite, donc il a (presque) la moitié de dix.

Verdict :6/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (1)
Amusante (0)
Originale (0)

1 membre partage cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Selty, inscrit depuis le 13/08/2010.
AK8.1.13 - Page générée en 0.055 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.180794 ★