Critique de l'anime Bakemonogatari

» par LordFay le
11 Septembre 2010
| Voir la fiche de l'anime

Bordel. Bakemonogatari. Tout m'a plu et je suis resté scotché devant mon écran, tout au long des 15 épisodes. Bakemonogatari est une expérience unique, qui ne peut laisser personne indifférent.

Commençons par l'aspect graphique, et c'est déjà un gros point. L'animation est irréprochable, et les dessins, non contents d'être de très bonne qualité, ont une identité très forte qui rendent l'ensemble reconnaissable en un clin d'oeil. La patte de Shaft est ici sublimée et tous les effets visuels très caractéristiques de ce studio sont ici exploités d'une façon magistrale.

C'est ainsi que l'on observera toutes sortes de jeux de couleurs, très différents d'un arc à l'autre (l'anime compte 5 arcs chacun centré autour d'un personnage en particulier). Le moindre bout de décor est chargé de sens, et un sentiment légèrement effrayant de surréalisme, d'onirisme, se dégage de l'ensemble.

Bref, Bakemonogatari vaut le coup d'oeil rien que pour son aspect graphique incroyable.

Le scénario n'est pas en reste et propose quelque chose de très semblable : un voyage entre la réalité et le fantastique, dont la nature change complètement d'un arc à l'autre. Le premier arc est mystique et envoûtant, le second absurde et labyrinthique, le troisième violent et angoissant... Quelle que soit la malédiction ou l'esprit dont Koyomi tente de débarrasser quelqu'un, la fin est toujours bizarre, presque ésotérique, mais pas toujours manichéenne. La série nous offre en prime quelques moments d'une rare intensité, comme la scène de fin de l'épisode 12, très romantique.

L'humour est également présent. Senjougahara et ses répliques mordantes balancées sans la moindre sensibilité ("Désolé, mais je ne peux rien faire quant à ta médiocrité en tant qu'être humain"), Kanbaru et sa personnalité pétillante... L'aspect comique n'est certes pas le point principal, mais il sait s'intégrer efficacement au récit, ne dérange pas, et est d'une grande qualité (j'insiste, le sens de la répartie de Senjougahara est vraiment impressionnant).

Côté personnages, nous avons donc Koyomi, héros simple, attachant; à ses côtés, Senjougahara, possiblement l'individu à la violence verbale la plus ravageuse que je connaisse. Les autres personnages sont aussi très bons, notamment Oshino qui est un mystère sur patte véritablement hyptonisant.

Terminons par l'audio : les openings (au nombre de 5, pour un anime de 15 épisodes ¯\(o_°)/¯ ) sont plus intéressants pour leurs images et leur façon de contextualiser les personnages, que pour la musique elle-même... J'ai quand même bien adhéré à l'opening 1, Staple stable, notamment car il revient souligner la présence de Senjougahara tout au long de l'anime.

Les musiques sont par contre plutôt marquantes, avec des thèmes de piano légers qui contribuent à créer autour de Bakemonogatari une ambiance unique.

Bien, étant à court de superlatifs, je vais m'arrêter là. Vous l'aurez compris, c'est plus un hommage qu'une critique... Il n'y a presque rien à jeter ; bref, je suis totalement tombé sous le charme de cet anime magique.

Verdict :9/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (0)
Amusante (0)
Originale (0)

1 membre partage cet avis
1 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

LordFay, inscrit depuis le 09/09/2010.
AK8.1.13 - Page générée en 0.038 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.187372 ★