Demeurer atypique ne s'avère pas forcément un gage de qualité...

» Critique de l'anime Bakemonogatari par TonyTrip le
10 Mai 2014
Bakemonogatari - Screenshot #1

Ainsi, ici bas on a affaire à une autre production au style graphique typique de Shaft (ayant déjà adapté le non plus conventionnel Sayonara Zetsubou Sensei de manière similaire, pour les connaisseurs)...Retour sur une totale découverte pour moi d'une des productions phares de ce dit studio d'animation japonaise.

Impossible selon moi donc d'omettre que s'il y a réellement une caractéristique qui sied si bien à Bakemonogatari c'est justement "l'audace" de sa mise en scène (moderne) couplée à des graphismes magnifiquement colorés et laissant libre cours à des décors contrastés et résolument minimalistes (en plus d'ailleurs de leur tendance à se vouloir contemplatifs): en cela, cet anime m'a tapé dans l’œil dès le début, me rendant facilement compte que j'ai visionné quelque chose sortant pas mal de l'ordinaire. Et quand on réalise que le dialogue garde une place de haute voilée au travers de la quinzaine d'épisodes, il est clair que cette série ne plaira guère à n'importe qui (effectivement peu d'action à l'horizon, toutefois ce n'est certainement pas une reproche que je ferai ici).

Bakemonogatari - Screenshot #2En fait, l'immersion reste un des principaux critères qualitatifs ayant permit de me faire accrocher de bout en bout, car en plus avec un tel soin vis à vis du traitement graphique (lui donnant une identité propre à n'en point douter), j'ai été plus ou moins "séduit". Et que dire enfin de la multiplication rapide des plans fixes (ou à peine animés) qui tend à rendre les diverses discussions interpersonnelles moins "lourdes" (dans le sens où ça parait moins "passif").

Pourtant, son histoire et ses personnages ne m'ont pas paru, au départ, une franche réussite : l'une s'avère classique dans son intrigue (un lycéen cherchant à venir en aide à de jeunes ET jolies filles quoi) tandis que les principaux intervenants, eux, ont souvent des archétypes comme on en retrouve constamment dans la japanime. Néanmoins, cela ne m'a pas troublé ou dérangé tant que ça : l'harem demeure, heureusement, assez "illusoire" et l'anime fut globalement assez pertinent (savoir user du dialogue comme principal moteur d'intérêt pour le spectateur, un pari risqué, cependant gratifiant).
Tiens, encore un peu et j'oubliais de mentionner sa bande-son qui, sans pour autant affirmer qu'elle fut trop moyenne, m'a semblé juste correcte (pas très diversifiée en l’occurrence) et seul l'unique ending m'a semblé "mémorable", ses 5 openings, eux, sont inégaux : le deuxième par exemple était pas mal agaçant pour mon ouïe...

Dès lors, qu'ai-je retenu de Bakemonogatari ? Tout simplement qu'il pourrait surement vous surprendre (en bien comme en mal) de son manque de conventionnalité : ses graphismes particuliers, la pertinence variable des nombreux dialogues qui le composent et le fait de mettre en scène d'attachants (ou pas) individus face à des phénomènes paranormaux/surnaturels suffisent dans mon cas pour lui attribuer la note ci-dessous !

À suivre...

Verdict :7/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (5)
Amusante (0)
Originale (0)

0 membre partage cet avis
6 membres ne partagent pas cet avis

A propos de l'auteur

TonyTrip, inscrit depuis le 03/07/2013.
AK8.1.13 - Page générée en 0.055 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.189731 ★