Critique de l'anime Wolf's Rain

» par El Nounourso le
01 Décembre 2007
| Voir la fiche de l'anime

Wolf’s Rain se déroule dans un monde post-apocalyptique pas très bien défini. Dévastée il y a 200 ans, la surface de la planète est principalement constituée de déserts et de ruines. Pourtant la vie a bel et bien repris son cours : les hommes subsistent de leur mieux dans cet univers morose où seules certaines villes sont habitées. Dans leurs forteresses volantes, les nobles gardent jalousement les vestiges de la technologie d’antan.

Mais c’est sur le plancher des vaches que vont se croiser les destins de nos héros Kiba, Tsume, Hige et Toboe, quatre loups fondus dans la population humaine. Car voyez-vous, les loups sont censés être les ancêtres de l’humanité… et les rares spécimens restants ont le pouvoir de « duper » les hommes en affichant une apparence humaine lorsque le besoin s’en fait sentir, c'est-à-dire la plupart du temps. Faut dire que dans l’esprit de la population, cette espèce a disparu il y a plus de deux siècles... Au début ça fait tout drôle de voir les protagonistes changer sans cesse de forme (sans transformation figurée hein, c’est juste une histoire de « perception »), tout en gardant leur don de parole. Finalement on s’y habitue bien et puis le character design a vraiment du caractère. Par contre les mecs de Bones ne savent pas dessiner des nez de face (!), problème que l’on retrouve dans Jyu oh Sei par exemple.

Le fil directeur de l’histoire est une prophétie mettant en scène un loup « élu » censé ouvrir la porte du Paradis à l’approche de la fin du monde. Les quatre compagnons tentent donc de découvrir l’emplacement de cet Eden, et comment y pénétrer. Evidemment, les nobles sont eux aussi passablement intéressés (enfin surtout un) et feront tout pour les doubler. Au cœur de cette lutte se trouve la « fille-fleur », un être mi-humain mi-plante que se disputent plusieurs aristocrates, et pour cause, elle est la seule capable d’ouvrir la porte vers le Paradis. Le scénario reste volontairement brumeux mais suffisamment clair pour éviter toute frustration. Plusieurs autres personnages importants débouleront dans l’aventure, comme la scientifique Cher, son ex-mari Hubb et le chasseur de loups Quent, toujours accompagné de son terrible chien nommé Blue. Au fil des 26 épisodes / OAV (les 4 épisodes-résumés ne comptent pas !), les liens entres ces personnages et les quatre hommes-loups se noueront et se dénoueront dans un tourbillon d’évènements tragiques à fort potentiel lacrymal. Difficile de rester impassible devant les souffrances qui leur seront réservées.

Si les décors dévastés ont un cachet impressionnant, la bande-son frise elle aussi la perfection. Les voix sont excellentes, les musiques variées, magnifiques (pour une fois l’opening et l’ending sont réussis), bref c’est le sans faute. Après on pourra reprocher la lenteur caractéristique de l’anime et la relative rareté des scènes d’action (souvent sanglantes et brutales, miam)… mais c’est bien le seul vrai défaut de cet anime enchanteur. J’ai vraiment adoré tous les personnages, mis en relief par d’utiles flashbacks et des traits de caractères bien distincts, limite caricaturaux mais qu’importe, tout ceci n’est que broutille à côté de la puissance phénoménale de cette aventure. Un gros coup de cœur.

Verdict :9/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (2)
Amusante (0)
Originale (0)

0 membre partage cet avis
1 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

El Nounourso, inscrit depuis le 01/11/2007.
AK8.1.13 - Page générée en 0.047 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.180771 ★