Anime-Kun - Webzine anime, manga et base de données

Les animes de l’automne 2020

Publié le 22/09/2020 par dans Anime - 3 commentaires

Encore mise à mal par la situation sanitaire mondiale, l’animation japonaise a subi quelques aléas dans ses dates de diffusion, et pour cause, c’était toute la production qui était devenue incertaine. Certains animes prévus à la saison précédente font donc leur arrivée maintenant et d’autres prévus pour cet automne devront encore patienter quelques mois avant d’être visionnés. Comme à l’accoutumé, le staff AK a cherché à être le plus éclectique possible en revenant sur une sélection de séries prévues pour cet automne, en espérant que vous y trouviez votre compte !

Higurashi : When They Cry – New Kami-tachi ni Hirowareta Otoko Burn The Witch
Kuma Kuma Kuma Bear Noblesse Is It Wrong to Try to Pick up Girls in a Dungeon? (TV 3)
Our Last Crusade Tonikaku Kawaii Dragon Quest : Dai no Daibôken
Animes de l’automne 2020

Higurashi : When They Cry – New – On n’a pas fini de pleurer

higurashi-when-they-cry-new-7142-667Ayant connu ses heures de gloire à la fin des années 2000 avec la première saison de Higurashi no Naku Koro ni, la licence a poursuivi sa présence médiatique à travers la seconde saison, Kai, et plusieurs OAV plus ou moins réussis : Kira, Kaku et Rei. Et même des films live sur lesquels nous n’allons pas franchement nous attarder. Originellement adapté d’un visual novel (démo téléchargeable ici), Higurashi no Naku Koro ni a également eu un bon succès en France dans la sphère otaku, grâce à la traduction française réalisée par PBsafran / Pierre Bancov, qu’il était possible de croiser dans de nombreuses conventions à l’époque et nous ayant même accordé un interview sur le webzine.

Connue sous plusieurs titres francophones (Le Village Maudit, le Sanglot des Lucioles), la première saison revient sur l’histoire du petit village japonais de Hinamizawa et de Keiichi Maehara, adolescent et citadin fraîchement arrivé en ces lieux. Il commence à nouer des relations d’amitié avec les autres jeunes du village et bien sûr à explorer les alentours. C’est à cette occasion qu’il va tomber sur des coupures de presse relatant des meurtres et disparitions ayant eu lieu dans le village depuis cinq ans, alors qu’un barrage se préparait à être construit. Keiichi ignore tout de ces événements passés, ce qui n’est en revanche pas le cas de tout le monde. Chaque année, aux environs du festival local, des éléments mystérieux se produisent, où personne ne semble être épargné.

Comme je le disais, Higurashi no Naku Koro ni a connu son heure de gloire il y a plus de dix ans déjà. C’est avec surprise que j’ai eu connaissance d’une nouvelle sortie pour cet automne. Prévue en deux parties, dont la première comportera treize épisodes et la seconde arrivera en janvier 2021, la saison est un vrai remake puisqu’elle adaptera à nouveau le premier arc du jeu.

Contrairement aux précédents opus, c’est un staff quasiment neuf qui participe à cette nouvelle aventure. Nous ne retrouvons donc pas cette fois le Studio DEEN aux manettes, qui a laissé sa place à Passione, ou encore Chiaki KON à la réalisation remplacé par Keiichiro KAWAGUCHI. Même chose pour le chara-design, qui est à présent assumé par Akio WATANABE. Pour ceux qui étaient présents avant et le sont toujours, ils se comptent sur les doigts d’une main. Je n’ai pour le moment aperçu que Kenji KAWAI à la musique sur lequel nous pouvons toujours compter.

Le suspense reste entier quant au possible succès de cette nouvelle adaptation, prévue à l’origine pour ce mois de juillet, en même temps que le chant des cigales, avant d’être décalée pour les raisons que tout le monde connaît.

Sacrilège

Kami-tachi ni Hirowareta Otoko – Béni par les Dieux

kami-tachi-ni-hirowareta-otoko-7158-526Des isekai, on connaît le sujet depuis la sortie de Sword Art Online. On finit par mourir et se retrouver dans un autre monde. Parfois, on ne meurt même pas ! Souvent, le héros ou l’héroïne se retrouvent avec des capacités surpuissantes, dignes d’un élu voire même d’une divinité, les rendant alors invincibles ou presque. Et parfois, eh bien, on a quelques surprises. Dans certaines séries, le héros se retrouve dans un corps non-humain : un animal comme un ours, une arme comme une épée ou alors tout simplement un distributeur (merci le Japon !). Mais même ainsi, cela n’empêche pas ces héros de se retrouvés confrontés à des combats parfois dantesques et mortels, même quand la puissance n’est pas forcément en eux pour les aider. Et d’autres fois, eh bien, le héros se retrouve juste à faire sa petite vie paisible. Oui, de l’isekai typé tranche-de-vie, ça existe ! Et c’est le cas de Kami-tachi ni Hirowareta Otoko alias « By the Graces of the Gods » (selon le traducteur anglais du light novel).

L’auteur du Light Novel s’appelle Roy et comme beaucoup d’auteurs de ces dernières années, son roman était à la base un Web Novel qui a trouvé grâce aux yeux d’un éditeur. Avec huit volumes à son actif en six ans, Roy n’est pas le plus productif des auteurs mais cela importe peu. Du côté de l’adaptation animée, il s’agit de Maho Film, connu principalement pour son aide sur d’autres séries mais aussi l’adaptation animée de « If it’s For My Daughter, I’d Even Defeat a Demon Lord ». Ainsi, il s’agit là d’un petit studio, très jeune, datant de mai 2018. On lui laissera quand même le bénéfice du doute !

Mais alors pourquoi s’intéresser à cette série ? Eh bien, pour la chaleur humaine qui en ressort. Oui, notre héros n’est pas surpuissant. Oui, il s’agissait d’un ancien adulte qui en a bavé durant toute sa vie. Oui, ses principaux amis sont des slimes. Le seul reproche que l’on pourrait avoir, c’est qu’il ne semble pas exister de ligne « directrice » sur l’histoire et pourtant, on ne peut que se sentir bien. Si l’adaptation animée réussit l’exploit de sublimer le light novel alors, on obtiendra quelque chose de vraiment tendre et adorable.

ShiroiRyu

Burn The Witch – Kubo Cinematic Universe

burn-the-witch-7166-137On l’avait dit brisé, détruit, fini, terminé… Il n’en était rien. Tite KUBO est de retour et pas qu’un peu. Non seulement son manga Bleach devrait recevoir une nouvelle adaptation animée l’an prochain, mais le bonhomme est également au travail sur un nouveau projet intitulé Burn the Witch, dont la version anime n’est qu’un rouage d’un plan marketing savamment étudié.

Noel Niihashi et Ninny Spangle sont des sorcières vivant à Londres, et même plus précisément « Reverse Londres », où évoluent les créatures surnaturelles et autres joyeusetés. Parmi celles-ci, les plus dangereuses sont les Dragons, qui peuvent s’attaquer aux humains inconscients du danger et leur ôter la vie. C’est pour cela que Noel et Ninny font partie de l’organisation Wing Bind qui se charge de combattre les Dragons…

Toute ressemblance avec le synopsis de Bleach serait loin d’être fortuite puisque Burn the Witch se déroule dans le même univers mais avec des personnages différents. Ce projet a débuté avec la publication d’un one-shot de soixante pages dans un numéro commémoratif du Jump, qui a fini par donner lieu à une publication régulière pour une durée qui sera relativement courte néanmoins.

Pour faire la pub de tout cela, rien de mieux qu’un film d’animation. Il sera produit par le studio Colorido, qui s’est récemment fait remarquer avec le long-métrage Penguin Higway (Le Mystère des Pingouins lors de sa sortie en salles françaises). Pour rappel, ce studio majoritairement composé de jeunes animateurs est spécialisé dans l’usage d’outils numériques, pour une animation de haute qualité mais respectueuse des conditions de travail des artistes. Il va être très intéressant de voir ce type de technique à l’épreuve sur une adaptation de shônen manga. Enfin, si ce film publicitaire parvient à trouver son chemin jusque chez nous après sa sortie japonaise le 02 octobre.

Deluxe Fan

Kuma Kuma Kuma Bear – Ourse bien léchée

kuma-kuma-kuma-bear-7162-477Dans la longue série des Light Novel adaptés en manga puis en animé, je peux maintenant vous présenter Kuma Kuma Kuma Bear (évitons les initiales). Attention, il s’agit là aussi d’un isekai avec transport dans un autre monde ! Mais Bear, ça veut dire ours non ? Et puis, l’héroïne est une adolescente de quinze ans et tout ça ! Oui, il est vrai que le scénario de Kuma Kuma Kuma Bear ne se distincte pas tellement des autres mais voilà, ici, il s’agit d’une héroïne comme dans Bofuri et surtout, l’héroïne est obligée de porter un costume d’ours en peluche ! Et il faut rajouter à cela que toutes ses techniques, familiers, et autres, sont sous le signe des ours. Voilà, c’est ainsi que l’on pourrait décrire les aventures de Yuna, qui se retrouve enfermée dans son jeu avec l’incapacité de retirer son costume.

Comme expliqué plus haut, Kuma Kuma Kuma Bear est issu d’une série de Light Novel écrits par par Kumamano. Oui, le nom « bearly have » à une ressemblance avec celui de son écrit, on ne va pas trop lui en vouloir. Le studio chargé de l’adaptation animée est EMT Squared qui s’est chargé récemment d’Assassins Pride ainsi que de diverses autres séries un peu plus anciennes comme les trois saisons de Rainy Cocoa ou Urahara. Maki Kawase qui double Kunai dans la série actuelle de Monster Girl Doctor, sera la seiyuu chargée de prêter sa voix à l’héroïne Yuna.

Soyons sincères : Kuma Kuma Kuma Bear ne sera pas l’animé de la saison. En même temps, du isekai à toutes les sauces, on commence à en avoir l’habitude. Là où la série veut se démarquer, c’est bien par le fait qu’il s’agit d’une héroïne qui veut juste vivre sa vie et qui ne cherche pas à sauver le monde, à combattre les démons ou autres. Non, c’est tout simplement des aventures colorées avec une fille en costume d’ours en peluche, une maison avec des oreilles d’ours, des familiers ours et … est-ce que je vous avais dit qu’il y avait des ours ? Bref, si vous aimez les ours, cette série pour vous.

ShiroiRyu

Noblesse – Vampire sauce bulgogi

noblesse-7173-269L’initiative menée par Crunchyroll d’inonder les écrans d’adaptations de web-mangas coréens ne semble pas vouloir s’arrêter. Et comment leur en vouloir après la hype qui a entouré Tower of God ce printemps puis God of Highschool cet été. Néanmoins, avec Noblesse, le succès ne semble pas garanti.

Après un sommeil de 820 ans, Raizel se réveille de son cercueil pour découvrir que le monde a bien changé. Il parvient à se faire inscrire au lycée le plus proche afin de découvrir la modernité, mais les choses prennent rapidement un tour dangereux lorsque les membres de l’organisation maléfique Union s’en prennent à Raizel et ses amis dans le but de dominer le monde…

Nobless est un webtoon écrit par Jae-Ho Son et illustré par Gwang-Su Lee, dont la publication a débuté en 2007 et s’est conclue cette année. Comme pour Tower of God et God of Highschool, il s’agit là d’un des piliers du genre en place depuis plus de dix ans, mais dont personne n’a jamais entendu parler avant que les webtoons coréens ne viennent envahir nos plannings saisonniers par la force du fric de Crunchyroll. Et cet argent n’a pas été dépensé au hasard, puisque le studio en charge de l’adaptation est Production IG, un des studios japonais les plus prestigieux. Toutefois, vu le staff de parfaits inconnus et un trailer assez banal visuellement, on se demande si le studio n’aurait pas détourné une partie du budget de la série pour précommander des Xbox Series X ou quelque chose comme ça.

Avec son ton émo-dark et sa ribambelle de beaux gosses qui s’affrontent à mort sans jamais se décoiffer, L’anime ressemble à certains shôjos mangas des années 2000 ; ce qui n’est pas étonnant vu l’âge du webtoon, mais ce n’est pas sûr que ce style résonne avec le public d’aujourd’hui. Au pire on aura de l’anime de baston de série B, c’est toujours ça de pris.

Deluxe Fan

Is It Wrong to Try to Pick up Girls in a Dungeon? (TV 3) – Xénophobie à tous les étages

is-it-wrong-to-try-to-pick-up-girls-in-a-dungeon-7144-483Une fois n’est pas coutume, parlons un peu de la saison 3 de « Is It Wrong to Try to Pick Up Girls in a Dungeon? »… Suite à l’épidémie, elle fut décalée en octobre mais, comme il s’agit d’une des deux vaches à lait actuelles de J.C. Staff (avec la licence Index/Railgun), il était logique qu’elle prenne le relais à la fin de la diffusion de Railgun T.

Cette saison va adapter les volumes 9 à 11 des LN qui concernent l’arc « Xenos » de l’histoire. Il débute sur l’apparition d’un monstre dans le donjon, une vouivre à l’apparence humaine (note pour les non-dracologues : les vouivres sont des dragons à 2 pattes et 2 ailes). Cette-dernière est cependant un peu particulière, c’est une Xenos, et elle se retrouve pourchassée par les aventuriers comme tout monstre qui se respecte. C’est là que notre jeune héros, Bell Cranell, intervient et essaie de la protéger. Mais il va se retrouver face à un dilemme : s’il la protège, il ne pourra plus devenir un héros mais sera au contraire considéré comme un traître par ses pairs, toute l’économie de la ville étant basée sur la chasse aux monstres du donjon.

Au niveau de l’équipe aux manettes, on va donc retrouver ceux de la saison 2, il n’y a pas de surprise à attendre à ce niveau-là, en bien comme en mal. Même si je regrette le réalisateur de la saison 1, Yoshiki YAMAKAWA, qui me semblait plus inspiré, il va falloir se contenter de Hideki TACHIBANA et espérer qu’il ait trouvé ses marques.

Pourquoi parler de la saison 3 ? Juste pour mettre un coup de projecteur dessus car elle devrait reprendre et développer les aspects intéressants de la première saison : je ne parle bien sûr pas du harem, mais le thème du héros classique qui était un de ses points forts. La première saison présentait la version classique en essayant de suivre les règles à la lettre. La seconde saison l’avait un peu mis de côté en évoquant juste le thème « héros & prostitution » qui me semblait assez anecdotique. Mais cette saison devrait développer une petite réflexion sur le héros et sa perception par la société, qui, même si traité de façon simpliste, à des chances d’être intéressante.

Comme toujours, on aura droit au côté mythologie grecque où les dieux considèrent les humains comme une émission de télé-réalité pour se divertir, et permet donc de varier les antagonistes. Enfin, cette saison devrait développer un peu plus le fameux donjon qui pour l’instant, bien que central à l’histoire, présentait très peu d’intérêt narrativement parlant et était quasiment absent de la seconde saison. On pourrait espérer qu’au niveau direction artistique/décor, l’équipe en charge essaie de rendre l’intérieur du donjon plus détaillé et exotique mais je n’y crois pas vraiment car J.C. Staff fait rarement du zèle…

RadicalEd

Kimi to Boku no Saigo no Senjou, Aruiwa Sekai ga Hajimaru Seisen – Faites l’amour, pas la guerre

our-last-crusade-or-the-rise-of-a-new-world-7148-792Non ! Ne fuyez pas ! Il ne s’agit pas là d’un nouvel isekai même si en regardant un peu le tout, on pourrait presque y croire ! Non, Our Last Crusade of the Rise of a New World (que l’on va résumer à Our Last Crusade, ici), est une histoire tragique entre deux jeunes héros : Iska, issu d’un empire dont l’avancée scientifique est prodigieuse, et Aliceliese, la princesse sorcière issue de la Souveraineté de la Nébuleuse, un paradis pour les sorcières. Alors que les deux s’affrontent sans cesse, pourtant, l’un comme l’autre, sur le terrain aspire à une paix entre leurs deux nations pour finir ensemble et en paix.

Our Last Crusade est un Light Novel à la base. Filon sans fond ou presque des éditeurs japonais grâce aux Web Novel qui pullulent sur Internet, il en est de même indirectement pour les producteurs d’animés. On ne sait pas quoi inventer d’original ? Piochons un peu dans les Light Novel ! Ici, Kei SAZANE en est à sa première œuvre et c’est SILVER LINK qui est chargé de produire l’animé. Le studio s’étant chargé de la version animée de Baka to Test mais surtout la majorité des Fate/Kaleid Liner Prisma Illya. Autant dire qu’ils ont de la bouteille et de l’expérience.

Comme tant d’autres séries, Our Last Crusade ne brillera peut-être pas par son originalité. Néanmoins, le fait de ne pas provenir d’un isekai mais d’un Light Novel lui donne quelques points en plus et mérite que l’on s’intéresse à lui. MAIS … Il faut aussi se préparer à quelques situations très classiques en vue du schéma choisi. Ainsi, il ne sera pas étonnant que de nombreux quiproquos se produisent entre nos deux héros. Si tout cela ne vous dérange pas malgré tout, alors vous n’aurez aucune raison de ne pas lui laisser une chance.

ShiroiRyu

Tonikaku Kawaii – Juste mignonne

tonikaku-kawaii-7154-733Ah les coups de foudre ! Cela vous tombe dessus sans prévenir et vous voilà alors fort dépourvu ! C’est un peu le cas de notre héros Nasa qui tombe instantanément sous le charme de Tsukasa, une jolie jeune demoiselle qu’il rencontre lors de son premier jour d’examen pour rentrer pour lycée. Avouant aussitôt ses sentiments, celle-ci lui signale qu’elle consent à sortir avec lui uniquement s’ils se marient. Des années plus tard, lors du 18ème anniversaire de Nasa, Tsukasa se présente à lui avec la ferme intention de lui faire respecter sa promesse. C’est ainsi qu’à peine passé à l’âge adulte, notre héros finit déjà marié avec Tsukasa.

Pour ceux qui connaissent Hayate The Combat Butler, inutile de vous inquiéter. Kenjirõ HATA reste dans son domaine favori : la comédie. Ainsi, ce n’est pas comme si le mangaka ne connaissait pas son sujet. Et pour le studio ? Seven Arcs est connu pour avoir travaillé sur la licence Nanoha, Dog Days et Inukami. Ainsi, là aussi, ce n’est pas à un petit studio que l’on confie cette adaptation. Quant aux seiyuus de nos deux héros principaux, Akari Kitõ a doublé récemment Nezuko Kamado dans Demon’s Slayer tandis que Junya Enoki a doublé Takeru Takaishi dans Digimon Tri et Shion Kiba dans Cardfight Vanguard. Ces deux seiyuus prêteront leurs voix respectivement à Tsukasa et Nasa.

À défaut d’avoir une suite et fin animée d’Hayate no Gotoku sur nos écrans, rien ne nous empêchera de profiter du nouveau manga de l’auteur. Si l’humour est aussi bon, déjanté et omniprésent que pour le précédent manga de l’auteur, alors il n’y a que peu de doute que Tonikaku Kawaii nous fera passer un excellent moment en sa compagnie. Avec déjà douze volumes à son compteur, on est en droit d’espérer quelque chose d’assez consistant pour peut-être une première saison !

ShiroiRyu

Dragon Quest Dai – Le plus grand des héros

dragon-quest-dai-no-daiboken-7141-444Vous connaissez Dragon Quest ? Non, on ne parle pas de la licence de jeux vidéo ! Ni même des héritiers de l’emblème ou de Roto, que nous avons récemment obtenus en manga chez nous aux éditions Mana et Ki-oon. Non, on parle là d’une série qui a plus de trente années ! Connue chez nous sous le nom de Fly aux éditions J’ai Lu avant d’être rachetée par Tonkam après la fermeture de l’éditeur sous son nom plus officiel, on est en droit de se demander pourquoi l’actualité fait parler de lui ! Eh bien, pour une raison toute simple ! Vingt-huit ans après une première version animée tronquée d’une grosse partie de l’histoire, et pour cause, celle-ci était encore en cours de publication au moment de la sortie de l’animé, voilà qu’une seconde série verra le jour ! Une série qui semble, d’après les premiers trailers, partir pour faire une adaptation complète et méritée de cette série !

Pas de surprise pour le producteur : la Toei sera derrière cette version animée comme elle l’était pour la première. Pour sûr, avec trente-sept volumes au compteur et les six premiers épisodes montrés en avant-première qui ne couvrent qu’un tome et demi, on est en droit d’espérer une série qui sera partie pour durer au minimum deux années. D’un autre côté, le fait que le réalisateur ne soit connu que pour quelques storyboards liés à Dragon Ball Super (il y a Dragon dans les deux, c’est peut-être un indice !), ne vient pas forcément nous rassurer. Pour la seiyuu chargée de prêter sa voix à Dai, il s’agira d’Atsumi Tanezaki, qui est connue récemment pour avoir doublé Juno dans Beastars.

Dragon Quest Dai est le genre de séries d’antan dont on aime avoir des nouvelles, surtout lorsqu’il s’agit de la remettre sur le devant de la scène. Bien entendu, on est en droit de se dire qu’il ne s’agit là que d’un plan marketing, surtout que plusieurs jeux et mangas liés à Dai spécifiquement sont prévus en même temps mais peut-on vraiment se plaindre ? Tout dépendra du travail accompli par la Toei qui peut faire le meilleur comme le pire, et cela sur une même série suivant les épisodes. Avec une possibilité que Dragon Quest Dai soit parti pour durer, la méfiance est un peu de mise ! De mon côté, je me contenterais juste du fait que je pourrais avoir une version animée de plusieurs scènes emblématiques du manga et cela me convient largement !

ShiroiRyu

Envie de plus ? Jamais rassasié ? Vous trouverez sur ce lien la liste des sorties de cet automne 2020 !

3 commentaires

Présentations toute fraîche, ça fait plaisir !
Pas mal de choix pour cet automne mais peu de choses qui m’attirent vraiment à part Danmachi et les remakes d'Higurashi et Fly plus par curiosité qu’autre chose.
Je testerai à coup sûr le nouveau Jun Maeda, The Day I Became a God, et Majo no Tabitabi qui ressemble à un ersatz de Kino no Tabi, pour me faire une opinion dessus.
Niveau film, il y a effectivement Burn The Witch et Kimetsu no Yaiba d’alléchants mais, comme d’habitude, il va falloir attendre…

293921 Un commentaire d'une partinence inégalée le 26 septembre 2020 à 14 h 42 min

Ce qui est intéressant avec le nouvel Higurashi c’est de la voir sous-titré When They Cry. Donc peut-être que ça annonce une adaptation de la franchise entière jusqu’à Ciconia. Après les trailer sont un peu lisse et j’ai pas super confiance a des adaptations d’un support aussi dense avec aussi peu d’épisodes.

Je pensais aussi que Deluxe allait être saucé par Jujutsu Kaisen, maintenant que c’est un shonen-ologue convaincu et que c’est par Mappa. Je suis sûr il parle de Noblesse juste pour essayer de draguer de sombres émos toxiques d’internet dont on va mieux ne pas rappeler l’existence.

Juste un petit commentaire sur le passage sur Noblesse. Deluxe n’a clairement pas lu le webtoon. Que ça soit des Fompires on est d’accord forcément c’est Emo tout ça tout ça. Mais en vrai c’est un gros manwa de tatanne sale et nerveux. De la bonne bastion furieuse de mec qui font péter des petits pays quand s’y mettent. Rien a voir donc avec ce que tu balances. La c’est de la publicité mensongère. Que la prod n’est pas les épaules de représenter un centième de la classe d’un Frankenstein quand il se péta ou du Loup Garous faché quand ils se bourrinent sévère ça j’en doute pas que ça va être un peu un pet foireux comparé au Webtoon. Mais voilà quoi Noblesse en fait c’est plutôt connu chez les lectures de Webtoon (comme Solo Leveling par exemple) et c’est ultra bad ass. C’est même le principe de ce webtoon la bad asserie indécente et les mecs qui font des kamehameha et qui se péta de ouf dans des plaines vides.

Laisser un commentaire

Pour relier le webzine à votre compte AK, cliquez ici.

Contrairement au reste du site, le webzine a été développé sous Wordpress. Vous pouvez toutefois utiliser vos identifiant et mot de passe Anime-Kun habituels pour vous connecter. Cette opération est facultative mais vous permettra, lors de la première connexion, de relier votre compte AK à celui du Webzine et ainsi laisser des commentaires avec votre pseudonyme AK.

Pour des raisons de compatibilité, les membres dont l'identifiant comportent des caractères spéciaux ou accentués doivent utiliser l'adresse mail avec laquelle ils se sont inscrits sur Anime-Kun.

Connexion