Critique de l'anime Ouran Host Club

» par Starrynight le
26 Janvier 2007
| Voir la fiche de l'anime

Encore une série sur des lycéens déjantés, me direz-vous. Oui, néanmoins celle-ci n’est pas comme les autres. Car au lycée Ouran ne se croisent que les membres de l’élite et de la jeunesse dorée, avec les débordements et démesures que cela implique : escaliers majestueux, lustres de cristal, fêtes fastueuses et examen médical où les étudiants sont accueillis comme un prince saoudien au Crillon. Le Host Club est à l’image du lycée : extravagant, kawaii et délicieusement kitsch, sans oublier les pétales de rose qui se déversent par wagons entiers. Il faut dire que le nom du lycée – Ouran – signifie « cerisier et orchidée », on reste dans la botanique. La musique colle bien à l’ambiance avec une dominante musique classique entrecoupée de génériques du plus pur style shôjo.

Le fossé est d’autant plus grand entre cette bande de fils et filles à papa qui n’ont jamais rien fait de leurs dix doigts et Haruhi qui a réussi à entrer dans cette école uniquement grâce à ses bons résultats. Il faut voir ces richards s’extasier devant du café instantané ou un supermarché.

Là réside le potentiel comique : Haruhi, pour rembourser sa dette, doit participer aux activités du club en faisant la conversation avec les jeunes clientes (une floppée d’écervelées qui tombent en pamoison dès qu’un membre du club lui susurre un mot doux d’une voix de velours). Dans le même temps, les autres membres du club s’efforcent par tous les moyens de préserver le secret de Haruhi.

De plus, cet anime propose un certain nombre de trouvailles visuelles, dont le jeu des ampoules au premier épisode. Je pense également au bandeau informatif qui revient régulièrement pour présenter un nouveau personnage, mais s’émancipe ensuite en commentant la situation ou en ironisant même parfois sur les répliques des personnages.

De ce côté-là aussi, on est gâté, Ouran High School brosse une galerie de portraits très bien croqués : Tamaki le grand blond flamboyant et séducteur mais qui se fait toujours voler la vedette à la dernière minute, Kyôya qui sans avoir l’air d’y toucher tire toutes les ficelles dans l’ombre, Hikaru et Kaoru jumeaux espiègles qui ne ratent pas une occasion de faire monter au rideau Haruhi ou de planter un coup de couteau dans le dos de Tamaki, Honey le petit blondinet et son inséparable Usa-chan (un lapin rose en peluche) et Mori, grand brun taciturne qui suit Honey comme une ombre. Sans oublier d’autres personnages secondaires : le père de Haruhi (lequel vaut son pesant de cacahuètes), les filles de Lobelia concurrentes d’Ouran, Renge qui apparaît toujours dans les circonstances les plus invraisemblables ou encore le chef du club de magie noire et son chat marionnette.

Haruhi n’a pas fini de se demander dans quelle galère elle a mis le pied en entrant dans la salle de musique n°3 à la recherche d’un peu de calme.

Pour finir sur l’aspect humoristique d’Ouran, j’ajoute que cet anime verse nettement dans la parodie : le shôjo (vous reprendrez bien quelques pelletées de roses ?) en allant jusqu’à théoriser le kawaii pour rendre un yakuza plus sociable. De même Ouran excelle à reproduire des scènes variées au moyen de décors, d’accessoires, de costumes, de musiques : le Japon traditionnel, la noblesse française, Halloween, … .

Cependant, tout n’est pas aussi superficiel qu’il n’y paraît. En effet, Haruhi se construit peu à peu une place dans le cœur de cette belle brochette de séducteurs, au point que ceux-ci n’arrivent plus à se passer de leur nouvelle recrue. Petit à petit, leurs carapaces se percent et révèlent leurs troubles et leurs doutes.

Graphiquement, ce n’est pas l’Eldorado, mais ça colle bien à l’ambiance de la série : le chara-design accentue le côté séducteur des garçons et la SD (livrée à la tonne par épisode) fait particulièrement bien ressortir les mimiques des personnages, voir notamment la tête de Haruhi face au comportement de riches oisifs de ses compagnons.

Maybe, you’re my love !!

Verdict :9/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (0)
Amusante (0)
Originale (0)

0 membre partage cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Starrynight, inscrit depuis le 18/06/2006.
AK8.1.13 - Page générée en 0.052 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.179938 ★