Critique de l'anime Ouran Host Club

» par Sacrilège le
03 Mars 2009
| Voir la fiche de l'anime

Je crois avoir pas mal de choses à dire sur Ouran , mais malheureusement pas que des bonnes. En fait non, je pense beaucoup de choses d’Ouran, mais peu méritent que je m’attarde dessus.

Le problème de cet anime, le problème OMNIPRESENT ET SEMEUR DE TROUBLES, c’est son aspect borderline premier/second degré, qui m’a fait osciller de manière à ce que je ne sache pas duquel me placer.

Si on le prend au premier degré :

On voit (bêtement) un harem de bishônen, mais dans un style très shôjo avec du flirt très prude (ça ne bascule même pas jusqu’au yaoi ... ou au simple bisou… pour jeune public donc ?), le tout avec la présence du pouvoir de séduction sur les filles qui se pâment mais sans aller plus loin.

Si on le prend au second degré :

On obtient une belle caricature toujours du genre shôjo, qui en prend tous les clichés pour montrer leur naïveté et leur côté rose bonbon écœurant. Écœurant au niveau des dialogues, des couleurs, des attitudes, bref, un dégouli de sentiments exacerbés, le tout sans sentiments. Mais le second degré est aussi, peut-être, ici mis en avant pour faire une dénonciation de la rare présence des maisons closes à destination des jeunes femmes à travers le monde ? O_O’ Hé oui, qui sait ?

Résultat : on ne sait pas trop comment prendre cet anime. L’ironie n’était pas superbement marquée, on reste dans l’indécision entre un anime qui s’y croit et qui est à prendre au pied de la lettre, ou un anime avec un recul discret de façon à le rendre encore plus cynique, même si je ne crois à cette dernière solution qu’à moitié.

La question est : A qui est destiné cet anime ?

J’aurais tendance à penser aux jeunes filles pré-pubères sachant faire preuve d’autodérision, donc ok, on oublie le cynisme. Je suis tout à fait consciente que le but premier de cet anime est de nous faire rire, mais je n’ai tout simplement pas réussi à apprécier ce genre d’humour (/rabat-joie).

Objectivité et subjectivité sont des pôles qui ne s’atteignent jamais, mais disons que là, je n’arrive pas à savoir de quel côté je suis bien ancrée. Est-ce moi qui trouve cela nul ou est-ce tout simplement nul ? Allez, je vais dire que je suis ici très subjective puisque je me place du côté de l’art, la plus subjective des sciences, et qu’il ne sert à rien de la remettre en cause (et qu'en outre je suis la seule à mettre une note aussi peu haute).

Tout cela m’a donné tellement de mal à finir la série que je ne l’ai même pas finie.

On a une petite problématique au début et puis après, il n’y a plus vraiment d’histoire (ce qui me renvoie dans mon esprit à Cowboy Bebop aves ses épisodes qui peuvent se prendre individuellement sans être vraiment intéressants en soi). C’est même tout à fait le cas ici. En gros, on tourne en rond pendant la totalité de la série – défaut qui se faisait moins ressentir dans le manga. La série aurait sûrement pu être des plus sympathiques si elle s’était arrêtée à une douzaine, dizaine (voire même demi-douzaine) d’épisodes ; il n’y a en tout cas pas de ce que j’en ai vu, prétexte à en faire 26.

Verdict :5/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (2)
Amusante (1)
Originale (0)

1 membre partage cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Sacrilège, inscrit depuis le 27/10/2005.
AK8.1.13 - Page générée en 0.049 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.194283 ★